Vin de Liège s’agrandit….Avis aux amateurs!

VIN DE LIEGE S’AGRANDIT

 

Il est désormait possible de participer à l’aventure en devenant coopérateur.

Vin de Liège

POURQUOI UNE AUGMENTATION DE CAPITAL?

Aujourd’hui Vin de Liège produit des vins BIO blancs, rosés, rouges et effervescents qui sont vendus au chai et via un réseau de cavistes professionnels.

La qualité des vins est déjà reconnue. Ainsi, certains vins se retrouvent déjà sur les tables de grands restaurants étoilés et sont régulièrement récompensés lors de concours. La demande croissante pour nos vins est telle que nous ne pouvons la contenter.

Dans une volonté de continuer à développer la coopérative et répondre à la demande, nous souhaitons agrandir nos bâtiments et implanter de nouvelles parcelles.

Pour continuer à produire des vins de qualité, notamment en vin rouge, nous voulons investir dans des moyens techniques performants.

Dès lors, afin de pouvoir financer ces nouveaux développements, nous procédons à une augmentation de capital de 1.050.000€ et proposons l’acquisition de 2100 parts ordinaires de 500€.

 

Sept bonnes raisons de devenir coopérateur

  • Être associé à la production d’un vin de qualité, respectueux de l’environnement.
  • Soutenir un projet économique à fortes valeurs humaines, sociales et environnementales.
  • Participer au redéploiement de la vigne et devenir acteur majeur dans le domaine viticole en Belgique.
  • Obtenir un juste retour sur investissement.
  • Contribuer à la réinsertion sociale de personnes en difficulté.
  • Bénéficier d’un accès privilégié à nos vins.

Être coopérateur de Vin de Liège c’est aussi :

  • L’occasion de découvrir ou d’approcher le monde du vin,
  • De participer, selon ses envies et ses disponibilités aux travaux du vignoble et aux vendanges
  • Investir et pouvoir s’investir dans un projet local, citoyen et concret

 

Vin de Liège

 

Informations pratiques

La part de coopérateur s’élève à 500 euros.

Pour participer à ce projet et souscrire au capital de la société Vin de Liège:

 

 

Tout investissement comporte un risque, notamment celui de perte totale ou partielle du montant investit.

L’instrument offert est une action.
Note d’information déposée auprès de la FSMA : http://www.fsma.be/sites/default/files/prospectus/files/2021/2021-%2528123%2529-FR-SCS20210577-A01-B01-C21-NP-CD17_11.pdf

En cas de plainte, vous pouvez vous adresser à Vin de Liège – rue fragnay, 64 – 4682 Heure-Le-Romain.

Si vous n’obtenez pas satisfaction, contactez l’Ombudsman en conflits financiers, Bld Roi Albert II 8 bte 1, 1000 Bruxelles (www.ombudsfin.be).

Vin de Liège

 

Vin de LiègeVin de Liège, Rue Fragnay 64, 4682 Heure-Le-Romain, Belgique
www.vindeliege.be

Rdvs à ne pas manquer! ce samedi 16 octobre vers 13h35 sur La Une Les Ambassadeurs au cœur des Vignobles de Meuse et de Sambre

Oui, le vin belge existe! Oui, il y a des vignerons en Wallonie! Ils sont d’ailleurs de plus en plus nombreux à se lancer dans l’aventure, près de 200 aujourd’hui pour plus de 350 hectares entièrement dédiés à la culture des vignes, rien qu’au sud du pays : c’était donc l’occasion de se plonger au cœur de nos vignobles. Armelle s’est fixée pour but d’en visiter quelques-uns, se laissant inspirer par le charme des lieux et des histoires, le tout, au fil de l’eau, de la Meuse à la Sambre. Une balade «oenotouristique» qui emmènera le téléspectateur du pays de Herve à la province de Hainaut, du côté de Lobbes, en passant par Huy -berceau historique de la viticulture en Wallonie- et la région namuroise. 

Le cap des 2 millions de bouteilles se rapproche pour les vignobles wallons in « L’Echo »

 

©Kristof Vadino

Si les caprices de la météo ont freiné la production de vin wallon cette année, le cap symbolique des 2 millions de bouteilles devrait être franchi l’an prochain.

Déjà touchées par les gelées tardives d’avril, et après deux années de sécheresse, les pluies abondantes de juillet propices au développement du mildiou ont fait des ravages dans les vignes avec une baisse moyenne de 20 à 30% des volumes. Un épisode qui ne devrait cependant pas freiner le développement du secteur.

Selon Pierre Rion, président de l’association des vignerons de Wallonie, la Wallonie compte aujourd’hui 200 vignobles pour une superficie plantée d’un peu plus de 300 hectares.

 

À Nouvelles (Mons) ce lundi, le soleil est coquin et nargue les derniers vendangeurs du domaine du Mont des Anges. Après un week-end pourri, les bénévoles se pressent à récolter les dernières grappes de chardonay, de meunier ou de pinot noir plantées en 2018 sur ce coteau jadis bâti par Louis XIV comme renfort lors de sa conquête de Mons.

Cette fin de vendange sonne comme un soulagement après une année noire durant laquelle la nature n’a pas fait de cadeaux au raisin. « Cette année, les grappes sont rares. Et vendredi, nous avons dû avancer les vendanges, car on se faisait manger tout ce qui restait par les étourneaux », explique Vincent De Busscher, copropriétaire du domaine.
Cet ancien banquier de HSBC garde le sourire, et la passion du métier appris en champagne pour réaliser le vin effervescent du Mont des Anges reprend vite le dessus. « Avec les gelées d’avril et le mildiou, c’est environ 30% de la production qui est perdue. L’année dernière, nous étions arrivés à récoler 16 tonnes de raisins et on espérait en avoir 25 tonnes cette année. On sera plutôt entre 10 et 12 tonnes. C’est surtout le mildiou qui nous a fait du mal. » Par un excès d’humidité le matin et de chaleur l’après-midi, ce champignon s’installe sous les feuilles et s’attaque aux fruits. « Les gelées noirs d’avril (quand le froid vient du ciel) ont été maîtrisées par une éolienne mobile, des canons à chaleur et des bougies…Avec les gelées d’avril et le mildiou, c’est environ 30% de la production qui est perdue.
Vincent De Busscher reste cependant accroché à son objectif. « La priorité est de construire notre chai gravitaire sur le coteau. »

Plus de 200 vignobles wallons

Dans cette jeune Wallonie viticole en plein développement, la vigne pousse aux quatre coins du territoire. Derrière les précurseurs du début des années 2000 avec des noms comme le Ruffus, le Chant d’éole ou le domaine du Chenoy et le Ry d’Argent, une armée de jeunes pousses attend aujourd’hui de pouvoir démontrer son savoir-faire et prouver que la Wallonie viticole n’a peut-être rien à envier à la Bourgogne. « Tous les 15 jours, j’entends parler d’un nouveau projet. On assiste à une véritable explosion de la production », constate Pierre Rion, figure du vin wallon avec son domaine De Mellemont revendu il y a quelques mois, et aujourd’hui à la tête de l’association des vignerons de Wallonie. « Selon mes estimations, la Wallonie compte aujourd’hui 200 vignobles pour une superficie plantée d’un peu plus de 300 hectares. Un peu moins de 20 vignobles sont des vignobles professionnels: leurs propriétaires exploitants en ont fait un métier et souhaitent en vivre. Parmi ces vignobles, 10% ne sont pas encore en production et le seront d’ici l’an prochain. »

« Tous les 15 jours, j’entends parler d’un nouveau projet. On assiste à une véritable explosion de la production. »
PIERRE RION
PRÉSIDENT DE L’ASSOCIATION DES VIGNERONS DE WALLONIE

D’un-demi million de bouteilles produites en Wallonie en 2014, les volumes ne cessent d’augmenter au point de dépasser de 10% ceux de la Flandre en 2020. Pierre Rion estime ainsi qu’un cap devrait être franchi par le secteur l’année prochaine. « Si 2022 est une année normale, nous devrions approcher les 2 millions de bouteilles rien que pour la Wallonie. Dans cette production, le vin mousseux représente près de 60%.  »

 

Derrière cette conquête viticole qui touche toute la Belgique à une vitesse vertigineuse, on sent une tendance lourde qui va au-delà de l’effet de mode, du désir de certains passionnés ou d’hyper-riches qui veulent faire du vin. « La professionnalisation est là. Il y a aujourd’hui des cours sur les métiers de la vigne donnés à l’IFAPME. Des doctorants se focalisent sur le secteur du vin », fait remarquer Pierre Rion. La consécration est même venue cette année avec la sortie du premier guide des vins belges. Cette bible éditée par Vino.be recense 162 vins élaborés par 61 producteurs belges. Derrière cette reconnaissance pour un secteur, l’ouvrage confirme une réalité: « De 2019 à 2020, en passant de 441 hectares à 587 hectares, la superficie du vignoble belge a augmenté de 33% », pointent ses auteurs.

Professionnalisation du secteur

Direction le Brabant wallon et le chai du vignoble du château de Bousval. Fondu dans la nature avec sa toiture végétale et ses murs en bois, l’immense bâtiment n’a probablement rien à envier à ses voisins français. Propriété de Patrick Verhaeghe, le domaine a opté pour une culture en biodynamie et espère atteindre les 40.000 bouteilles d’ici quelques années. Le choix se veut raisonné, mais apporte aussi son lot de contraintes comme l’explique Vincent Dienst, le maître de chai. « Pour stimuler les défenses naturelles des vignes, nous pulvérisons des produits naturels comme des tisanes d’osier ou de pissenlit. Nous mettons aussi du cuivre. Mais c’est beaucoup plus contraignant. Quand il pleut 30 millimètres d’eau, les vignes sont lessivées et elles perdent leur protection. C’est ce qui s’est passé cette année. »

 

« Quand il pleut 30 millimètres d’eau, les vignes sont lessivées et elles perdent leur protection. C’est ce qui s’est passé cette année. »
VINCENT DIENST
MAÎTRE DE CHAI DU CHÂTEAU DE BOUSVAL

 

À quelques jours des vendanges, Vincent Dienst ne peut que constater l’attaque du mildiou particulièrement cruelle dans la zone test qui surplombe le vignoble où il y a eu moins de cuivre. « Le travail de la vigne a tout son sens si on arrive à maîtriser les clés climatiques. » Le canon anti-grêle qui trône au milieu des vignes est une des réponses. « On a un climat viticole similaire à la champagne il y a 30 ans. En Belgique, on peut retrouver tous les sols où on plante des vignes en France. C’est donc très important de sélectionner la bonne parcelle. »

Constatant un engouement pour la vigne, Vincent Dienst rappelle la lourdeur du travail. « Il y a beaucoup de projets viticoles en Wallonie, mais beaucoup de personnes ne se rendent pas compte du travail que cela représente. Il y a le travail de la vigne, la vinification, la commercialisation, les aspects administratifs. »

Au chai, les machines n’attendent plus que les grappes de chardonnay et de pinot gris pour commencer à presser et vinifier le vin tranquille. « À l’inverse de la France où il y a des labos partout, cela reste compliqué de mener rapidement des analyses en Wallonie. C’est pourquoi nous avons décidé d’investir dans un laboratoire. On mesure la maturité et la quantité du sucre afin de savoir exactement à quelle date on doit vendanger. »

La bonne vieille bougie

À côté des importants moyens financiers à mobiliser avec une rentabilité qui se calcule sur le long terme, la réussite est une question de dévotion. Au Mont des Anges, à Bousval ou au Domaine W situé à Saintes, personne ne vous dira le contraire. « La biodynamie impose plus de contraintes et de travail. Je suis arrivé en mai sur les genoux. Cette année a été physiquement difficile avec, par exemple, 16 nuits blanches à veiller, à observer les températures de peur que le gel ne décime les raisons. Il fallait souvent réagir rapidement pour placer les bougies. Mais à côté, il faut aussi avoir les capacités financières pour investir. Chaque année, nous achetons de nouveaux canons à chaleur pour lutter contre le gel. Nous avons aussi une station météo qui nous aide à détecter l’arrivée des maladies. C’est un outil d’aide à la décision », explique Dimitri Vander Heyden, le propriétaire du Domaine W qui commercialise ses premières bulles depuis cette année.

Plus chanceux que ses confrères, Dimitri Vander Heyden prédit une bonne vendange. « La quantité est au rendez-vous. La quantité de pulvérisation a été la clé. On a réussi à  pulvériser entre deux pluies. Cela a permis de limiter la présence du mildiou sur les jeunes feuilles du dessus. »

d’ici – Wépion


Information: www.d-ici.be – info@d-ici.be 

Contact:

Naninne  +32 81 848 209 Chaussée de Marche 940 , 5100 Namur
Wépion    +32 81 39 53 82 Chaussée de Dinant 1232,  5100 Wépion

« d’ici » est une enseigne unique qui propose des super « marchés » de produits alimentaires locaux.  Un concept original où l’on trouve tous les produits de consommation courante, avec pour particularité que ceux-ci ont été élevés, cultivés ou transformés dans des fermes ou par des artisans et des producteurs belges, qui pour la plupart sont situés à quelques dizaines de kilomètres de nos magasins.  C’est un projet innovant et alternatif, porteur de valeurs sociétales fortes notamment humaines et environnementales, et qui a pour ambition de contribuer à l’émergence d’un comportement d’achat en faveur d’une alimentation plus locale et durable.  Les magasins sont actuellement situés en région namuroise à Naninne et Wépion.  

Depuis le début de nos activités en 2013, nous avons fait le pari du développement de la filière du vin en Belgique, et proposons à la vente les vins d’une douzaine de vignerons principalement wallons.  Depuis 2016, nous sommes partenaires de l’Association des Vignerons de Wallonie lors de  la Foire agricole de Libramont et y partageons un stand de concert.

 

 

 

Vous avez dit vendanges…. par Marc Vanel

 

Certains ont déjà démarré, d’autres patientent : les vendanges wallonnes sont décalées de quelques semaines par rapport à la moyenne. En cause : un manque de maturité dû au gel et aux pluies qui ont entraîné une attaque de mildiou et de sérieuses pertes chez les uns et les autres.

Un bref état des lieux pré-vendanges dans 19 vignobles avec quelques offres pour donner un coup de main…

La suite in:       marcvanel.be/pre-vendanges

17ème Concours du Meilleur vin belge organisé par la VVS

 

La 17e édition du Concours du Meilleur vin belge s’est tenue ce 15 septembre 2021 à Bruges. Six domaines wallons gagnent 10 médailles. La vendange est maigre…

Organisé par l’Association des sommeliers flamands, ce concours est devenu un gage de qualité et jouit d’une grande confiance tant parmi les vignerons que parmi les consommateurs.

Ici non pas des étoiles, mais des médailles (or, argent, bronze) que l’on retrouvera collées sous forme d’étiquette sur la bouteille…

Quelque 160 vins étaient en compétition cette année, représentant 65% des surfaces de vignobles dans les deux régions et 60% en volume. Un concours bien représentatif donc de la production actuelle en Belgique.

Placé sous le contrôle du SPF Economie, le concours est absolument indépendant, sans but lucratif ni sponsors et tous ses organisateurs sont bénévoles.

16 médailles de bronze, 16 d’argent et 17 d’or ont été décernées mais seuls 6 vignobles wallons ont été récompensés. Mais il semblerait que les échantillons présentés étaient eux-mêmes peu nombreux.

 

Le palmarès des vins wallons

BRONZE : 1

  • Chant d’Eole – Blanc de Blancs 2016

ARGENT : 5

  • Chant d’Eole – Blanc de Blancs 2019, 2018 et 2016
  • Domaine de Mellemont – Verger des Moines 2020
  • Domaine Viticole du Chapitre – Pinot Noir 2019

OR: 4

  • Domaine des Marnières – Pinot Noir, Cuvée Belge (Barwal)
  • Vignoble des Agaises – Ruffus Chardonnay Brut
  • Vin de Liège – L’Insoumise 2019 et L’Insoumise Réserve 2018

 

la suite in :  https://www.marcvanel.be/meilleurs-vins-belges-2021/Et les Meilleurs vins belges 2021 sont…

 

 

FINALE Resultats Concours Meilleur Vin Belge 2021_FR

Troisième mandat pour Pierre Rion à la présidence de l’Association des Vignerons de Wallonie

Par Marc Vanel in https://www.marcvanel.be/pierre-rion-3x-avw/

 

Ce lundi 13 septembre, le conseil d’administration de l’asbl Vignerons de Wallonie a désigné Pierre Rion à sa présidence. C’est son troisième mandat de trois ans !

Né à Charleroi en 1959, diplômé ingénieur civil en électronique et informatique, le business angel Pierre Rion parcourt quasiment chaque jour la Wallonie en tous sens pour honorer ses multiples mandats privés ou publics, rémunérés ou bénévoles.

Elevé au rang de Baron par le Roi en 2016, il est aussi l’un des pionniers du renouveau du vignoble wallon : son vignoble de Mellemont, qu’il exploitait avec Etienne Rigo et François Vercheval, dans son village de Thorembais-les-Béguines dans le Brabant wallon, en est la meilleure preuve. Les trois associés viennent toutefois de céder le flambeau à une équipe de quatre jeunes qui, il faut l’avouer, ne reprennent pas l’affaire au meilleur moment, mais conjuguer avec les éléments fait partie des défis de la viticulture wallonne…

Elu pour la première fois à la tête de l’AVW il y a six ans, Pierre Rion n’a eu de cesse de promouvoir les vins wallons dans les cénacles d’affaires et dans tous les cabinets ministériels afin qu’ils soient servis dans les cérémonies officielles. Et il faut reconnaître que ses efforts ont porté leurs fruits.

Ce troisième mandat n’est donc pas vraiment une surprise : « Ce n’est pas un Président qui a été réélu, s’empresse-t-il de préciser, mais bien une équipe. Et pour reprendre avec un brin de fierté l’expression de certains membres du Conseil d’administration : “on ne change pas une équipe qui gagne”. Nous allons donc  travailler pour poursuivre nos actions avec le précieux soutien du ministre wallon de l’Agriculture Willy Borsus. »

Le défi de ces dernières années était avant tout de faire connaitre les vins wallons auprès du grand public. Et il faut reconnaître que le défi a été rencontré. « Nous  y sommes parvenus notamment par nos présences sur les foires et dans la presse et sur le terrain de la gastronomie, poursuit-il. Il y a 20 ans, les vendanges étaient une curiosité médiatique, quelque chose d’inédit. Aujourd’hui, c’est plutôt devenu un “marronnier”».

Grâce à son action, la Belgique est aujourd’hui représentée à la Confédération européenne des Vignerons Indépendants qui fêtera ses 20 ans l’an prochain. Et cet événement aura probablement lieu en Belgique. Qui l’eut cru?

« Notre prochain challenge, conclut le président, sera de séduire les sommeliers et de mettre nos vins en bonne place sur la carte de toutes les brasseries et restaurants du pays. Même si la question des volumes alors se posera, d’autant qu’après le Covid qui a handicapé la progression de nos vins, nos vignerons ont eu fort à faire cette année avec le gel, puis le mildiou. Les quantités à récolter en 2021 seront donc très nettement réduites. »

La réponse dans quelques semaines, mais il est vraisemblable que les pertes tournent entre 30 et 50%, voire 100% pour certains.

>> Outre Pierre Rion, les autres membres du CA de l’AVW sont Christian Balduyck (Glabais), Romain Bévillard (Vin de Liège), Fabrizio Bucella (sommelier), Jean-Bernard Despatures (Chenoy), Alain Dirick (Bois Marie Hautes Vignes), Daniel Dries (Clos des Fouchères), Hubert Ewbank (Chant d’Eole), Henri Larsille (Martinet), Arnaud Leroy (Ruffus), Vanessa Vaxelaire (Bioul) et Christophe Waterkeyn (Villers-la-Vigne). Bon travail à tous!

Le premier « Guide des vins belges »…in La Libre Eco

Le meilleur des vins du Plat Pays rassemblé dans le tout premier « Guide des vins belges » : trois vins obtiennent la note maximale

Longtemps reconnue uniquement pour son savoir-faire brassicole, la Belgique prend désormais du galon dans la production vinicole. Pour marquer ce changement, un premier guide des producteurs belges s’apprête à voir le jour.

© BELGA La Libre Eco avec Belga
Publié le 13-09-2021 à 17h44 – Mis à jour le 13-09-2021 à 17h46

« Le nombre de vignerons a considérablement augmenté ces dernières années en Belgique. Il y a aujourd’hui suffisamment de matière pour inventorier dans un livre une partie de la production qui sort de ces vignes et juger de la qualité. Vinopres sort donc son premier « Guide des vins belges 2021 », en librairies jeudi.

L’ouvrage reprend 162 vins élaborés par une soixantaine de vignerons. Les breuvages ont été sélectionnés par un jury professionnel composé de journalistes, de sommeliers, de négociants et de cavistes renommés. La dégustation effectuée par le jury a été réalisée à l’aveugle et était organisée par l’équipe du Concours Mondial de Bruxelles. Tous les producteurs belges étaient invités à présenter leurs produits.

Plus de 230 échantillons sont parvenus aux organisateurs. Tous ces vins ont été dégustés mais seuls ceux ayant obtenu une cote d’au moins 2,5/5 ont été repris. Trois vins ont obtenu la note maximale de 5 étoiles et, sans surprise, il s’agit de trois vins effervescents, une spécialité pour laquelle la Belgique a déjà acquis une certaine notoriété.

La Belgique se fait une place dans le monde vinicole

La sélection de ces trois vins est « la preuve de l’excellence des bulles belges, déjà reconnue lors de nombreux concours internationaux », expliquent les auteurs du guide, Baudouin Havaux et Dirk Rodriguez. Ces vins sont le Chant d’Éole Cuvée Réserve Brut (Hainaut), le Genoels-Elderen Zilveren Parel Brut 2014 (Limbourg) et le Ruffus Chardonnay Brut Sauvage (Hainaut). Outre la sélection des 162 vins, le guide fournit des informations sur la viticulture belge et les caves. L’histoire de chaque vigneron est par ailleurs relatée dans l’ouvrage.

Ce premier guide des vins belges « est avant tout un hommage aux viticulteurs belges et une reconnaissance des pionniers qui ont fait de la viticulture belge une réalité. Une activité économique récente dont la Belgique peut être fière », soulignent les auteurs dans leur édito. Le nombre de vignerons en Belgique a augmenté de 25 % en un an, passant de 154 (professionnels et amateurs confondus) en 2019 à 198 l’an dernier. La production totale de vin belge en 2020, 1,853 million de litres, a avoisiné le record de 2018 (1,962 million), selon des données du SPF Économie. »

 

Et  Eric Boschman nous précise:

« Seuls 3 vins ont obtenus 5⭐️ ( le maximum)
Ruffus Brut Sauvage
Chant d’Eole Brut Réserve
Genoels-Elderen Zilveren Parels
14 vins ont été cotés à 4 1/2 ⭐️Le guide est en vente sur www.vino.be pour 19,9€ »