Vendanges masquées ?

Si vous souhaitez participer cette année aux vendanges en Wallonie, certaines mesures de sécurité seront à respecter en raison de la crise corona.

Aucune disposition directement applicable aux viticulteurs n’a été prise, mais on peut sans aucune hésitation s’inspirer des recommandations en la matière du SPF Emploi, relayées par la Fédération wallonne horticole dont l’Association des Vignerons de Wallonie est membre.

Des affichettes sont disponibles à la Fédération wallonne horticole via fwh@fwa.be

Parmi les principales recommandations, qui s’appliquent en réalité à tous les travailleurs saisonniers, que ce soit dans la viticulture ou l’horticulture, une distance minimale de 1,50m doit être maintenue entre les travailleurs qui seront organisés en équipes de 10 personnes maximum.

Le masque doit être porté si la distanciation sanitaire ne peut être respectée, et tous les outils de travail, ainsi que les espaces de travail ou de repos, doivent être régulièrement désinfectés.

Les pauses seront elles aussi organisées par équipes et à des moments différents, chacun s’asseyant en ligne pour éviter le face à face.

Il est clair donc que les vendanges 2020 ne se dérouleront comme aucune autre et qu’il n’y aura pas de grande journée festive comme certains domaines avaient l’habitude d’organiser.

Si vous souhaitez participer à cette belle expérience, sachez que plusieurs domaines recrutent des bénévoles pour une demi-journée ou davantage. Les dates exactes ne sont malheureusement pas encore connues au moment où nous clôturons cette lettre et évolueront avec les conditions météo.

  • Domaine de Bousval : vendanges à sept ou huit dates entre le 24 septembre et le 17 octobre selon la maturité du raisin. Détails et inscription : ICI.
  • Domaine de Glabais : plusieurs journées (uniquement le w-e) réparties entre mi- et fin septembre en fonction des conditions climatiques. Inscription par mail (domainedeglabais@gmail.com) ou par téléphone au 0474 06 11 62.
  • Domaine du Chenoy : les candidats peuvent s’inscrire à la mailing-list via l’adresse info@domaine-du-chenoy.com et ainsi recevoir, en temps voulu, les communications sur le sujet.
  • Vin de Liège : inscription via l’adresse vendanges@vindeliege.be. Vous serez tenus au courant une semaine à l’avance par retour de mail. La journée se déroule de 7 à 16h.
  • Domaine de Mellemont : la date des vendanges est à confirmer mais ce sera probablement le week-end du 18-19/9. Inscription : pierre.rion7@mac.com
  • Domaine du Chapitre : pour recevoir les infos sur les vendanges, abonnez-vous à la lettre d’infos du vignoble sur le site www.chapitre.vin. Démarrage le 4/9 avec les blancs, puis tous les mercredis et samedis jusqu’à mi-, voire fin octobre pour les rouges.
  • Vignoble de Bellefontaine: vendanges durant la seconde quinzaine de septembre. Inscription: info@vignobledebellefontaine.be
  • Domaine du Ry d’Argent: aide souhaitée pour la cueillette des rouges. Infos: direction@domainedurydargent.com.

Deux coopératives construisent leur chai

La coopérative Vin du pays de Herve vient d’achever la construction de son chai, un élément indispensable pour la prochaine récolte.

« La crise du coronavirus a ralenti le chantier, explique Michel Schoonbrodt, mais celui-ci ne s’est pas arrêté. Après le terrassement, l’infrastructure métallique (et galvanisée) a été érigée. C’est sur cette structure que prennent place les panneaux béton/isolant. Nous disposons à ce jour d’un bâtiment presque fermé : il reste quelques châssis à placer sur les côtés. Le bâtiment est raccordé à l’eau et à l’électricité et nous commençons à recevoir l’équipement nécessaire à notre première vinification. »

L’ambition de la coopérative est d’atteindre 10 hectares, huit sont déjà plantés. Plus d’infos : www.vindupaysdeherve.be

A Sirault, non loin de Saint-Ghislain, la coopérative du Vignoble de Sirault attend avec impatience sa seconde vendange, car la première a été vendue en quelques jours.

Ici aussi, un chai a été construit dans le village afin de vinifier en un point central les raisins provenant des neuf différentes parcelles de cépages résistants pour un total de 9.700 pieds.

Soucieuse d’obtenir le meilleur vin, la coopérative a même acquis plusieurs amphores ! Résultat en 2021. Plus d’infos sur la page Facebook de la coopérative: ICI.

Havre de paix dans les vignes

Créé en 2018 à Couthuin par cinq frères et sœur de la famille Grégoire, le Domaine XXV (prononcez « Vins des 5 ») vient de passer de 4 à 8 hectares de cépages classiques, Chardonnay, Pinot meunier, Pinot noir, Müller-Thurgau et Pinot gris, le tout en bio. La première production n’est toutefois prévue que pour 2022.

Outre le spectaculaire paysage dans lequel s’insère le vignoble, le Domaine a décidé de jouer d’emblée la carte de l’œnotourisme en transformant une ancienne fermette en un double gîte très moderne, de 3 et 5 chambres pouvant accueillir 12 personnes (4 et 8 lits), pouvant être réservées ensemble ou séparément pour un week-end ou un plus long séjour.

Outre sa vue magnifique donnant sur le vignoble, la « XXV House » est disponible à la location dès la fin juillet via le site xxvhouse.be. Comptez environ 500 euros par nuit (pour 12 personnes).

Premier vin bio au Chenoy

Dès leur arrivée au Domaine du Chenoy en 2017, Jean-Bernard et Pierre-Marie Despatures ont finalisé la certification bio du domaine entreprise trois ans plus tôt par Philippe Grafé.

Le premier vin frappé du célèbre logo européen sera le Citadelle (blanc) 2019, un assemblage Solaris, Bronner et Johanniter élaboré sous l’œil avisé d’Eric Boissenot, célèbre œnologue bordelais.

Finesse et élégance au programme de ce vin très aromatique qui a été élevé en cuve sur lies fines et qui séduira un large public. En vente dès maintenant sur le site www.domaine-du-chenoy.com

Se former à la viticulture

La première promotion de la formation en alternance au métier de « viti-viniculteur » s’achève à la rentrée prochaine, même si elle a elle aussi été chahutée par le coronavirus.

Dispensée par les centres IFAPME de Villers-le-Bouillet et de Perwez, cette formation permet en deux ans de maîtriser les étapes viticoles, soit la culture de la vigne, la récolte du raisin, la fabrication du vin, son conditionnement jusqu’à la vente des produits. Le diplôme est reconnu par la Communauté française.

Des cours théoriques de près de 800 heures en deux ans sont complétés par deux stages pratiques de 250 heures en entreprise. Accessible aux détenteurs d’un CESS (études secondaires supérieures), cette formation offre également des débouchés dans le négoce de vins. Coût annuel : 365€.

A partir de septembre, l’IFAPME lance une seconde formation dans le secteur : « Ouvrier viticole ».

Selon le descriptif de cette nouvelle filière : « L’ouvrier viticole travaille dans un domaine viticole. C’est un technicien de la vigne qu’il cultive et entretient avec soin dans un objectif qualitatif et quantitatif de production de vin. »

Toutes les infos sur www.ifapme.be