A propos

« Au XIXème siècle, alors que Jean-Théodore Piedboeuf faisait de la production de la bière un fleuron régional et que la Wallonie allait devenir la deuxième puissance économique mondiale, la production de vin avait pratiquement disparu de nos contrées.

Près de 200 ans plus tard, voici un nouvel engouement – sans précédent – pour cette culture qui nous a conduits depuis peu  à une production annuelle de plus d’un million de flacons. Résultat du réchauffement climatique ou simple effet d’entraînement de quelques passionnés ?Poirier_du_Loup_006

Bacchus lui, n’aurait pas dédaigné les terres wallonnes.

Si certains réfutent l’idée d’une identité wallonne, d’autres dont je suis, sont convaincus qu’outre le glorieux passé qui fut le nôtre et qui pourrait bien resurgir, un trait d’union comme le vin constituerait bien une nouvelle source de fierté et de sentiment d’appartenance du citoyen wallon.

 

Chant_Eole_017A l’ère de la mondialisation et d’une nouvelle révolution industrielle – celle du numérique – l’émergence de cultures spécifiques va permettre le renouvellement des convictions culturelles. La culture de la vigne pourrait bien réaffirmer la tendance d’un besoin d’une spécification locale et d’un clocher dont on est fier. Le vin n’est-ce pas ce qu’il y a plus de civilisé au monde, affirmait Rabelais.

Le vin fait-il partie du renouveau wallon aux côtés des pôles industriels phares qu’elle revendique ? Pourquoi pas ? En quelques années, le divin breuvage aura suscité quelques dizaines de vocations et généré un réel intérêt de consommateurs après une période de quasi déni.

……

Todi fîr d’èsse wallon ! »

 

Ir. Pierre H. Rion

Président de l’Association des Vignerons de Wallonie

Photo Pierre Rion 2
©Copyright Pierre Rion

 

Préface de l’ouvrage paru aux éditions Racine en décembre 2015, Vins d’artisans en Walloniepar Marc Vanel et Eric Boschman (voir News)

Celiandre_009     Degust_Rufus_003