Et si les vignerons réutilisaient leurs bouteilles ?

En partenariat avec Group Terre asbl, Laurent Hames et Sébastien Laloux ont créé à Herstal il y a deux ans le premier centre de lavage mutualisé des contenants alimentaires, la startup Bring Back. Sa raison d’être : permettre aux producteurs alimentaires d’adopter un emballage réutilisable (consigné) permettant de diminuer les déchets et les émissions de CO2. Que ce soit pour des bocaux alimentaires (yaourts, sauces, confitures…) ou des bouteilles de vin.

« En effet, explique-t-il, le lavage de bouteilles se passe à 85° durant 20 minutes et permet d’épargner jusqu’à 80% de CO2 par rapport aux bouteilles qui finissent à la bulle à verre et qui doivent être fondues à 1500° durant 24h. On parle donc d’un cycle 5x moins polluant.

(…) La réutilisation de bouteilles de vin est déjà bien implémentée dans d’autres régions (France, Moselle, Malte,…) et souvent utilisée par les domaines ayant une faible exportation. Le réemploi de bouteilles de vin fait d’autant plus de sens au vu de son poids (écologique) et prix (économique) élevé. »

Laurent Halmes propose aujourd’hui aux viticulteurs de Wallonie de se joindre à l’initiative et annonce avoir reçu un écho favorable du côté des coopératives Vin de Liège et Vin du Pays de Herve.

« Nous avons pu identifier ensemble les points qui restent à clarifier (logistique de collecte des cavistes, étiquettes lavables, standardisation des modèles,…) et nous souhaitons à présent résoudre ces points ensemble avec tous les acteurs impliqués. »

Si la difficulté sera sans doute d’harmoniser le modèle de bouteilles pour tous les vignerons, Bring Back pourrait être le chaînon manquant pour les circuits courts. A expérimenter donc.

Infos : Laurent Halmes, 0497.68.48.41 ou hello@bringback.be

Newsletter 12

Développer de nouvelles filières pour l’emploi

La viticulture génère-t-elle des emplois en Wallonie ou est-elle avant tout une affaire de passionnés qui ne comptent pas leurs heures? La réponse est forcément entre les deux…

Si la Wallonie a connu quelques beaux millésimes ces dernières années, elle en a aussi malheureusement connu d’autres qui l’étaient nettement moins, faisant chuter, comme en 2019 ou en 2021, la production de 10 à 100% selon les domaines. Même si l’on dénombre presque 200 producteurs au sud du pays, il faut constater qu’il s’agit principalement de petites parcelles d’un ou deux hectares où le plaisir prime sur la rentabilité. Seuls une douzaine de vignobles dépassent toutefois les dix hectares, seuil de rentabilité reconnu pour une activité professionnelle.

Car la viticulture coûte cher. Le prix de l’hectare de terres agricoles a littéralement explosé ces dernières années autour de 60.000€, et devrait prendre encore 25 à 30% rapidement. A cela s’ajoute le prix des pieds de vigne, des piquets, des fils, du matériel d’entretien, du chai et du personnel.

Comme le faisait remarquer l’agro-économiste Jan Leyten sur le site de la KBC en juillet 2020, « la forte croissance du secteur en Belgique au cours de la dernière décennie se reflète dans la réussite d’un certain nombre de viticulteurs. Et même s’il s’agit souvent d’un hobby qui a évolué, de la poursuite d’un rêve, d’un (ré)investissement à long terme ou de la diversification d’une entreprise agricole ou horticole existante, une dizaine de viticulteurs professionnels développent leur activité.

La concurrence internationale étant féroce et les coûts étant relativement élevés pour nos viticulteurs, ceux-ci sont contraints de se concentrer sur le marché intérieur, avec un produit qui s’articule autour du concept global: un produit régional de haute qualité, axé sur un marché de niche et la volonté de vivre une expérience.

(…) Le tableau économique et financier n’est pas sans importance pour un viticulteur. La viticulture est une activité à forte intensité de capital et de main-d’œuvre, alors que les rendements sont incertains, les bénéfices modestes et le temps de retour sur investissement très long. La création d’une entreprise viti-vinicole professionnelle est par conséquent loin d’être une évidence.

Les nouvelles plantations et une installation de vinification sont de lourds investissements, qui ne commencent à produire des rendements qu’après un certain nombre d’années. Abstraction faite de l’achat des terres, les investissements de démarrage se chiffrent rapidement à 80 000 à 100.000 euros par hectare. Pour un prix de vente de 13 euros par bouteille de vin non pétillant, le délai d’amortis­sement des investissements atteint facilement huit à douze ans. »

Taille au Poirier du Loup – © Vanel
Et le personnel ?

Dans toute exploitation agricole, horticole ou viticole, l’activité varie tout au long de l’année et est rythmée par les saisons ou les conditions météorologiques. Une réglementation spécifique répond à ces exigences de flexibilité : le travail saisonnier (1).

Les employeurs relevant de la Commission paritaire CP145 des entreprises horticoles (maraîchage, fruiticulture, pépinières, floriculture) peuvent engager, à des conditions avantageuses, des travailleurs occasionnels afin de faire face à des périodes de pointe.

Il s’agit d’un emploi temporaire avec des contrats journaliers et un saisonnier ne peut prester que maximum 100 jours par année civile dans le cadre de cette réglementation particulière, en marge du travail dit régulier (contrats en CDD ou CDI).

Comme le précise le Fonds social et de garantie pour les entreprises horticoles – FSG Horticole, sur son site, « le formulaire occasionnel remplace le contrat de travail. Chaque jour renseigné sur ce formulaire correspond à un contrat journalier. Dans ce cas, on estime que le contrat de travail se termine automatiquement chaque jour. Il ne faut pas suivre de procédures spécifiques pour terminer le contrat. L’employeur décide chaque jour quelle personne il va engager. On ne doit pas conclure un contrat de travail par écrit.

(…) Le premier employeur d’un saisonnier doit acheter le formulaire occasionnel. Il doit le remplir et le remettre au travailleur. Avec cette carte, le travailleur peut justifier auprès de tous les futurs employeurs combien de jours de travail il a déjà effectués. »

Au Domaine du Chant d’Eole – © Vanel

Le salaire horaire des saisonniers engagés sur un vignoble relève de la CP145.05 – fruticulture et s’élève à 9,69€. Un précompte professionnel de 11,11% est à déduire de ce salaire brut. Les travailleurs réguliers, engagés en CDD ou CDI dans ce secteur, voient leur salaire horaire brut varier entre 11,18 à 13,51€ selon la catégorie (de 1 à 4) et l’ancienneté (le taux le plus élevé étant de 14,05€ après 40 ans d’ancienneté…) A cela s’ajoutent une indemnité hebdomadaire pour les vêtements (4,11€) et une autre pour couvrir le déplacement de 3,65€.

Depuis le 1er juillet 2016, le travail étudiant peut être cumulé avec le travail occasionnel. Ceci implique que le travailleur occasionnel étant aussi étudiant, peut travailler sur une année civile jusqu’à 475 heures en tant qu’étudiant (depuis 2017) et pendant 100 jours en tant que travailleur saisonnier dans le secteur horticole (CP145).

A noter que les chômeurs perdent leur allocation de chômage pour chaque jour d’occupation en tant que saisonnier et doivent être en possession de leur formulaire de chômage, dûment complété, sur le lieu de travail. Le travail bénévole n’est quant à lui pas autorisé dans les entreprises professionnelles.

Enfin, comme le souligne le FSG Horticulture, « l’employeur doit faire une DIMONA auprès de l’ONSS pour chaque jour presté par le saisonnier, avant le début du travail. Pour ce faire, il doit disposer du numéro national du travailleur et doit indiquer l’heure de début et de fin de l’occupation journalière. »

Formation à la taille à la coopérative de Sirault – © DR

Sur le terrain

A côté de la cueillette, qui n’exige pas de compétences particulières, il y a des travaux saisonniers, comme la taille, qui demandent à être exécutés par du personnel qualifié. Ce qui pose un nouveau problème. Car si certains choisissent de se former chez nous dans certaines écoles ou organismes (voir plus loin), d’autres partent à l’étranger et reviennent en étant trop qualifiés pour travailler comme saisonniers sur une parcelle. Souvent, ils n’acceptent dès lors pas le job, ou alors le quittent rapidement.

« Pour être rentable, souligne un producteur, et rémunérer un travailleur temps plein, il faut avoir dix hectares, en dessous, ce n’est pas possible. Aujourd’hui, certains travailleurs doivent partager leur temps de travail entre plusieurs vignobles et finissent trop souvent par quitter l’un pour l’autre. »

Comme le souligne Vincent Dienst, conseiller technique de l’AVW, qui travaille au Domaine de Bousval et au Domaine W, « d’une manière générale, la question de la main d’œuvre est un point de difficulté pour plusieurs raisons. D’une part, car il n’est pas facile de trouver du personnel saisonnier qualifié qui sache exécuter certaines tâches techniques dans la vigne (taille, ébourgeonnage). Ils ne reviennent pas toujours d’une année à l’autre, il faut donc dépenser beaucoup d’énergie pour les former.

Dans ce sens, les formations de type IFAPME sont une très bonne chose, mais la plupart des apprenants ont un profil plutôt “gestionnaire” qui veulent démarrer un nouveau projet viticole, et pas assez souvent des profils ouvriers/techniciens viticoles qu’on pourrait engager dans la vigne.

Un autre gros frein est le coût de la main-d’œuvre en CDD/CDI, ce qui renforce la pression sur le prix des vins belges en général, puisque la viticulture est très consommatrice en main d’œuvre.

Un autre frein pour engager du personnel sur du long terme est la saisonnalité. On alterne souvent des périodes avec des besoins de main d’œuvre très élevés (le pic étant de mai à juillet) avec des périodes plus calmes (mois d’avril, de fin juillet à début septembre et de novembre à janvier). Pas facile de donner du travail en continu. »

Sammy Lasseel, au Domaine Marquise de Moulbaix, estime le coût des saisonniers à 6 euros la bouteille…

D’autres dispositifs d’aides à l’emploi existent, comme « Impulsion 12 mois + » du Forem, indique Jérôme Naets du Domaine de Bellefontaine. Cette aide permet à celles et ceux qui sont demandeurs d’emploi de longue durée (n’ayant plus été au travail depuis au moins 12 mois) de bénéficier, sous conditions, d’une allocation de travail pendant 2 ans maximum qui sera déduite du salaire par l’employeur. Cette aide concerne tous les secteurs. (infos: ICI).

Oenotourisme

A côté de cela, certains choisissent de bosser en indépendant et se rémunèrent pour la gestion de leur propre domaine. D’autres domaines, comme Ruffus qui occupe sept à huit temps plein, ont aussi recours à des intérimaires: « plus ou moins 2 ou 3 la moitié de l’année, précise John Leroy. Les frais de personnel représentent 20% de nos frais mensuels. Pendant les périodes d’enlèvement, nous avons aussi nos clubs de dégustation qui viennent donner un coup de main.”

En 2022, grâce à la plantation de dix hectares supplémentaires et la construction d’un nouveau bâtiment abritant un nouveau chai, des salles de réception et de spectacle, le Domaine du Chant d’Eole va fortement développer ses activités et son équipe atteindra une bonne trentaine de personnes.

« Pour nos activités de viticulture, explique Hubert Ewbank qui mène l’équipe depuis sept ans, nous avons tout d’abord été obligés de chercher à l’étranger, notamment en Champagne pour trouver des saisonniers qui connaissaient le métier. Notre volonté est toutefois de créer des emplois locaux, en développant de nouveaux partenariats avec les écoles et centres de formation tels que l’IFAPME. Et avec les vignobles qui nous entourent, il y a un important potentiel d’emploi.

Nous n’avons pas eu de difficulté à trouver du personnel avec une expérience agricole pour ce qui concerne le travail mécanique des enjambeurs. Pour les vendanges, une partie se fait en mécanique (pas de problème non plus) ou en manuel avec des bénévoles où l’on remarque un engouement très important. Nous avons toutefois été obligés de créer une asbl dans laquelle tout bénévole doit être inscrit le jour des vendanges.

Par contre, pour tout ce qui concerne l’administratif, les finances, le marketing ou le commercial, nous croulons sous les demandes. Et l’équipe s’étoffe de jour en jour, une quinzaine de personnes actuellement. Cela sera nécessaire pour développer toutes nos activités d’œnotourisme car nous accueillons de plus en plus d’entreprises en semaine. Nous accueillons pour cela beaucoup de stagiaires en marketing dont certains sont engagés en CDD ou CDI à la fin de leur stage ou de leurs études. Il faut dire que les conditions de travail sont agréables.. »

Groupe en formation au Carah (Ath)

Formations

Si nous avons souvent évoqué les différentes filières de l’IFAPME de Perwez et de Villers-le-Bouillet, qui permettent aux différents domaines de bénéficier de stagiaires bien formés (reprendre liens), il faut également épingler les formations du CARAH à Ath qui s’adressent essentiellement aux agriculteurs, aux salariés des entreprises agricoles, horticoles, parcs et jardins et travaux publics ainsi qu’aux demandeurs d’emploi.

Certaines se déroulent en quelques jours seulement. Comme par exemple la formation Viti-viniculture destinée aux personnes souhaitant s’initier à la viti-viniculture. Elle permet d’appréhender le secteur, de comprendre les enjeux financiers et matériels liés à l’implantation d’un vignoble et de jeter les bases d’un futur projet viticole. (infos : vigne@carah.be).

Depuis 2019, une option viticulture (« Techniques viti-vinicoles ») a été ajoutée au Bachelier en agronomie proposé par la Haute Ecole provinciale de Hainaut Condorcet. C’est la première structure d’enseignement supérieur en Belgique à intégrer cette discipline dans ses enseignements.

C’est une autre piste pour trouver de la main d’œuvre qualifiée car les étudiants sont bien sûr amenés à réaliser des stages d’insertion professionnelle au sein d’exploitations viticoles belges (ou étrangères) pour couvrir l’ensemble des activités à différentes périodes de l’année : entretien et suivi du vignoble (période estivale), suivi des fermentations (période automnale), taille de la vigne (période hivernale).

A noter que cette option est développée en partenariat avec le CARAH, l’Université de Bourgogne et l’Institut de la vigne et du vin Jules Guyot.

(1) Pour toute information sur la réglementation du travail saisonnier, les membres de l’AVW peuvent contacter Claude Vanhemelen, représentante du secteur horticole wallon au sein de la Commission Paritaire 145 – fwh@fwa.be.

Marc Vanel

A LIRE AUSSI

Et si les vignerons réutilisaient leurs bouteilles ?


Les vignobles wallons (gratuitement) en poche

 

Lancée en août dernier, l’application digitale des Vignerons de Wallonie est téléchargeable sur votre smartphone depuis l’App Store (iOS) ou Google Play Store (Android). Elle vous permet de repérer les vignobles autour de vous lors de vos promenades ou plus simplement de retrouver la fameuse bouteille que vous avez dégustée récemment et dont vous aimeriez découvrir l’auteur.

Entièrement gratuite, cette app’ vient d’être enrichie de nouvelles présentations de propriétés. Pour chacune d’elles, découvrez les infos essentielles (coordonnées et heures d’ouverture) mais aussi leur philosophie, leur histoire ainsi que les différents points de vente des vins.

A télécharger sur App’Store ou Play Store

Du cidre aromatisé aux raisins à Herve

 

N’ayant pu récolter de grandes quantités de raisins l’an dernier, la coopérative Vin du Pays de Herve a cherché une alternative.

« L’idée de produire du cidre avec les pommes de notre région s’est imposée, explique Michel Schoonbroodt. Nous les avons fait presser à moins de 10 km de notre chai. Viticulteurs dans l’âme, nous avons ajouté un peu de raisin au jus de pomme obtenu. »

Ce nouveau produit a été baptisé du nom du « Parallèle 50 » qui traverse le plateau herbager du pays de Herve. Il est vendu sur le site de la coopérative et dans quelques magasins locaux également au prix de 8.5€.

En vente dans les magasins locaux et sur le site de la coopérative: ICI.

Travaux et plantations en 2022

Cette année sera certainement marquée par la construction de plusieurs chais. Modestes ou ambitieux, ils sont plusieurs à franchir cette étape dans les prochaines semaines.

Au Domaine des Marnières (Warsage) par exemple, Benoît Heggen termine l’aménagement de son chai construit fin de l’année dernière mais les matériaux se font attendre. Deux hectares seront tout prochainement plantés avec du Chardonnay, du Zweigelt, du Pinot gris et deux Pinots résistants italiens, Kors et Kersus.

 

Les vignes et le nouveau chai du vignoble d’Annevoie
Nouveau logo aussi

Dans le Namurois, au Château d’Annevoie où Léopold Loumaye et Damien Briard ont planté 11,5ha de vignes en 2020 (4ha de Johanniter et de Sauvignac, 1.5ha de Cabaret noir, 1ha de Solaris et 1ha de Cabernet blanc), les cuves sont déjà installées, un nouveau logo créé et des essais effectués sur quelques dizaines de litres de vin rouge qui ne seront sans doute pas commercialisés. Un futur grand à suivre.

 

Des travaux ambitieux pour le Chenoy à l’approche de ses 20 ans

A Emines, le Domaine du Chenoy, qui fêtera ses 20 ans en 2023, continue sa mue. Pierre-Marie et Jean-Bernard Despatures sont en pleins travaux de construction de nouveaux bâtiments et de rénovation de l’existant : nouveau chai à barriques, nouvelle cave de dégustation, nouvelle cave de vieillissement, nouveau bâtiment de stockage, nouvelle terrasse… Et tout cela sera terminé avant la fin de l’année, assurent les deux frères qui ne prévoient toutefois pas de plantation de nouvelles parcelles en 2022.

 

Dans le Hainaut, le Seigneur Ruffus a lui aussi décidé de se parer de nouveaux habits et d’élargir ses capacités de stockage et de production. Une nouvelle cave, semi-enterrée, va en effet être creusée dans la craie et permettra à la famille Leroy de doubler sa capacité de stockage. Le temps de mise sur lattes des bouteilles sera encore prolongé et une nouvelle cuvée « réserve » pourrait voir le jour en 2024.

La première parcelle ayant été plantée au printemps 2002, le Vignoble des Agaises fête donc logiquement ses 20 ans en 2022! Un livre de 360 pages sort fin avril et retracera la saga de ce projet un peu fou qui a littéralement boosté la production des effervescents en Belgique. Et ce n’est pas terminé, car 4,5 hectares seront bientôt plantés, portant ainsi la superficie de Ruffus à 35 hectares !

Au chapitre des prochains événements, signalons l’organisation de « dîners romantiques » pour la Saint-Valentin, la sortie de la cuvée « Ruffus Grand Millésime 2018 » (42 mois sur lattes) à 4000 exemplaires seulement, des week-ends découvertes durant tout le mois de juin et l’installation de la désormais traditionnelle terrasse d’été en juillet et août.

A Ostiches, au Domaine Degavre, Adrien se réjouit d’avoir pu faire une récolte 2021 acceptable malgré l’année difficile, mais les premières bouteilles ne sont pas prévues avant mi-2023.

 

Changement de visage pour les bâtiments du Domaine W

Plus au nord, dans le Brabant wallon, le Domaine W prépare lui aussi de gros aménagements, dans le chai mais pas uniquement. Sont notamment prévus un chai à barriques pour accueillir plus de foudres et de barriques, un agrandissement de la cave de vieillissement pour accueillir 200.000 bouteilles, mais aussi des locaux pour les équipes (5 temps plein), une terrasse panoramique sur les vignes et un magasin avec vue sur les barriques et le pressoir.

« L’objectif principal, se réjouissent Dimitri et Sophie, est de pérenniser le domaine en visant toujours plus de qualité pour nos futures cuvées. » Le début des travaux est prévu à la fin de cette année.

Newsletter 11

La viticulture en Wallonie, émergence d’un écosystème plus vaste

Depuis plusieurs années, de nouveaux métiers liés au développement de la viticulture wallonne émergent dans des domaines aussi variés que l’analyse oenologique, la tonnellerie mais aussi dans les cosmétiques qui utilisent notamment les polyphénols du raisin et du vin.

Les plus anciennes allusions aux propriétés médicamenteuses du vin remontent à quelques millénaires avant notre ère. « Aux yeux des Grecs, rappelle le Dr Maury dans son livre “Soignez-vous par le vin” (Ed. Universitaires, Paris, 1983), le vin, symbole de la pérennité du genre humain aide celui qui en use à se maintenir dans le sillon de la sagesse » quand il n’est pas assimilé à un « remède à l’austérité de la vieillesse ».

CC-BY-SA-4.0- Frabkie Fougantin

Plus sérieusement, il est démontré de longue date que les polyphénols, présents notamment dans la peau et les pépins du raisin à peau rouge mais aussi dans de nombreux fruits et légumes, protégeraient de certaines maladies grâce à leurs propriétés antioxydantes très importantes.

Les polyphénols sont classés en flavonoïdes (responsables de la couleur des fruits et légumes) ou non-flavonoïdes (acides phénoliques…). Le plus réputé est sans conteste le resvératrol.

Une molécule de resvératrol – Creative Commons Jynto & Ben Mills

Son nom viendrait du vérâtre blanc, une plante emblématique des alpages utilisée au Moyen âge pour empoisonner les gens, d’où il a été extrait pour la première fois en 1939. « La découverte du resvératrol dans la pellicule du raisin date de 1976, mais il a fallu attendre 16 ans pour qu’en 1992 Siemann et Creasy l’identifient finalement dans le vin » (source : bioactualites.ch).

A la même époque, le médecin et chercheur Michel de Lorgeril « montre qu’une consommation modérée de vin peut protéger de la maladie coronarienne » tandis que, l’année suivante, E.N. Franken « démontre que c’est le resvératrol du vin qui, en inhibant l’oxydation du LDL (le mauvais cholestérol), doit être responsable de son effet cardioprotecteur. »

La fameuse théorie du « paradoxe français » a trouvé là de quoi apporter de l’eau à son moulin… Les effets bénéfiques du vin feront alors l’objet de nombreuses recherches, dans un sens ou dans l’autre.

Vinothérapie

Quoiqu’il en soit, le resvératrol est présent dans les pépins, la peau et les queues des grains de raisin. Il a également été isolé dans les fruits frais et secs, et dans certains de ses dérivés, comme le jus de raisin et les vins où sa concentration dépend du cépage, les vins rouges ayant une teneur en resvératrol plus élevée que les vins blancs.

Le Château Smith Haut Lafitte, non loin de Bordeaux, à l’origine des premiers produits de Caudalie (photo: Vanel)

En 1995, dans les vignes du Château Smith Haut Lafitte à Bordeaux, grâce aux recherches menées par le Professeur Vercauteren, Mathilde Thomas combine resvératrol et acide hyaluronique et lance Caudalie, « la première marque à proposer en cosmétique des polyphénols de pépins de raisin stabilisés ».

Photo: CC – piperguizmo

En effet, peut-on lire sur le site Top Santé, « s’il est un domaine où la vigne peut être “consommée” sans modération, c’est bien en beauté. En plus d’être anti-âge, elle préserve l’hydratation, l’éclat de la peau et prévient les taches pigmentaires. On doit multiples bienfaits à différents actifs naturels cachés au cœur du raisin ».

Ce premier produit sera suivi d’une vaste gamme de cosmétiques et d’un programme de soins en « vinothérapie » (un terme déposé) pratiqués dans les spas de la marque Caudalie, notamment.

D’autres laboratoires se lancent dans le créneau, comme « L’Or de Vie » de Dior à base de marc de raisin de Château d’Yquem, ou « Vinésime » en Bourgogne qui combine les polyphénols antioxydants de Pinot noir et l’extrait de bourgeon de cassis pour réoxygéner et régénérer les cellules de la peau. Tout un programme.

Et en Belgique

D’autres initiatives voient le jour, comme celle d’Anne-Sophie Charle à Quévy en décembre dernier après deux années de recherche.

Haute fonctionnaire à Mons pendant une vingtaine d’années, celle-ci décide il y a deux ans de changer de cap et de développer une gamme de cosmétiques en récupérant les résidus du vignoble. Epouse de Hubert Ewbank, grand patron du Domaine du Chant d’Eole, elle trouve aisément la matière première…

© Maison Eole

Convaincue que la vigne recèle des molécules non encore exploitées et désireuse d’identifier « LE » polyphénol anti-oxydant jamais exploité dans le secteur, Anne-Sophie Charle a relevé un maximum d’échantillons issus du vignoble ou du processus de vinification (craie du sol, sarments, pépins de raisins, lies, précipitations tartriques dans les cuves, ferments de tirage, etc.) et en a confié l’analyse à deux centres de recherche en Wallonie capables d’extraire les molécules du tanin végétal: le Celabor à Herve, qui a un département d’extraction agro-alimentaire et le CeREF, département biochimiste de la Haute Ecole Louvain en Hainaut, chargés tous deux de traduire les résultats en « applicatif cosmétique ».

Une gamme pour femmes mais aussi pour hommes… © Maison Eole

« J’ai activé les chèques technologiques de la Région wallonne, confiait-elle en décembre lors de sa conférence de presse de lancement, pour pouvoir financer ces contrats de recherche, qui ont démarré tout de suite et qui sont toujours en cours. 

Enfin, pour « formuler » tout cela, càd mettre tous ces ingrédients dans une recette, j’ai fait appel à Copaïba à Spa, un laboratoire belge référent pour l’élaboration de soins naturels. Les équipes ont réussi à trouver dans les sarments une molécule, un polyphénol à 3 cycles, excessivement innovant qui, à notre connaissance, jamais été utilisé dans les cosmétiques européens : il est antioxydant, travaille sur le collagène de la peau et lutte contre le stress oxydatif, contre l’inflammation de la peau.

Cela me permet de développer un concept inédit qui s’appelle Wine Extract3 qui a donné naissance à une gamme certifiée naturelle et même vegan, puisque aucun produit d’origine animale n’est utilisé. » (Plus de détails sur maison-eole.com)

D’autres emplois également

Cette créativité wallonne se retrouve également dans d’autres domaines en lien avec la viticulture où certains services connaissent un développement important.

Mentionnons par exemple les services d’analyse de sols dans les différentes provinces, comme le Centre provincial de Formation à l’Agriculture et à la Ruralité à Waremme ou le CPAR à La Hulpe, ou les laboratoires de ULiège à Gembloux et de l’UCLouvain à Louvain-la-Neuve et à Bastogne.

© Barwal

Au chapitre des nouveautés, notons aussi le lancement de Barwal par Didier Mattivi et Hugues de Pra en septembre 2020 qui, en partenariat avec la Tonnellerie de Champagne, fabrique des fûts de chêne provenant des forêts wallonnes. Leur ambition: construire une tonnellerie d’ici peu en province de Namur.

Un nouveau laboratoire d’analyses des vins, AOC Vallée mosane, a également créé à Andenne par Michel d’Harveng et Véronique Lidby en collaboration avec la Société Horticole et Viticole de Huy.

Enfin, à Ath, le CARAH propose un service de recherche et de soutien à la profession, tandis que les centres de l’IFAPME à Perwez et à Villers-le-Bouillet ont mis en place une formation de chef d’entreprise viti-vinicole et, depuis septembre 2020, une nouvelle formation d’ouvrier viticole. Près de 100 personnes sont engagées dans ces filières, elles sont l’avenir de la viticulture wallonne !

Marc Vanel

A LIRE AUSSI:

Travaux et plantations en 2022

Du cidre aromatisé aux raisins à Herve

Les vignobles wallons (gratuitement) en poche

Newsletter 10

Fêtez 2022 avec les vins wallons !

Même si les temps sont incertains, de nombreux événements sont prévus dans les vignobles wallons pour préparer le passage à 2022 avec les meilleurs vins. Voici, par ordre alphabétique de domaines, ce que les membres de l’AVW ont prévu ainsi que les nouvelles cuvées disponibles.

Même si Arnaud Leroy au VIGNOBLE DES AGAISES annonce qu’au vu des gelées printanières, « ce sera galère pour trouver du Ruffus en 2023x», il y aura toutefois plusieurs possibilités de le déguster d’ici la fin de l’année.

Habituellement, toutes les bouteilles commandées sont enlevées au domaine en juin, toutefois, la production augmentant et tout ne pouvant être prêt en même temps, pour la première fois, il y aura une deuxième période d’enlèvement au domaine jusqu’au 5/12. Une aubaine pour tous ceux qui ont réservé leurs précieuses bulles depuis presque deux ans.

Un marché de Noël a également été mis en place durant le second week-end d’enlèvement des 4 et 5 décembre, le vendredi de 16 à 20h, le samedi de 11 à 20h et le dimanche de 11 à 18h. Il y aura un bar Ruffus pour consommation sur place, mais malheureusement aucune possibilité d’acheter des bouteilles à emporter, uniquement tous les produits dérivés à offrir en cadeaux (verres, seaux, polos, tabliers, etc).

Parmi les exposants, on peut citer au niveau liquide la Brasserie du Borinage, la Distillerie Plus Oultre (Gin de Binche) et au niveau solide Jean-Philippe Darcis, le caviar Antonius, le Comptoir africain, le Safran du Mont Panisel, l’Atelier du Boucher ou le Chèvrerie Heulers.

Infos : ruffus.be

Patrick Carmans dans sa cave de Beekborne à Hélécine

Au DOMAINE BEEKBORNE à Hélécine (Brabant wallon), Patrick Carmans et  Katrien Vanderschot annoncent la sortie de leurs nouvelles cuvées de vin nature 2020 : Vîs Tchapias Poupouye Classique 2020 (100% Chardonnay) et Vîs Tchapias Les Garennes 2020, le Poupouye Sauvage ne sortant que début février 2022.

Vendangés en octobre 2020, les raisins de la cuvée Classique ont été fermentés par les levures du vignoble même avant un passage sur chêne pendant 2 mois pour obtenir une micro-oxydation. Le tout sans aucun additif et sans filtration. Sulfitage 30 mg/l. Production : 1600 bouteilles (31€).

Assemblage de 60% Pinot noir (blanc de noirs), de 35% Chardonnay et de 5% de Pinot, la cuvée Vîs Tchapias – Les Garennes a quant à elle été élevée en dames-jeannes et ne comprend aucun additif non plus. Seules 500 bouteilles sont ainsi produites (30€).

Vente en ligne : ICI.

© Bioul

Au CHÂTEAU DE BIOUL, vu la situation sanitaire du moment, Vanessa et Andy Wyckmans-Vaxelaire ont fait le choix d’organiser des commandes en ligne avec possibilité d’enlèvement au château les 4 et 5 décembre. A cette occasion, un petit bar en terrasse sera accessible. Pourvu qu’il ne neige pas…

Infos: chateaudebioul.be

Jeanette van der Steen dans son récent chai à barriques – © Vanel

Comme à son habitude, le mois de décembre sera chargé pour le CHÂTEAU BON BARON (Yvoir) qui, en plus de ses visites sur rendez-vous, sera présent à divers événements à Dinant et Namur :

      • 3-4-5 décembre : Triomphe de la Lumière dans le « Temple du Vin » (Eglise st. Nicolas), rue Saint Mengé, dans le centre de Dinant.
      • 10-11-12 décembre : Salon du Vin et de la Gastronomie de Namur à Namur Expo
      • 17 décembre – 20h : Cabaret « Jazz et Vin » – Concert et dégustation des vins du Château Bon Baron – Eglise St-Nicolas (Organisation « Dinant Jazz »)
      • 17-18-29 décembre : Triomphe de la Lumière dans le Temple du Vin (voir ci-dessus)

La sortie de huit nouveaux vins est annoncée par Jeanette van der Steen : trois blancs (Pinot Blanc 2020, Pinot Gris Barrique 2020, Muscat 2020), 1 Ambré/ Rosé (Celebration 2019) et quatre rouges (La Grande 2018) • Pinot Noir 2017 • Cantate Forte 2018 et Acolon 2017. Infos : chateaubonbaron.be

Au DOMAINE DE LA BOUHOUILLE à Blégny, point de rendez-vous de dégustation mais bien une proposition de repas à emporter pour Noël avec ses vins et des plats préparés dans l’un des restaurants de la famille. L’un sous forme de « box apéro dinatoire » avec une bouteille d’Inattendu 2019 et quelques entrées (foie gras, croques pancetta, saumon gravlax, gambas, etc – 50€ pour 2 personnes), et l’autre en formule « conviviale et délicieuse » à 25€/personne avec des plats familiaux (poularde farcie, légumes d’hiver, poires au vin, etc.). A emporter le 24 décembre entre 12 et 16h. Infos : domainedelabouhouille.be

Egalement dans le Brabant wallon, le CHÂTEAU DE BOUSVAL organise deux week-ends de dégustation. Tout d’abord les 11 et 12 décembre  pour les membres de son Wine Club (25€/an) qui pourront goûter le millésime 2020 et acheter Gouttes d’O et Petit Gris 2020 (600 bouteilles seulement). Ensuite, les 18 et 19 décembre où le magasin sera ouvert à tout public, mais uniquement pour le Gouttes d’O.

Les autres cuvées seront disponibles plus tard dans l’année. Selon Vincent Dienst, maître de chai du domaine, le Gouttes d’O 2020 est très prometteur car il allie à la fois fruité, fraîcheur et minéralité. Boutique en ligne.

Voir aussi: Récompenses internationales pour Bousval

 

Deux des coffrets proposés à la vente au Domaine du Chant d’Eole

Dans le cadre des Fêtes de fin d’année, le DOMAINE DU CHANT D’EOLE a décidé de ne pas organiser de Marché de Noël mais propose malgré tout une vitrine de Noël accessible aux professionnels et cavistes jusqu’au 17 décembre 2021. Avec un accent mis sur le nouveau « Royal Eole Belgian Spritz » à mélanger avec les bulles du domaine.

Les coffrets sont également en vente en ligne sur le site du domaine (ICI) et peuvent être livrés partout en Belgique.

Hubert Ewbank a également annoncé le début d’un chantier de construction d’une nouvelle cave à 7m de profondeur

Un franc succès depuis sa reprise pour le DOMAINE DU CHENOY, car le domaine est en rupture de stock sur l’ensemble de ses cuvées, sauf sur le Grand Chenoy 2019 qui vient de sortir le 15 octobre dernier. Le domaine est lui aussi actuellement en plein chantier, de grands aménagements sont en effet prévus pour 2022, dont un nouveau chai à barriques et une nouvelle salle de dégustation. Infos : domaine-du-chenoy.be

Anne Geldhof dans son vignoble de Glabais – © Vanel

Nouveau millésime, nouvelles cuvées aussi Anne Geldhof et Christian Balduyck au DOMAINE DE GLABAIS à Genappe qui seront présentées en deux temps.

Tout d’abord, deux versions d’un même blanc de blancs 2019 (en Brut ou en Extra-brut zéro dosage) qui seront mises en vente à partir du samedi 4 décembre avec dégustation le samedi 4/12 de 13h à 18h au Domaine. Ensuite, un brut blanc et un brut rosé 2020 seront également mis en vente, mais seulement à partir du 18 décembre avec dégustation le samedi 18/12 (de 13h à 18h). Des coffrets cadeaux sont aussi proposés (crémant, verres, bouquins balades, etc.) ainsi qu’un coffret Douceur avec des macarons (Les Mac à Oli) et du crémant.

La Rosée d’Audrey servie à l’Expo universelle de Dubaï

Au DOMAINE DU RY D’ARGENT à Bovesse (Namur), aucun événement particulier n’est prévu en dehors des habituelles dégustations gratuites le premier vendredi du mois de 17h30 à 19h, à ceci près que la dégustation du 3 décembre sera l’occasion d’ouvrir les plus belles bouteilles du domaine avec quelques surprises au rendez-vous, annoncent Audrey et Jean-François Baele.

A noter que la Rosée d’Audrey (médaillée au CMB 2021 et au Concours Meilleur vin belge) sera servie dans l’espace VIP du pavillon belge de l’Expo universelle de Dubaï qui se tient jusqu’au 31 mars 2022. Une très belle vitrine pour les vins wallons.

Infos : domainedurydargent.be

Les chanteurs Cali (en blanc) et Saule (en noir) de passage au vignoble de Sirault

A deux pas de Saint-Ghislain, la coopérative VIGNOBLE DE SIRAULT est un projet de village, avec diverses parcelles dans les jardins des habitants ou sur des terrains leur appartenant. Depuis novembre dernier, la coopérative organise une dégustation de ses vins au chai (à côté de la pharmacie) le premier dimanche du mois de 11 à 14h.

Le 5 décembre, le chai se transformera en Marché de Noël avec dégustation et vente de la nouvelle cuvée d’effervescent (mono-cépage Johanniter) et de produits de bouche locaux. Infos : page Facebook.

Au domaine TERRE DES FOURS À CHAUX, François Romuald se réjouit d’avoir vendu toute sa production 2020 et annonce la refonte de son petit domaine. « Nous étions associés avec un ami pour cultiver 2ha de vignes, mais nous avons décidé de nous retirer de cette association et avons planté un nouveau vignoble au Château d’Obigies (Pecq) ». A découvrir prochainement donc.

Première cuvée pour le domaine Tour Tilice à Fexhe

Evénement au domaine TOUR DE TILICE où Simon Delforge sort en effet sa toute première cuvée pour les fêtes de fin d’année : la 101. Assemblage original de Muscaris, de Johanniter et de Chardonnay, cet effervescent extra-brut dosé à 2 grammes seulement, offre un joli nez et une bouche souple et élégante, avec une acidité parfaitement équilibrée.

Planté en 2018 par Simon Delforge et son épouse sur les terres familiales (5,5 hectares aujourd’hui), le domaine Tour de Tilice s’est inscrit dès le début dans une démarche d’élaboration de vins effervescents bio, les premiers pieds plantés ont obtenu leur certification bio au début de cette année 2021. Infos : tourdetilice.be

A deux pas de là, la coopérative VIN DE LIÈGE n’organise aucune activité particulière pour cette fin d’année, mais sortira le 4 décembre Insoumise, Insoumise réserve, Meuzenne et … deux nouvelles cuvées réservées dans un premier temps aux coopérateurs :

  • Paradis des chevaux – vendange entière : un vin tranquille rouge, 100% Pinotin, issu du meilleur terroir du domaine, entièrement bio, rappelons-le, vinifié en vendange entière et élevé 18 mois en barrique. Présentation aux coopérateurs sur Vimeo: https://vimeo.com/642694389
  • Abrupte : un Brut 2020 en méthode traditionnelle, issu à 100% de Souvignier Gris. Il complète la gamme des vins réservés aux épiceries et magasins bio. D’une belle fraîcheur, il offre une belle palette aromatique de fruits à chair blanche et d’épices.

Le principe des vins réservés aux membres dans un premier temps est également appliqué par le DOMAINE W à Saintes (Tubize – BW).

En décembre, Sophie Wautier et Dimitri Vander Heyden présenteront le millésime 2019 à leurs membres qui pourront venir chercher leurs bouteilles les 11-12 ou 13 décembre, ainsi que les 19 et 20. S’il reste des bouteilles, celles-ci seront proposées via le Shop lors des événements 2022.

Deux nouveautés seront également présentées dès qu’elles seront finalisées : un assemblage de Gueuze Tilquin et Pinot meunier du domaine (LIEN) et un cidre bio réalisé avec Pom d’Api qui a assemblé 70% de cidre avec 30% de jus issus de grapillons prélevés dans le vignoble. La fermentation a été arrêtée pour garder un peu de sucrosité.

Infos : domaine-w.be

Compilation: Marc Vanel

 

A LIRE AUSSI:

Nouvelle formation « caviste » à l’IFAPME Perwez

Récompenses internationales pour Bousval 

Collaboration en circuit court entre le Domaine W et la Gueuzerie Tilquin

 

 

Collaboration en circuit court entre le Domaine W et la Gueuzerie Tilquin

On connaissait déjà la Meuzenne, un produit étonnant à mi-chemin entre la bière lambic et le vin mousseux élaboré par le sommelier Andy De Brouwer et Vin de Liège depuis plusieurs années, mais il y aura bientôt aussi une nouvelle gueuze avec des raisins du Domaine W (Saintes).

Installée à Bierghes (Rebecq), dans la vallée de la Senne, la Gueuzerie Tilquin est l’unique gueuzerie de Wallonie. Cette entreprise de coupage de gueuze à l’ancienne (ou Oude Geuze) achète habituellement des moûts fraichement brassés chez différents producteurs de la région (Pajottenland et Bruxelles) qu’elle met en fûts de chêne pour fermentation et maturation durant 1, 2 ou 3 ans. Les lambics obtenus sont assemblés et mis en bouteille pour donner, après 6 mois de refermentation, la Gueuze Tilquin à l’ancienne.

Depuis plusieurs années, Pierre Tilquin développe toutes sortes de bières aux fruits (quetsche, mûre, sureau,…), mais aussi au raisin, en provenance d’Alsace (Pinot noir, Pinot gris, Riesling et Gewürztraminer).

Dans le courant de décembre – les étiquettes sont en cours de réalisation, la Gueuzerie présentera la Gueuze Pinot Meunier Tilquin à l’Ancienne, produite avec des grapillons récoltés en seconde vendange au Domaine W.

« Nous recevons les raisins frais, explique Pierre Tilquin, que nous égrappons et faisons fermenter durant 4 mois conjointement avec des jeunes lambics de 8 mois, pour obtenir un lambic fruité. On part d’une proportion de 1000 kilos de fruits pour 1000 litres de lambic, mais on arrive finalement, après assemblage avec d’autres lambics, à une teneur en fruit de 250-280gr par litre ».

Ce nouveau produit sera disponible dans le courant du mois de décembre, juste avant les fêtes si tout va bien, à la fois au Domaine W (±1000 bouteilles) et à la Gueuzerie (+/±3500 bouteilles) à un prix autour de 14 euros.

Infos : gueuzerietilquin.be

Récompenses internationales pour Bousval

En juillet dernier, deux  vins du Château de Bousval ont eu l’honneur d’être récompensés par l’un des World Wine Awards 2021 décernés chaque année par Decanter, le célèbre magazine britannique :

  • Gouttes d’O 2019 (Chardonnay) a été noté 88/100 avec le commentaire « Delicate apricot & honeydew melon with light oak. Light yellow fruits with lemon, lime & grapefruit flavours. Well balanced. » (nous vous laissons le soin de traduire…), ainsi que
  • Le 1er Cru Tout Cru qui a obtenu un point de plus: “Clean & fresh nose of green fruits & subtle bready aromas. A fresh attack and vibrant acidity on the palate with light yellow fruits and elegant citrus. A crisp, saline finish.”

A noter qu’il est également désormais possible de se procurer les vins du Château de Bousval chez Wijnhuis Amsterdam et dans le renommé restaurant Rantree grâce au travail soigné de leur importateur Pierre Ache Wijnen (présentation : ICI)

Infos : chateaudebousval.be

Nouvelle formation « caviste » à l’IFAPME Perwez

Après les formations de chef d’entreprise vitivinicole et d’ouvrier viticole à l’IFAPME de Villers-le-Bouillet et de Perwez, le centre de Perwez complète son offre dans le secteur de la vigne et de la commercialisation par une formation de caviste.

Cette formation d’une durée de 2 années (240 et 220 heures de cours), permettra aux apprenants d’acquérir les connaissances pour travailler dans un commerce de vin puis, au bout de la 2e année, de disposer du diplôme en vue d’ouvrir son propre commerce. Outre les cours, des stages en entreprise sont obligatoires (2×125 heures).

A souligner, un module de cours est dédié à l’étude des vins belges et wallons en particulier, ce qui est une très bonne chose.

Les matières vues : initiation à l’œnologie, les spiritueux, vins français, d’Europe et du monde, vignobles belges, produits complémentaires. Mais aussi techniques de dégustation et d’analyse organoleptique des vins (1re partie), négociation commerciale, marketing, mise en situation et visites extérieures.

Infos et inscriptions : IFAPME Perwez, 081 391 500, centre.perwez@ifapme.be