Newsletter 23

Portraits de vignerons (1)

Tout au long de l’année 2024, nous allons vous présenter nos membres, en voici les quatre premiers dans des provinces différentes…

Laurence et Christophe Vanhoutvinck : Oenotourisme au Domaine de Biamont (BW)

En avril prochain sera officiellement inauguré le Domaine de Biamont à Incourt. Projet familial, né d’une passion partagée pour la vigne, le végétal et l’humain, le Domaine propose des logements dans de grandes barriques avec vue exclusive sur le vignoble.

Difficile de retracer le parcours de Christophe Vanhoutvinck, tant il a exercé de métiers, notamment dans l’Horeca et le plus souvent avec sa femme Laurence Dutilleux. Séduit par un séjour de pêche en Irlande, il transforme un vieux bistrot en pub irlandais à Jodoigne, l’un des premiers de Belgique.

Il voyage ensuite pendant dix ans avec son père en France et en Suisse pour faire de la formation en développement commercial dans les entreprises. Lorsque son père lui propose de reprendre les affaires, il refuse et décide d’explorer la voie de la restauration.

« En même temps, je faisais un petit peu marchand de biens et je suis tombé sur la maison dans laquelle on a fait le restaurant « Chez Louis » à Glimes il y a 17 ans d’ici. J’ai alors suivi des cours du soir pour être chef à l’IFAPME de Villers-le-Bouillet, mais si j’ai été quelques années en cuisine, je n’ai jamais été chef moi-même. En termes de rêve, si j’avais pu, j’aurais aimé naître dans une ferme, sur un tracteur. »

Il y a 5 ans, il emmène sa femme visiter des fermes viticoles et d’élevage de canards dans le Gers. A leur retour, les terres voisines des terres familiales étant en vente, le couple les rachète et Christophe entame alors une formation en chef d’entreprise viti-vini, mais à Perwez cette fois. Son travail de fin d’études porte sur la création d’un complexe oenotouristique…

« Nous avons alors planté en 2020 deux parcelles, une de 2000 pieds et une seconde de 3500 pieds, uniquement de Solaris. Je voulais un produit simple, pour être autonome par la suite sur la vinification. Avec l’aide de Thomas Heeren, notre maître de chai, nous avons décidé de produire un vin vif et frais, de Solaris, en y apportant les arômes plus gras de Chardonnay que j’achète sur grappes à la Ferme des Hêtres, et que nous pressons ici dans notre cuverie. »

Conscient que la rentabilité d’une vigne en Belgique est insuffisante pour vivre, le couple se lance dans un projet œnotouristique avec quatre logements dans des barriques géantes (26m² avec jacuzzi extérieur) ainsi qu’un chalet de 65m² pour 4 personnes avec deux chambres. A terme, le projet verra 3 cabanes supplémentaires de 2 personnes chacune avec jacuzzi privatif.

Les formalités urbanistiques ayant pris du temps, la vigne a pris le dessus dans le projet, mais pas pour longtemps, car l’ensemble du complexe sera inauguré en avril prochain.

« Afin de privilégier le circuit court, le premier millésime 2022 est vendu actuellement au Domaine (le mercredi de 16h à 18h) et au Restaurant-Ecailler « Chez Louis » (à déguster sur place ou à emporter). D’ici quelques mois, la production sera de 9000 bouteilles (contre 3800 actuellement) et montera à 15-20.000 bouteilles à terme. »

Infos : www.domainedebiamont.be/

Domaine de Longuesault :
la vigne à la ferme (Hainaut)

Situé au sud de Tournai, à Ere, le Domaine viticole de Longuesault (2,8ha) a été implanté en avril 2020 par Philippe Couplet et son épouse, Lara Safiannikoff. Il s’intègre harmonieusement aux activités agricoles de la famille, qui exploite depuis le siècle dernier plus d’une centaine d’hectares dédiés aux grandes cultures telles que le blé, la betterave et les pommes de terre, ainsi qu’à l’élevage.

En Wallonie picarde, le nom de Couplet est avant tout  lié à la sucrerie familiale « Couplet Sugars », leader mondial du sucre perlé depuis près de 175 ans et installée à Brunehaut. Les membres de cette famille aux multiples ramifications se sont distingués chacun à leur manière, que ce soit en politique ou dans les affaires.

Parmi ceux-ci, les parents et grands-parents de Philippe Couplet ont développé au siècle dernier des activités d’élevage et de grandes cultures dans une magnifique ferme située à Ere, à quelques kilomètres au sud de Tournai. En 2016, Philippe Couplet, son épouse Lara et leurs enfants, décident de quitter Bruxelles pour revenir sur les terres familiales et réaménagent une moitié du bâtiment inoccupée depuis le décès de la grand-mère.

Le vignoble s’étend sur trois parcelles, totalisant 2,8 hectares, et a débuté sa culture en mode biologique avec exclusivement des cépages résistants. Depuis septembre 2023, le vignoble est officiellement certifié biologique par Certisys.

« Pourquoi les cépages interspécifiques? », explique le couple, « nous aurions pu choisir les cépages classiques français, mais si c’est pour refaire la même chose que nos voisins, cela n’a pas d’intérêt. Nous voulions nous tourner vers des cépages adaptés à notre climat, qui nous permettent de produire des vins originaux en harmonie avec leur environnement. Produire en “bio” était très important pour nous, tant sur un point environnemental que qualitatif. »

Les cépages plantés comprennent le Regent, le Cabernet cortis et le Rondo pour les vins rouges, tandis que le Souvignier gris, le Johanniter et le Muscaris sont choisis pour les vins blancs.

La première récolte a eu lieu en 2022, et les deux premiers vins ont été commercialisés à l’automne dernier d’août 2023 : un vin blanc résultant de l’assemblage des trois variétés blanches, et un vin rouge excluant le Rondo, réservé actuellement pour les bulles rosées en cours de maturation. Le domaine cultive également un peu de Muscat bleu destiné à la table.

Infos : domainedelonguesault.be

Aux portes de Bruxelles :
le domaine du Krayenberg (Brabant)

Situé à deux pas de la frontière bruxelloise, le vignoble du Krayenberg représente un exemple remarquable des vignobles établis au cours des trois dernières années.

Sa taille favorise une gestion responsable en famille ou entre amis, tandis que le choix délibéré de variétés résistantes témoigne de l’engagement des propriétaires en faveur d’une viticulture respectueuse de l’environnement.

Le domaine s’étend sur six hectares, dont 1,5ha dédié aux vignes. Il abrite une ancienne ferme et d’immenses prairies autrefois occupées par les vaches et moutons des fermiers voisins.

Conseiller politique depuis vingt ans, Laurent Demarque choisit, après les élections de 2019, de réduire son temps de travail pour se consacrer à sa nouvelle passion de vigneron. Il se forme par correspondance en France et effectue des stages en Champagne, mais aussi en Brabant flamand, au Wijndomein Dappersveld notamment.

Parmi les variétés sélectionnées, on compte 1750 pieds de Souvignier gris, 1900 de Johanniter, 1200 de Bronner et 660 de Muscaris. Ces variétés promettent la production de vins tranquilles, en solo ou en assemblage, ainsi que des vins effervescents, représentant le créneau choisi pour les futurs vins du Krayenberg.

Après quelques bouteilles issues de la récolte de 2022, la production a permis de sortir 2500 litres de bulles en 2023, ainsi que 800 bouteilles de Muscaris et atteindra 10 à 15.000 bouteilles en rythme de croisière.

Elles sont vendues dans plusieurs bars à vins (Wine Fever, Wine Club) et restos des environs ou par Oeno Belgium, mais aussi aux promeneurs du dimanche qui profitent du charme de la région…

A noter que la Brasserie Surréaliste a réalisé une bière avec des raisins de Muscaris provenant du domaine.

Infos : www.krayenberg.be

Raphaël Wadeleux et son Clos de Lognay sur les coteaux de Bolland (Liège)

Technicien d’appareils de dialyse dans un centre hospitalier à Verviers et à Malmédy, Raphaël Wadeleux est aussi grand amateur de vin, il plante ses premières vignes en 2016 et s’en occupe après ses heures de travail…

Tout commence en réalité quelques années plus tôt, en 2008, lorsqu’il rencontre Philippe Grafé. Sur ses conseils, Il déguste des vins issus de diverses variétés, fait quelques tests « par-ci, par là » et finit par opter, huit ans plus tard, pour le Johanniter et le Solaris en blanc, et le Dornfelder (un cépage classique, celui-là).

L’acquisition d’un coteau pentu de 0,7ha à l’arrière de sa maison à Bolland donne enfin forme à son hobby. A l’époque, il est le premier à planter dans cette région, et aujourd’hui, on dénombre, outre la la coopérative Vin du Pays de Herve et ses voisins de Montzen, le domaine de la Bouhouille à Blégny, Les Sarments à Clermont, Vinadis à Dison ou bien sûr, Benoît Heggen à Warsage, mais lui, il est présent depuis 25 ans…

Les quatre premières années du Clos Lognay sont plus que difficiles : petite récolte en 2018 (il est encore trop tôt), gelées en 2019 et 2020, et météo « foireuse » en 2021 et à nouveau une petite récolte. A peine de quoi produire 300 bouteilles de Johanniter et de Rondo qui ne sont pas commercialisées. Un système d’aspersion permet aujourd’hui de passer outre ces problèmes de gelées.

La qualité du Dornfelder n’étant pas au rendez-vous, il l’arrache en 2022 et la remplace par du Divico (première cuvée en 2026) et ajoute un peu de Muscaris en blanc.

2022 marque la renaissance, avec la première bonne récolte, permettant de sortir 700 rouges et 700 blancs. L’année suivante, en 2023, « c’est finalement une bonne année », admet Raphaël, avec 1000 blancs et 700 rouges. La commercialisation peut donc « vraiment » démarrer avec des ventes à domicile, ainsi que dans l’une ou l’autre ferme ou restaurant à Blegny et à Herve.

Plusieurs cuvées portant le nom de membres de sa famille sont dorénavant proposées aux amateurs et élaborées à la mode bio, mais sans certification, avec de moins en moins de sulfites ajoutés au fil des années, mais on est encore loin du vin nature.

Ici aussi, l’oenotourisme va permettre de développer l’activité et augmenter les revenus : un gîte pour 15 personnes est en cours d’aménagement dans « le Château Lognay », une vaste demeure familiale un peu plus bas dans la rue. Elle  permettra des dégustations de vin et de produits locaux, ou du team building. A suivre…

Infos : page Facebook

Reportages et photos : Marc Vanel

A LIRE AUSSI…

Les activités de nos membres en février-mars

Les activités de nos membres en février-mars

Vignerons namurois d’ici et d’ailleurs

Qu’ils vivent en Belgique ou à l’étranger, 13 vignerons namurois présenteront leurs vins à la Citadelle de Namur ces 10 et 11 février 2024. Côté belge, vous découvrirez (si ce n’est déjà fait) : Château Bon Baron (Lustin), Domaine du Chenoy (La Bruyère), Clos de Mostombe (Landenne), Vignoble de Bellefontaine (Bièvre), Château de Bioul (Anhée) et Château d’Annevoie (Anhée).

L’horaire : samedi 10/02 de 14h à 20h et le dimanche 11/02 de 14h à 19h • Entrée : 6€ avec verre de dégustation • L’adresse: Hangar aux affûts, Citadelle Terra Nova – Parking : Terra Nova • Infos: 081 24 73 70, citadelle.namur.be

Fêtez la Saint Valentin au Chant d’Eole

Du 14 au 18 février, la Brasserie d’Eole ravira les amoureux avec un menu Saint Valentin et Jazz band au programme ! Difficile de faire plus unique qu’un repas en plein coeur d’un vignoble pour fêter l’amour…

Au menu : assiette de mises en bouche à partager ; Eclat de skrei au charbon, pomme verte, vinaigrette aux kumquats ; Magret de canard aux épices orientales ou Volaille farcie aux écrevisses ; Cœur chocolat blanc aux agrumes, sabayon à l’Elixir Saint Georges.

Menu et réservation sur www.chantdeole.be/restaurant ou au 065 22 05 00.

Les nouvelles cuvées de Oze le vignoble

François Van Pachtenbeke propose en 2024 six cuvées issues de 2023, et peut-être même une septième en Syrah/Pinot noir.

Au total, un peu plus de 600 bouteilles devraient être disponibles.

Le vignoble continue ses activités de visite/dégustation (publiques et privées) ainsi que les teambuildings thématiques et les ateliers de formation en 3 modules.

Un logement insolite au cœur des vignes, proposé en gîte à la ferme,  devrait aussi voir le jour cette année, sa construction devrait démarrer en avril. Patience. 

Premières cuvées pour Les Sarments
à Clermont

En cave, le tirage de la cuvée 2023 « Château de l’Aguesse » a été fait bien au chaud mais avec 20 cm de neige à l’extérieur ! Valérie et Philippe peaufinent leur premier vin blanc tranquille ainsi que son étiquette pour sa sortie prévue au printemps.

Infos : sarments.be

Le Domaine de la Portelette
élargit son offre

Après Prémices (vin blanc bio aux 3 cépages sorti au printemps), Ephémère (vin blanc bio de 3 cépages sorti en été), puis Sauvette (mistelle bio sorti en hiver), voici le dernier né de ce vignoble bio en coopérative: « Sous le Fil » ! Un vin blanc élégant qui assemble Muscaris, Souvignier gris et Johanniter.

A noter que le Domaine de la Portelette présentera ses vins les 13 et 14 avril au Salon des Vins à Acoz (Gerpinnes) et organisera une Journée Portes Ouvertes le samedi 25 mai 2024. Nous y reviendrons.

Infos : 0497 44 24 21 – www.domainedelaportelette.be

 

Au Gré du Vent s’installe chez Ruffus!

Le restaurant Au Gré du Vent (1 étoile Michelin), de Stéphanie Thunus et Sébastien Guchet, vient s’installer pour deux mois au Vignoble des Agaises, avec toute son équipe. La référence gastronomique de Seneffe va en  effet connaître une rénovation importante afin de pouvoir accueillir, dès cet été, ses clients dans un cadre moderne et chaleureux.

Rendez-vous dès le 29 février, menus et réservation via www.augreduventchezruffus.be

Ouvert du jeudi au dimanche, midi et soir.

Le chai à barriques de Vin de Liège

Dégustation de cuvées anciennes
de Vin de Liège 

Le 14 février, Vin de Liège présentera des lots d’anciennes cuvées afin de démontrer la capacité de garde de ses vins. Malheureusement, cette dégustation est déjà complète (400 places). Par ailleurs, un nouveau btiment (700m²) est en pleine construction.

Infos : vindeliege.be

Nouvelles cuvées à Bousval

Le Vignoble du Château de Bousval prépare le lancement de plusieurs produits pour le mois de mars et l’arrivée du printemps. Au programme : Tout Cru 2022, Ange ou Démon 2022 et Marc 2020.

Infos : chateaudebousval.be

Du théâtre à Ottignies

Qui ne connait pas cette pièce incontournable du folklore bruxellois, ses personnages truculents dont l’incroyable madame Chapeau ?

Afin de financer l’achat d’un nouveau matériel, le vignoble du Bois des Dames à La Hulpe organise une représentation théâtrale de la pièce Bossemans & Coppenolle (écrite par Paul Van Stalle et Joris d’Hanswyck).

La Compagnie des 2 Lunes de Wavre, régulièrement primée, offre cette fois cette incroyable comédie au profit de l’Asbl Pêcheur de Lune et des œuvres caritatives du Vignoble du Bois des Dames de La Hulpe.

> 29 et 30 mars au Centre culturel d’Ottignies Louvain-la-Neuve. Places entre 25 et 45 euros. Infos et réservations sur spott.be.

 

Et le Meilleur Sommelier 2023 est…

De gauche à droite: Stéphane Dardenne, Meilleur sommelier 2022, Kris Lismont, président de la Gilde des Sommeliers, et Jeno Del Turco, vainqueur 2023.

Chaque année depuis 60 ans, la Gilde des Sommeliers organise le concours du Meilleur Sommelier de Belgique : la finale 2023 a été remportée ce dimanche 12 novembre par Jeno Del Turco, sommelier du Chalet de la Forêt.

Après un bref passage à Assignan dans l’un des restaurants de Castigno dans le sud de la France, Jeno Del Turco a travaillé pendant presque quatre ans au restaurant La Différence à Courtrai. Depuis juin 2022, il officie au Chalet de la Forêt à Bruxelles.

Comme à l’habitude, les candidats ont, chacun à leur tour, présenté une série d’épreuves visant à tester leurs connaissances en service du vin, bien sûr, mais aussi en dégustation de vins et de digestifs français. Des trois finalistes, Jeno Del Turco fut le plus précis, arrivant même à repérer 11 des 12 erreurs d’une (fausse) carte de vins, contre 3 pour ses concurrents, faisant ainsi la différence. Chapeau !

 

Le Réserve Brut 2018 du Chant d’Eole élu Meilleur Vin Belge 2023

Laurent Etienne, maître de chai, est venu recevoir le prix du Chant d’Eole à Gand

Chaque année, en septembre, le concours du Meilleur Vin Belge 2023 distingue les meilleurs vins du pays, qui sont dégustés par un panel de sommeliers et de spécialistes. Depuis plusieurs années, notre Association s’est associée à l’Association des Sommeliers flamands et à l’Association des Belgische Wijnbouwers afin de donner plus de résonance à l’événement.

Si les résultats sont annoncés le jour même, un prix demeure « secret » jusqu’à Horeca Expo en novembre: c’est celui du vin belge qui a obtenu les plus de points, toutes catégories confondues.

Ce dimanche 19 novembre dernier, c’est donc le Domaine du Chant d’Eole qui est reparti avec ce titre prestigieux pour son Réserve Brut 2018.

« Cette distinction, déclare Hubert Ewbbank, constitue une vraie reconnaissance de l’énergie et du dévouement de tous les instants que l’équipe du Domaine consacre, jour après jour, à élaborer des bulles d’exception. Année après année, le Domaine du Chant d’Eole a pu obtenir plusieurs prix et coups de coeur, qui soulignent cette ardeur à développer un produit qui émerveillera. Cette nouvelle reconnaissance confirme une fois de plus que les équipes réalisent cette mission avec brio !

Au travers ce concours, c’est aussi le talent d’une série de vignerons belges – que le Domaine du Chant d’Eole félicite pour les médailles remportées – qui est mis en avant et le savoir-faire belge ! »

Newsletter 22

Marché de Noël chez Ruffus

A votre agenda
pour terminer l’année en beauté…

La fin de l’année approche à grands pas. Voici quelques idées pour remplir la hotte du père Noël…

24 > 26/11 : Marché de Noël chez Ruffus

La 3e édition du marché de Noël du Vignoble des Agaises se déroulera durant deux week-ends, fin novembre et début décembre, au Vignoble. L’occasion de partager moment convivial avec plusieurs chalets d’artisans locaux qui vous feront découvrir de délicieux produits à déguster sur place ou à emporter.

Avec notamment : Miel Dupont, Les Oliviers de Florence, Verres Zwiesel, Plus Oultre Distillery, Caviar Antonius, Darcis, Brasserie du Borinage, Le Comptoir Africain, Vins Leroy-Prévot, Safran du Mont Panisel, L’Atelier du Boucher, Ferme Heulers, le Cercle Oenologique Binchois, Ferme Point-du-jour, et bien sûr Ruffus : Il sera possible d’en consommer, mais pas d’en emporter… Tous les accessoires du domaine seront en vente (livre, seaux, polos, etc)

L’horaire : Ve. 24/11 : 16:00 > 22:00 (feu d’artifice à 20:00) • Sa. 25/11 : 11:00 > 22:00 et Di. 26/11, 11:00 > 18:00. Entrée gratuite, ouvert à tout le monde.

Attention : le chemin principal menant au vignoble est actuellement fermé pour travaux, vous devez dès lors encoder « Chaussée Brunehault 366 à Estinnes » dans votre GPS. Infos : www.ruffus.be

Annevoie – Photo: WBT – Christophe Vandercam

24 > 26/11 : Marché de Noël des Jardins d’Annevoie

Le château et sa cour revêtiront leurs habits de fête pour vous accueillir dans une ambiance féérique. Plus de 50 exposants sont prévus, dont des artisans d’art qui vous proposeront décorations de Noël, bijoux, spécialités en accord avec les traditions de Noël ainsi que toute une gamme de produits hivernaux : produits de bouche, artisanat, produits bien-être…  L’occasion également de découvrir les vins du Château dont la gamme s’est élargie aux vins blancs cette année.

L’horaire : Ve. 24/11 de 17h à 21h, Sa. 25/11 de 11h à 21h et Di. 26/11 de 11h à 18h. Entrée adultes : 7€ • Enfants moins de 12 ans : Gratuit. A réserver en ligne : ICI

25/11 : Rencontre des viticulteurs liégeois et limbourgeois à Liège

Lancé en 2021 et porté par le Centre Provincial en Agriculture et Ruralité de la Province de Liège, le programme EMRWINE 2021-2023 se clôture ce samedi 25 novembre à Val Benoît à Liège par une rencontre des différents acteurs qui présenteront leurs vins, mais aussi les réalisations concrètes de ces trois années.

Parmi celles-ci figure la conception d’une charte des bonnes pratiques en viticulture, favorisant notamment la réduction de l’utilisation de produits phytosanitaires.

Le projet a également joué un rôle prépondérant dans la création de formations destinées tant aux étudiants qu’aux professionnels, couvrant les différents métiers présents dans la filière viticole. De plus, une attention particulière a été portée à la réactivité du projet face aux demandes et aux besoins des vignerons, notamment en ce qui concerne les changements de législation.

Une plateforme d’e-learning a été mise en place, complétant de manière harmonieuse les scénarios pédagogiques élaborés au cours du projet. Parallèlement, une initiative axée sur l’œnotourisme a rencontré un franc succès.

Quelque 27 vignerons ainsi que Barwal seront présents de 10 à 18h à Val Benoît – Plus de détails sur Facebook : LIEN

25-26/11 : Ateliers du Père Noël à Villers-la-Ville

Le domaine Coteaux des Avelines vous donne rendez-vous le samedi 25 et le dimanche 26 novembre à Villers-la-Ville aux Ateliers du Père Noël. Au programme : parcours d’artistes au golf de la Bruyère à Sart Dames Avelines, balade hivernale en famille et concert de la chorale Chantilly à l’église de Tilly le dimanche à 15h.

Infos : www.ateliers-du-pere-noel.be

30/11 > 2/12 : Un ancien candidat Top Chef pour 3 jours au Chenoy

Ce 30 novembre, 1er et 2 décembre, à partir de 19h, le chef Pierre Ciampi (Bistrologue à Mettet) présentera au Chenoy un concept éphémère. Tous les plats sont pensés et développés autour et avec les vins du domaine.

Les produits sont locaux (e.a. Boucherie Rustiq’) et de saison. Pour commencer, vous vous régalerez avec la croquette de porc crémeux, au beurre noisette et « Perle de Wallonie ». Elle sera accompagnée de quelques surprises du chef.

Pour le plat principal, vous partagerez un moment convivial autour d’un veau rosé servi sur une planche et accompagné de béarnaise au vin blanc Citadelle. En dessert, pour terminer en gourmandise, vous voyagerez avec la dégustation du Baba’Lexir.

Prix du menu: 69€ incluant une coupe de Perle de Wallonie (blanc ou rosé) et une demi-bouteille d’eau par personne. Réservations: events@domaine-du-chenoy.com

1/12 au 3/12 : suite du Marché de Noël chez Ruffus

Voir plus haut à la date du 24/11. Même horaire que le premier week-end.

L’Impératif, restaurant gastronomique du domaine

1-31/12 : Illuminations de fin d’année au Chant d’Eole

Des illuminations habilleront les vignes du Domaine du Chant d’Eole durant tout le mois de décembre, une autre façon de découvrir le vignoble. L’occasion de passer un moment en famille ou de manger à l’un des deux restaurants :  la Brasserie, rouverte en mode hiver depuis le 15/11, et l’Impératif, le restaurant gastronomique.

Pour plus d’infos : www.chantdChanteole.be/nos-evenements

Le chai de Bousval sous la neige

2/12 : Winter Vibes au Vignoble du Château de Bousval

L’équipe du domaine lance une nouvelle activité hivernale : Winter Vibes. En cette période festive et propice à la dégustation, venez régaler vos papilles dans une ambiance conviviale avec des poissonneries et traiteurs qui proposent des mets gourmands et délicats : croquettes aux crevettes, bisque de homard, profiteroles aux petits gris et bien d’autres délices.

Vous pourrez également profiter de cette occasion pour déguster les deux dernières cuvées, le Petit Gris et le Gouttes d’O 2022. Un verre de chaque vous sera d’ailleurs offert.

L’horaire : le samedi 2 décembre entre 17h et 21h au chai du vignoble du Château de Bousval (rue du Grand Arbre 23 à 1470 Bousval). Entrée : €10 déductible à l’achat de 6 bouteilles de vins à emporter.

2-3/12 : Marché des artisans à Beaufays avec Bellum Fagetum

Dans le cadre de son engagement social, la coopérative met à disposition des artisans locaux son chapiteau pendant un weekend : accessoires et décos en tissus africains, sculptures en papier mâché, peintures acryliques sur toile, raku, bougies, vêtements, décorations de Noël, peintures sur plexi, bijoux en résine, aquarelles, céramiques, articles recyclés, étoles en soie et laine mérinos… Ce sera l’occasion de préparer vos cadeaux de fin d’année, de venir déguster un verre de vin ou une bière belge, mais aussi de vous informer sur le domaine.

L’horaire: de 10h à 18h les deux jours. L’adresse : Domaine Bellum Fagetum à Beaufays, rue des Croléfonds. Attention : la rue n’est pas accessible en voiture sauf PMR. Merci de stationner au terrain de foot ou à la BILA Voie de l’Air Pur et de traverser au niveau de la pompe.

15-17/12: Marché de Noël avec Bar du Chalet

Le Chant d’Eole se prépare à vous recevoir les 15, 16 et 17 décembre pour son marché de Noël: de nombreux artisans de produits de bouche et d’articles cadeaux seront présents !

L’horaire : Ve.  17h à 21h30, Sa. 11h à 21h30, Di. 11h à 18h • Possibilité de se restaurer et de boire un verre sur place – pour l’occasion ! • Entrée : 5€ EUR incluant une boisson chaude (Un Eole Belgian Spritz chaud ou chocolat chaud) • Gratuit pour les moins de 12ans (Un chocolat chaud offert)

Les Sarments à Clermont

16/12 : nouvelles bulles pour les Sarments

A Clermont-sur-Berwinne, “Les Sarments” lancera le 8/12 ses premières bulles ‘Château de l’Aguesse 2022’ pour ses membres uniquement le 8/12, mais pour tout le monde le 16/12. Inscription obligatoire via le site web: sarments.be

17/12 : Marché de Noël à Villers-la-Ville

Artisanat, poteries, bijoux et produits de bouche… de nombreux exposants, dont le domaine des Coteaux des Avelines vous attendent sous le chapiteau chauffé de Villers-la-Ville. Au programme : découvertes gastronomiques et vente de produits artisanaux variés. Infos : ICI.

La nouvelle salle du Chant d’Eole – Photo: Carlos Vaquera (Facebook)

21/12: Diner-Spectacle « Cabaret d’Eole »

Pour les fêtes de fin d’année, le Domaine du Chant d’Eole présente son “Cabaret d’Eole” : un diner spectacle associant 4 artistes de talent! Doble Mandoble (vice-champion du monde de magie comique), David Alan (le poète de l’illusion), Carlos Vaquera (Mandrake d’Or) et Mezzo Mezzo (finaliste de Pour la Gloire). Un spectacle à apprécier autour d’un repas 3 services à réserver ici: https://portail.chantdeole.be/event/cabaret-d-eole-by-carlos-vaquera-21/register

23/12 : Marché de Noël à Thuin

Après une présence au Salon des Vins de Thuin les 10 et 11 novembre derniers, le domaine de la Portelette sera présent au marché de Noël de la Ville de Thuin, le 23 décembre. Rendez-vous place du Chapitre de 16h à 20h pour découvrir leurs produits !

Infos : hello@domainedelaportelette.bewww.domainedelaportelette.be

Compilation: Marc Vanel

 

A lire également:

2023 : les dernières infos du millésime

En septembre dernier, dans notre dernière lettre d’infos, nous avions esquissé un premier bilan de la campagne 2023. Voici quelques témoignages qui le complètent …

L’équipe des Avelines en 2022

Dans le Brabant wallon, pour le domaine Coteaux des Avelines, Arnaud Duchêne estime que « le millésime 2023 s’annonce exceptionnel, c’est une magnifique année vitivinicole dont Viviane serait très fière. Nous avons pu éviter tout dégât de gelées tardives au printemps et conserver les grappes les plus belles et les plus généreuses. La mauvaise météo du mois de juillet a été compensée par une fin d’été et un début d’automne aux conditions providentielles, permettant de faire évoluer de manière optimale la maturité de nos raisins.

Une année sans maladie (mildiou, oïdium), il y a juste le botrytis qui nous a donné un peu de fil à retordre en s’invitant dans le Solaris un peu plus tôt que les années précédentes à cause de la pluviométrie estivale abondante. Nous avons organisé quatre belles vendanges entre le 17 septembre et le 15 octobre. 

Sur base des résultats préliminaires goûtés en cuves, on peut dire que les millésimes 2023 seront topissimes. Nous nous attendons à pouvoir sortir une 5e cuvée de vin blanc. Résultats dans quelques mois…

Pour le reste, nous sommes très fiers de sortir notre toute première cuvée de vin effervescent, la cuvée Ebullition 2021. C’est une cuvée extra-brut très festive avec une ossature en Johanniter, et qui a bénéficié de plus de 18 mois sur lattes. Elle est en train de partir comme des petits pains en précommandes… »

Pour le Vignoble du Bois des Dames à la Hulpe, déclarent la secrétaire Nathalie Taymans et Xavier Ide, « 2023 a été une année difficile: trop humide, pas assez ensoleillée, avec prolifération des maladies cryptogamiques difficiles à endiguer pour les vignobles qui n’utilisent pas de produits chimiques… Seuls une veille constante et un travail de moines nous ont permis de sauver notre récolte, travail qu’aucun vignoble commercial n’aurait pu mettre en place et qui n’a été possible que grâce à l’abnégation et à la volonté des membres actifs.

La récolte a donc été tardive afin d’essayer de profiter jusqu’au bout du soleil timide pour augmenter le taux de sucre. La qualité sanitaire du raisin était très bonne et quasiment aucun tri n’a dû être effectué. La vinification a rapidement démarré, mais le taux de sucre trop bas nous a obligé à chaptaliser.

La fermentation alcoolique est terminée et notre vin est actuellement au repos. La température de notre cuve thermorégulée a été descendue afin de stopper la fermentation et de précipiter les particules en suspension. »

En province de Namur

Le Domaine du Chenoy a fêté cette année, un double anniversaire : les 20 ans de sa création par Philippe Grafé mais aussi les 5 ans de la reprise par Pierre-Marie et Jean-Bernard Despatures en association avec Manu et Fabrice Wuyts.

Eric Boissenot conseille les vins du Chenoy

L’équipe déclare un « millésime 2023 excellent, avec des volumes très avantageux et une belle qualité (belle période entre mi-mai et mi-juillet, et la pluie quand il faut pour faire de bons rendements au stade petit pois et une belle arrière saison pour les maturités ».

Plus à l’ouest, au Château d’Annevoie, Damien Briard , qui a dû supporter quelques dégâts, estime le millésime « très technique à Annevoie. Cela donne un magnifique Solaris. Un Johanniter et un Sauvignac plus en réserve qui vont faire une magnifique bulle. Un rouge magnifique, gourmand et onctueux. En conclusion : de petits rendements bien maitrisés et de belles bouteilles en perspectives. »

Dans le petit vignoble de Nathalie Desclée à Maredsous (35 ares et 1000 pieds plantés en 2020), « cette année a tout pour faire un beau et bon millésime dans mon petit vignoble, qui est le précurseur d’un vignoble de 4,5ha qui sera planté en 2024. Pas de gel printanier, pas d’orage et de beau raisins très bio soignés principalement avec des tisanes de prêle, consoude, orties « maison ».

C’était sans compter la venue de plus en plus importante de familles de blaireaux qui ont flairé le garde-manger et ont creusé sous les clôtures pour dévaster le vignoble. La production de raisins a donc été quasi égale à celle de 2022 alors qu’elle aurait dû plus que doubler. La qualité est belle et j’ai environ 140 litres de vin, ce qui ne me permettra pas encore de le commercialiser. »

De la Syrah à Oze le vignoble

A Floreffe, François Van Pachtenbeke à Oze le Vignoble, reconnaît s’être lui aussi battu avec les maladies (black rot et mildiou principalement) pendant l’été et les mouches drosophiles suzukii qui ont donné du fil à retordre en septembre où le botrytis s’est invité à la fête…

« Le classement, établit-il, en fonction de la résistance des cépages par rapport aux diverses péripéties :

  • la Syrah (pourtant vendangée la dernière 28/10)  
  • le Chardonnay (dégâts très limités en particuliers sur les sélections massales)
  • le Riesling (drosophile et botrytis)
  • le Sauvignon (drosophile et botrytis)
  • le Pinot noir (très compliqué, black rot, mildiou, drosophile et botrytis)

Cependant, on s’en sort pas mal, avec une perte d’environ 15% seulement. Toutes les vignes ne nous offrent pas encore de raisin et nous devrions atteindre notre rythme de croisière d’ici 2 ans, voire 3 ans (1200 bouteilles par an). Ce millésime nous permettra de proposer 7 cuvées en monocépages : 5 vins tranquilles et 2 effervescents (pour fin 2025 – début 2026). »

Enfin, au domaine Terres de Crompechine, Johann Glaes rappelle que trois cuvées sont sorties en 2023 (Solaris, Sauvignac et Johanniter) et qu’elles sont presque toutes vendues.

« Au niveau de la vendange, on a plutôt de beaux volumes, nous avons fait de 2 à 2,5 fois les volumes de l’an dernier (2022 étant la première vendange). Le Solaris est très prometteur. Nous avons eu quelques dégâts de sangliers sur Sauvignac et Johanniter, ce qui nous a contraints à vendanger plus tôt. »
Infos : crompechine.be

En province de Liège

Quatre échos pour l’est de la Wallonie : Bellum Fagetum, les Sarments, le Clos des Prébendiers et Terres du Val.

A Beaufays, pour la coopérative Bellum Fagetum, Judith Michel déclare avoir récolté 6,5 tonnes sur 3 cépages : Solaris, Johanniter et Souvignier gris. « Nous allons peut-être faire une bulle avec le Johanniter. Pour les vins tranquilles, nous attendons le printemps pour prendre des décisions.

Côté coopérateurs, nous sommes désormais 714 pour 1.349 parts vendues et il reste une centaine de parts déductibles. N’hésitez pas à en parler à vos amis et leur souffler que c’est un chouette cadeau de Noël, intemporel, rempli de valeurs sociales, environnementales, familiales…., qui soutient la production locale. Bref, tout en un pour toute une vie. » Message reçu.

Les Sarments à Clermont

A Clermont sur Berwinne, au vignoble Les Sarments, Philippe Dumont se réjouit « de belles qualités au rendez-vous des vendanges pour les bulles, combinées avec des rendements au-dessus des prévisions. Les jeunes vignes de Solaris ont produit de belles maturités en vue des premières vinifications de vins tranquilles et nous avons fait un délicieux jus de raisin avec les premiers fruits du Regent. » Sortie des bulles les 8 et 16/12 : voir agenda.

A Huy, Jacques Mouton pensait avoir éradiqué l’oïdium de son Clos des Prébendiers, mais celui-ci est revenu vers juin ? « Je crains que les années se suivent avec cela… Pour le reste, j ai une bonne cuvée égale aux années précédentes mais un rendement moindre. Suite aux nombreuses visites durant l’été plus de 60% de la production sont partis et je n’ai pas su fournir tous mes clients… »

Enfin, pour Terres du Val à Wanze, peu de choses à dire, car le domaine ne récolte pas encore. Charley Jolly annonce toutefois qu’il plantera 1,9ha supplémentaire en 2024 : du Pinot noir et du Pinot meunier. La première récolte confidentielle est prévue en 2024.

En province de Luxembourg

Pas d’écho du Poirier du Loup, mais non loin de là, Dany Dries rapporte un millésime très compliqué pour le Clos de la Fouchère : « Nous sommes en bio, nous avons fait 12 traitements sur la saison, principalement en juillet. Comme il y a eu successivement des chaleurs fortes en juin avec une superbe floraison et de très grosses grappes, de la pluie et du froid en juillet, des chaleurs fortes début août et des pluies la seconde quinzaine, puis des chaleurs tout le mois de septembre, il y eut sur la même grappe, à la fois de gros grains bien mûrs, avec des raisins encore verts et des raisins atteints par le botrytis, surtout dans les rouges…

Tout cela nous a amenés à mettre environ un tiers de la récolte par terre, surtout dans les rouges où nous n’avions pas assez de degrés, contrairempent aux blancs. Les vendangeurs ont donc mis le double du temps pour vendanger…

En résumé, nous avons quantitativement environ la même production qu’en 2022 (malgré 1/3 par terre) mais qualitativement on en est loin… Une année très spéciale ! »

Dans le Hainaut

En ce qui concerne le petit vignoble didactique du Martinet à Monceau-sur-Sambre, Henri Larsille déclare que « la quantité et la qualité sont au rendez-vous. L’ état sanitaire des raisins était très bon. Environ un mois avant les vendanges, nous plaçons un filet qui protège le raisin, du soleil, des fortes pluies,  de la grêle et des oiseaux ! Ce filet a-t-il eu une influence  sur ce millésime 2023 qui promet? »

Au Domaine du Blanc Caillou à Landelies, Marc Boddaert estime qu’il « ne doit pas se plaindre du millésime 2023 en termes de quantité. De quelque 3000 bouteilles produites en 2022, nous passerons à plus de 5200 flacons.

Grâce à quelques pulvérisations de soufre et de cuivre, nous avons évité le mildiou et l’oïdium qui nous avaient si fortement impactés en 2021. Par contre, et malgré les mesures prophylactiques que nous avons prises, le botrytis a atteint nos cépages. Nous avons utilisé un produit stimulant les défenses de la vigne, peut-être un peu tard, mais il n’a pas suffi.

Seul le Souvignier gris était dans un état sanitaire parfait… Le Divico a été particulièrement touché cette année et suite à l’analyse, l’excès de volatile m’a incité à abandonner son élevage cette année-ci. En janvier, nous procéderons aux assemblages et en avril/mai à la mise en bouteille. »

A Lobbes, à la coopérative du Domaine de la Portelette, Bertrand Halbrecq dresse un bilan globalement très satisfaisant.

« En avril-mai, nous avons échappé au gel printanier. Le démarrage de la vigne s’est fait dans de bonnes conditions. Durant l’été, malgré l’installation du mildiou suite à la période pluvieuse de juillet, nos cépages interspécifiques tolérants à cette maladie ont gardé un large feuillage photosynthétique. Nos interventions sont donc restées limitées.

Les vendanges 2023 se sont étalées sur trois week-ends (16/09-23/09-30/09) avec, au total, l’aide de 150 coopérateurs. Des journées riches alliant travail et convivialité. Vu la belle arrière-saison, la qualité et la quantité étaient au rendez-vous. Que de satisfaction !

Les vignes gagnent en âge et en maturité : les jus rentrés en 2023 nous promettent une millésime de qualité.  Cela se traduira dans nos vins.

Actuellement, nous produisons « Sauvette 2022 », un mistelle bio (Johanniter) proposé à la vente depuis novembre 2023. La prochaine sortie sera celle de « Sous le fil 2022 », un vin blanc bio qui assemble Muscaris, Souvignier gris et Johanniter. »

Compilation: Marc Vanel

2023 : voulez-vous vendanger en Wallonie?

Les vendanges en Wallonie se dérouleront en septembre et octobre. C’est un moment de grande convivialité non seulement pour les membres des vignobles, coopératives et autres clubs, mais aussi pour les particuliers qui peuvent ainsi découvrir la réalité du métier de viticulteur.

Voici dix-sept offres classées par province. Les dates évolueront avec la météo…

HAINAUT

      • Le Vignoble de Saint Martin à Merbes-le-Château (entre Erquelinnes et Lobbes) recherche quelques vendangeurs bénévoles supplémentaires pour ce samedi 23/09 à partir de 9h.
        Ambiance amicale et BBQ après la cueillette. Appelez Patrick Leclercq au 0477 44 98 55 pour connaître le lieu de rendez-vous. Page Facebook.
      • Domaine Mont des Anges (Nouvelles, Havay et Ciply) : vendanges durant la deuxième quinzaine de septembre, sauf si la première quinzaine est désastreuse en termes de météo. Ecrire à info@montdesanges.be.
      • Domaine de Longuesault à Ere (Tournai) : le weekend à partir de la mi-septembre. Contact via la page Facebook du domaine ou via domainedelonguesault@gmail.com

BRABANT WALLON

      • Domaine Coteaux des Avelines (Sart-Dames-Avelines): les invitations pour participer aux vendanges sont exclusivement envoyées aux membres de l’ASBL « Les Amis des Coteaux », mais vous  pouvez vous y inscrire :  https://www.coteaux-des-avelines.be/asbl-les-amis-des-coteaux.html
      • Domaine de Mellemont (Thorembais): recrutement de ± 30 personnes pour les vendanges qui ont lieu le 30/09 et le 7/10 à partir de 8h à la grande parcelle (1,5km de la Ferme de Mellemont). Prenez bottes et sécateurs. Contact : info@domainedemellemont.be
      • Domaine W (Saintes): la priorité est donnée aux membres du Club W. S’il reste de la place, un email sera envoyé aux personnes inscrites à la newsletter (inscription gratuite sur domaine-w.be). Près de 450 bénévoles seront nécessaires cette année de la mi-septembre à début octobre. Tous les vendangeurs repartent avec un t-shirt du domaine.
      • Domaine de Glabais (Genappe): demande d’une aide pour les vendanges entre le 15/09 et le 15/10 au plus tard selon la météo.  Attention: La cueillette du 30/9 & 1/10 est reportée aux 7 & 8/10. Contact : annegeldhof@hotmail.com
      • Domaine du Buisson à Perwez/Orbais (Serge de Liedekerke): contrat saisonnier de minimum une semaine, du lundi au vendredi de 8 à 17 heures. Possibilité de logement sur place. Infos : 0486 086 527

NAMUR

      • Château de Bioul (Anhée) : organisation comme chaque année de deux ou trois journées « Potes en bottes ». Cf page Facebook.
      • Domaine du Chenoy (La Bruyère) : recrutement d’une équipe de 25 vendangeurs pour une quinzaine de jours de récolte répartis entre mi-septembre et mi-octobre. Candidatures à envoyer à info@domaine-du-chenoy.com
      • Château de Fumal et seconde parcelle de Serge de Liedekerke à Latinne: contrat saisonnier de minimum une semaine, du lundi au vendredi de 8 à 17 heures. Possibilité de logement sur place. Infos : 0486 086 527.
      • Domaine de Doriémont à Gochenée : deux personnes souhaitées début octobre. Contact : cos@spsinvest.be
      • Domaine d’Annevoie : recrutement de 20 personnes, surtout le weekend. Contact : damien@briard.be

LIÈGE

      • Domaine XXV à Couthin– Dernière date de vendange : cueillette du Chardonnay le dimanche 1er octobre?. les 16 et 17/9. Planning de la journée : accueil entre 7h30 et 8h, début des vendanges à 8h et fin à 13h. Grand barbecue de vin de vendanges.
        Inscription via ce lien: ICI. Attention : conditions à lire dans l’annonce.
      • Coopérative Vin de Liège (Heure-le-Romain) : les candidats aux vendanges doivent envoyer un mail à vendanges@vindeliege.be et seront prévenus une semaine à l’avance des détails pratiques. Vingt journées de vendanges prévues entre septembre et novembre. Un effort est fait pour que chacun puisse participer.
      • Coopérative Vin du Pays de Herve (Teberg – Montzen) : vendanges dès la première semaine de septembre. Inscription par mail : info@vindupaysdeherve.be
      • Domaine Tour de Tilice (Fexhe-Slins) : vendanges durant le week-end, de préférence le samedi. De fin septembre à début octobre en fonction de la maturité des différents cépages. Inscription via le formulaire en ligne: https://forms.gle/wQEC4Kz8TvouX5kP7.
      • Vignoble des Trois Rois : recherche de vendangeurs pour le mois de septembre et début octobre. Il s’agit d’un travail bénévole en contrepartie d’une bouteille par jour de vendanges et un bon barbecue à midi! Uniquement les week-ends.  Inscription via les réseaux sociaux ou via vendanges@vignoble3rois.be
      • Prologue: infos via la newsletter du domaine, s’inscrire via https://forms.gle/h8hz5RHxmxwcEvdh6.

Liste arrêtée au 1/9. Compilation: Marc Vanel

Voir aussi: De la vigne à la cuve : un premier bilan de 2023

Newsletter 21

Première vendange de Voltis pour le Mont des Anges

De la vigne à la cuve : un premier bilan de 2023

Comment se profile ce nouveau millésime? Une trentaine de nos membres font un premier bilan nuancé selon les localités. Tour de piste par province, d’Ouest en Est…

En Hainaut

Province généreuse en production grâce aux locomotives locales que sont le domaine du Chant d’Eole, Ruffus et Mont des Anges, le Hainaut est en pleine mutation, sinon en plein boom.

Outre les  récentes plantations de In Vino Verit’Ath (8ha) et de Colruyt (4ha qui seront doublés en 2024) à Frasnes-lez-Anvaing, il faut d’ores et déjà tenir compte des nouveaux projets qui se profilent dans la Botte du Hainaut (+65 hectares dans les cinq ans). La province deviendra alors la plus plantée de la région wallonne et s’approchera des 200 hectares ! Inimaginable il y a encore quelques années.

Pour ce qui concerne le millésime, l’équipe du Chant d’Eole reconnaît avoir ressenti quelques difficultés au printemps à cause des intempéries, mais le développement de la fleur, puis la nouaison, ont rassuré l’équipe et les pluies de juillet n’ont eu aucune conséquence sur la qualité du raisin et de la récolte ! Mais, ici comme ailleurs, il a fallu être prudent pour éviter les contaminations de mildiou et d’oïdium.

« C’est, en particulier, un palissage de qualité, un rognage serré et suivi, et un effeuillage réfléchi qui nous ont permis de traverser ces moment difficiles et de pouvoir affirmer que cette année culturale s’est bien déroulée, constate Hubert Ewbank. Espérons que dans les dernières semaines la météo soit plus généreuse, pour obtenir une belle maturité. »

Même écho chez Ruffus, où Arnaud Leroy a déclaré au journal Le Soir, que « ce ne sera pas un millésime exceptionnel car les pluies de juillet ont finalement ralenti le processus. (…) Désormais, il faut éviter de grosses pluies. Le botrytis est présent et il faut éviter qu’il se réveille. Comme il faut éviter d’importantes chutes de grêle. »

Au Domaine Mont des Anges, le vignoble s’est élargi cette année à 10ha répartis sur trois villages (Havay, Nouvelles, Ciply), avec trois cépages et trois terroirs différents, dont 8 sont maintenant en production. Le chai (toujours provisoire) a déménagé sur Frameries, le bâtiment définitif sera opérationnel à la mi-2025.

Laurianne Lejour et Vincent De Busscher espèrent une année exceptionnelle comme 2022, « sauf que la pourriture (botrytis) apparait sur les cépages rouges. Le rendement est en hausse, vu les pluies de l’été qui ont gorgé les raisins après fermeture de la grappe. Nous récolterons pour la première fois les Voltis plantés en 2021 (un cépage résistant français – ndlr). Le résultat visuel est pour l’instant étonnant et les premières dégustations de baies donnent des résultats prometteurs. » Voir notre article sur les vendanges. 

Un peu plus loin, dans l’entité de St-Ghislain, la coopérative du Vignoble de Sirault s’est elle aussi développée avec la plantation de 3000 pieds supplémentaires (2000 Muscaris et 1000 Souvignier gris). « L’état général de nos vignes est plus ou moins bon, déclare le président Jean-Christophe Vanderelst. Quelques attaques de mildiou, de black rot et de botrytis çà et là. Pour l’instant, il y a pas mal de raisins sur l’ensemble des parcelles. Allons-nous avoir une aussi bonne récolte que l’année dernière? Difficile à dire, car on a besoin de soleil pour monter en maturité et être préservé des maladies cryptogamiques. »

Au sud de Tournai, à Ere, le Domaine de Longuesault a été planté en avril 2020 et a connu une petite vendange l’an dernier, les premières bouteilles sont prometteuses. « Nous avons bien maîtrisé les principales maladies/parasites et les grappes sont plus volumineuses que l’année dernière : 2023 est donc le « vrai » grand départ pour Philippe Couplet et Lara Safiannikoff. » Voir vendanges.

Plus à l’Est, à Lobbes, les vignes du Domaine de la Portelette n’ont pas souffert du gel printanier, mais, déclare Bertrand Halbrecq, « la période humide de cet été (20 juillet au 10 août) nous a obligés à protéger nos vignes du mildiou et du black rot. De nombreuses pulvérisations d’une décoction de prêle associée à du lait ont limité la propagation de ces maladies fongiques. Actuellement, avec le retour du soleil, les rendements attendus seront sans doute plus élevés que l’année passée. Nous visons environ 6 à 7 tonnes de raisins. Nous espérons que le mois de septembre soit sec et ensoleillé. »

En Brabant wallon

Pour le domaine Coteaux des Avelines à Sart-Dames-Avelines, 2023 est une année particulièrement difficile sur le plan humain avec la perte récente de la co-fondatrice du vignoble, Viviane Cleiren. Agricultrice, c’est elle qui avait eu l’idée de cofonder ce vignoble pour diversifier ses activités. Elle était très appréciée de tous pour sa bienveillance et sa gentillesse. Elle était passionnée par la viticulture et les plantes en général. Une femme courageuse, pleine d’énergie et de créativité… L’AVW présente ses condoléances à la famille.

Pour l’avenir, Arnaud Duchêne maintient le cap et estime « l’année vitivinicole très bonne: pas de dégât de gel, beaucoup de belles grappes. La mauvaise météo du mois de juillet nous incite à rester vigilants mais nous sommes très confiants. Nos cépages résistants ont bien résisté aux maladies. » La réponse dans quelques semaines…

Au Domaine de Mellemont, la nouvelle équipe déplore un peu d’oidium sur leurs pieds de pinot auxerrois (20 % de perte), mais espère une récolte « normale». « Toutefois, fait remarquer Matthieu Dumont, les baies sont un peu petites, il nous faut encore du soleil ! »… Voir vendanges.

Au Domaine de Glabais, Anne Geldhof et Christian Balduyck n’ont enregistré que peu de dégâts liés au mauvais temps de juillet-août et également suite aux grêlons de fin août. « La récolte sera bonne », se réjouissent les deux vignerons. Voir vendanges.

A Villers-la-Ville, la Confrérie de Villers-la-Vigne a dû elle aussi faire face à de petites attaques de maladies dès les premiers jours de juillet, explique Christophe Waterkeyn, mais n’a pas observé d’oïdium. Pas de mildiou sur les grappes, seulement une attaque foliaire sur Regent qui est sous contrôle. Début de développement de botrytis à partir du 20 août, également sous contrôle (élimination des grappes et traitement). Les grappes sont exceptionnellement grosses et très belles en quantité et qualité.

Pour clôturer ce tour du BW, un clin d’œil à John Bras qui depuis 1993 (bel anniversaire !) entretient au vignoble du Gris Moulin à La Hulpe, 60 ceps interspécifiques et “nobles” répartis en 9 cépages blancs et 7 rouges ! Jusqu’à présent, se réjouit-il, « peu de  dégâts, grâce aux traitements préventifs et au placement des filets. »

Dans le Namurois

Au Château de Bioul, Vanessa Vaxelaire est formelle : « tous les feux sont verts, avec une belle récolte en perspective, tant en quantité qu’en qualité. Le petit retard printanier a été rattrapé par un printemps chaud et sec, une belle floraison en juin et aucune attaque de maladies pendant les pluies de juillet et août grâce aux cépages résistants. » Voir vendanges.

Même bilan du Domaine du Chenoy qui annonce un millésime sans maladies et une belle récolte. Voir vendanges.

Au Château d’Annevoie, déclare Damien Briard, « tout va bien pour le moment (mi-août), à l’exception d’une carence en magnésium sur feuille, suite à l’excès d’eau de surface de ces derniers jours… les engrais foliaires font leur boulot. Je pense faire une grosse demi-récolte car nous avons encore beaucoup de pieds que nous avons dû rabattre suite à la sécheresse de l’année dernière. (…) Si la météo reste chaotique comme maintenant, il va falloir vendanger par défaut, car nous aurons certainement de la pourriture qui va apparaître. » Voir vendanges.

Le vignoble du Château d’Annevoie en mai dernier

Autre vignoble en vitesse de croisière à présent, Terres de Crompechine, qui a même déjà ramassé ses raisins de solaris en commençant par les grappes les plus touchées par les guêpes et les mouches drosophiles.

Certifié en biodynamie par Demeter depuis juin dernier, le Domaine de Doriémont à Gochenée a connu « une saison mitigée, avec un printemps très prometteur, une belle floraison, mais ensuite un mois de juillet très gris et humide, nous avons même vu des champignons pousser au sol », fait remarquer Colienne qui demande du soleil pour les prochains jours… Voir vendanges.

A Floreffe, François Van Pachtenbeke développe son projet Oze le Vignoble depuis 2018. Il estime que « si le temps se maintient durant les prochaines semaines, la vendange devrait être très correcte et qualitative. Cette année semble être propice au black rot et à l’oïdium, principalement sur grappe ; le feuillage est quant à lui peu impacté, on a un peu de mildiou aussi, mais gérable. Certains cépages résistent très bien aux attaques (Syrah et Sauvignon pour ma part). Sauf couac de dernière minute, 2023 devrait être un joli millésime. »

Enfin, à Sombreffe, le vignoble des Héros de la vigne continue ses expériences de culture biodynamique de différents clones de pinot noir plantés en 2020, avec comme objectif supplémentaire de se passer de cuivre. « Pour ce millésime, commente Pascal Frisque, l’état sanitaire est très bon, les traitements sont très réduits et… sans cuivre. Des essais de micro-vinification seront menés selon différents protocoles. »

Pierre Sclipteux au domaine de Doriémont

En pays liégeois

Pour Vin de Liège, 2023 fut une année particulière, avec une alternance de beau temps et de conditions plus rudes. Alec Bol déclare en outre que « la récolte 2023 sera généreuse en volume, supérieure à 2022, mais très différente avec quelques dégâts dus aux maladies (mildiou sur feuilles – ce n’est jamais gai – et un peu d’oïdium mais anecdotique). Nous attendons le beau temps de pied ferme pour les dernières semaines, car nous avons envie d’avoir de belles maturités. » Voir vendanges.

Chez les voisins de Tour de Tilice, Simon Delforge se félicite que « tout se passe bien au domaine malgré la météo capricieuse de  cet été. Quelques légères infections de maladie à certains endroits, mais ça reste négligeable et les vendanges se profilent bien. » Voir vendanges.

Idem au vignoble des Trois Rois où Samuel Deuse annonce « une belle vendange cette année, avec certes des conditions difficiles en fin de saison, mais il y a de belles grappes. » Voir vendanges.

A la coopérative Vin du Pays de Herve, Michel Schoonbroodt estime que « cela s’annonce plutôt bien avec davantage de quantité qu’en 2022 car de nouvelles parcelles sont désormais en production. Comme on travaille en bio, on a traité naturellement et on a pu éviter le mildiou et l’oïdium.». Voir vendanges.

Vignoble Les Sarments
A Clermont, le Vignoble Les Sarments est en quatrième feuille et récoltera de plus grandes quantités en 2023. « Malgré la pression liée aux grosses pluies des dernières semaines, la qualité sanitaire reste bonne : impeccable pour le souvignier gris et pression botrytis sur le johanniter, mais moins de 10% des grappes sont atteintes. Le jeune solaris 2022 a quant à lui été vendangé le premier week-end de septembre.  »
La première cuvée “Château de l’Aguesse 2022 sortira à la fin de cette année. Infos: sarments.be
Grappes de Zweitgelt au domaine des Marnières à Warsage (Benoît Heggen)

A Warsage, au Domaine des Marnières, Benoît Heggen estime que 2023 a un retard de 15 jours sur 2022, mais, mais que tout va bien. Le raisin est très sain, sans mildiou, même s’il a constaté un peu d’oïdium et du botrytis à quelques endroits, et un peu de botrytis initié par… les perce-oreilles. Selon lui, « tout va dépendre de la première quinzaine de septembre et du soleil pour faire monter les grappes, mais rien n’empêche une belle vendange ».

A Bolland, Raphael Wadeleux annonce une année grandiose pour le Clos Lognay, avec de très grosses grappes de qualité. « Espérons que les prochaines semaines ne soient pas trop humides pour éviter au maximum le botrytis. » Ses vendanges démarrent vers la mi-septembre.

Pour les Coteaux de Lincé, Jean-Marc Lewalle et ses deux associés déclarent « n’avoir fait qu’un seul traitement au soufre sur la partie du vignoble la plus sensible. Les raisins et le feuillage sont très sains suite à un travail très méticuleux sur la vigne (sélection des sarments fructifères, rognage, effeuillage, désherbage). Les grappes sont bien formées et très chargées. Il manque actuellement encore un peu de sucre. On espère donc un peu de chaleur et de soleil pour ces prochains jours. »

Cette année est l’année des premières vendanges chez Prologue planté en 2020 à Soheit-Tinlot. « En ce qui concerne le vignoble, et malgré notre manque de points de comparaison, nous avons une année capricieuse, confie Marc-Antoine Wautelet. Dans l’ensemble, les raisins sont beaux et l’état sanitaire est très correct. Nous avons dû batailler contre le mildiou et l’oïdium et espérons maintenant qu’il fasse un peu plus sec pour éviter trop de botrytis. Il a plu presque chaque jour depuis mi-juillet. Ceci étant, la récolte s’annonce bonne, même si nous limitons grandement les volumes vu la jeunesse de nos vignes. » Voir vendanges.

Non loin de là, à Ocquier, au Domaine d’Occarius, Marc Monfort espère que la météo s’améliorera prochainement, car ses raisins, même si nombreux, manquent un peu de maturité et ont été attaqués par les maladies habituelles de la vigne.

A Huy, Alain Dirick est impliqué dans deux vignobles. Au Bois Marie Hautes Vignes, tout d’abord « la récolte se présente très bien. Quelques grappes abîmées par l’oïdium en divico et de temps en temps quelques grains botrytisés un peu partout. Je suppose qu’ils ont éclaté avec les pluies et que la pourriture est rentrée dedans. » Il espère toutefois cueillir en moyenne un bon kilo par pied (johanniter, bronner, gamaret, divico, solaris). Dans sa parcelle de Verlaine de 2 hectares, il estime pouvoir récolter 10 à 12 tonnes/ha.

Non loin, à la Closerie des Prébendiers, Jacques Mouton déplore de ne pouvoir combattre l’oïdium qui est implanté dans une partie du vignoble depuis deux ans, malgré des pulvérisations intenses. Sur les 65% restants, il estime la qualité de bonne à très bonne avec de gros rendements.

Enfin, terminons cette tournée liégeoise par le Domaine XXV où, selon Renaud Grégoire, « l’état sanitaire de la vigne est particulièrement satisfaisant, malgré les épisodes pluvieux du mois de juillet. Si les choses restent en l’état, nous devrions connaître de belles vendanges. Nous avons effectué une “vendange verte” mi-août pour alléger les pieds de vigne afin de privilégier la qualité à la quantité. La vigne a été recouverte d’argile afin de la protéger à différents égards (soleil, insectes,…). »

En province de Luxembourg

A Torgny, à défaut d’avoir le retour du Poirier du Loup, nous avons celui de leur voisin, Daniel Dries qui, au Clos de la Fouchère, déclare que « 2023 est une année compliquée car très chaude en juin et des pluies abondantes en juillet, avec beaucoup de traitement pour les vignobles en bio et biodynamie. Il fallait être très vigilant et très réactif. Toutefois, comme il y a eu beaucoup d’écarts de températures entre la nuit et le jour (15 à 20° !), cela va très certainement donner un excellent millésime bien marqué… Les vendanges auront entre 2 et 3 semaines de retard par rapport à 2022. »

Enfin, à Rendeux, pour Eric Grévisse (Moulin de Hamoul & Loperlé), « voici une drôle d’année viticole qui s’achève. Un printemps froid et sec qui présageait d’une floraison tardive mais qui est arrivée le 8 juin, ce qui est normal pour Rendeux. L’été avait bien commencé les vignes sont chargées de belles grappes. La véraison a commencé très doucement après le 15 août. L’humidité et la chaleur ont alors entraîné de la pourriture. Le mildiou a été présent mais pas très virulent. Les vendanges pourraient avoir lieu fin septembre. Si la météo se passe comme prévu ! »

Compilation : Marc Vanel – 1/9/23

Voulez-vous vendanger en Wallonie?
Découvrez les offres disponibles: ICI.

Newsletter 20

Dans les jardins de l’ancienne école horticole de La Hulpe

A votre agenda pour l’été 2023

Durant tout l’été, plusieurs vignerons wallons vous accueillent pour vous faire découvrir leurs vins et parcelles, ou tout simplement pour passer un bon moment. Si vous organisez vous-même quelque chose, envoyez-nous vos infos, l’agenda sera complété. Bonnes vacances !

Le domaine du Chenoy fête ses 20 ans

Le domaine du Chenoy fête en 2023 les 20 ans de sa création et les 5 ans de la reprise par Jean-Bernard et Pierre-Marie Despatures. Pour fêter cela, plusieurs événements sont organisés, dont certains sont déjà derrière nous. Mais il reste encore quelques dates à noter :

22/06 : Apéro du bourgmestre. L’occasion pour les Bruyérois de (re-)découvrir le domaine et ses vins après les rénovations;

Du 10 au 23/07 : Restaurant éphémère ! Brut – Fine Organic Food s’invite au domaine pour un voyage à travers vos sens;

11/08: restaurant au cœur des vignes. Concept gastronomique complètement toqué proposé par TOQUE & CHEZ VOUS

Durant tout l’été : visites sur rdv à 10h30 et 14h . 15 €/pp pour visite et dégustation de 3 vins.

Du 1er au 25 juin : Saison estivale chez Ruffus : balade et parcours didactique gratuit dans les vignes, flûte(s) de Ruffus en terrasse, petite restauration le week-end de 12h à 15h, musique… Pas mal d’activités dans les jours à venir au vignoble des Agaises. Infos : ruffus.be ou page Facebook.

Et aussi trois week-ends en juillet : 7-8-9, 13-14-15 et 20-21-22 juillet  : Ruffus en Terrasse. Animations, DJ’s et bar, avec une édition spéciale le 21/7 pour la Fête nationale. Réservation obligatoire pour l’ouverture et la clôture via ce lien .

Visites guidées à Villers-la-Vigne les samedis 1/7, le 5/8 et le 2/9, de 14h30 à 16h30 environ. Le rendez-vous est à l’accueil de l’Abbaye. La visite survole l’histoire du vin et de son arrivée dans nos contrées, plus particulièrement avec les cisterciens à l’abbaye de Villers-la-Ville. Elle explique ensuite la plantation, le choix des cépages, la conduite de la vigne dans une optique de respect de l’environnement, la taille et évoque enfin la Confrérie, ses buts, ses membres et ses manifestations. Dégustation en fin de visite. Infos: https://villers.be/fr/visite-vignoble

  1. Le pressoir Coquard du Domaine W

    En juin et en juillet : Flâneries dans les vignes du domaine W. Le beau temps est de retour, les vignes, les fleurs, les abeilles, les moutons reprennent leurs droits,… c’est le moment idéal pour venir se balader paisiblement dans les vignes du domaine W.

Un parcours-découverte de 2,5km dans les vignes est proposé les 17 et 24 juin, ainsi que les 8, 15 et 22 juillet, avec des arrêts informatifs sur l’histoire de la famille, du domaine, de la biodiversité, du Brut de Brabant…

Et si vous préférez déguster au cœur des vignes? Sophie et Dimitri vous proposent  un sac à dos isotherme, une couverture, des flûtes et une bouteille de Brut de Brabant (formule VIP). Nombre de places limité et inscription obligatoire via ce lien.

NOUVEAU: les 1 et 2 juillet, le Domaine W ouvre également ses portes pour la toute première fois entre 10h et 17h ! Et c’est gratuit. Au programme: conférence atelier (11h & 15h30), visite de la cave et de la cuverie (10h, 11h30, 14h & 16h), dégustation de miel, coin enfants, DJ et guinguette de 10 à 17h.

Le Clos LoJerAu

A Flobecq, chaque week-end durant les deux mois d’été, le Clos LoJerAu (fondé en 2005) ouvre une terrasse en face de ses vignes : dégustation de vins et cuisine africaine sur réservation au 0471 59 4377. Adresse : Aulnoit 14 à 7880 Flobecq. Page Facebook.

Le domaine du Blanc Caillou et son chai creusé dans la roche

Samedi 17 juin de 10h30 à 17h30 : Journée Portes ouvertes au domaine du Blanc Caillou, rue Blanc Caillou 1 à 6111 Landelies (au sud de Charleroi), visite des vignes et du chai souterrain. Infos : page Facebook.

La parcelle d’Hermée de Vin de Liège

En juillet et août : plusieurs dates pour visiter le domaine de la coopérative Vin de Liège: mercredi 12/7, jeudi 20/7, samedi 29/7 et samedi 8/8, à chaque fois de 11h à 13h30.

Au programme : présentation de la coopérative, visite d’une parcelle de vigne : les cépages plantés, l’agriculture biologique, les travaux de la vigne, la climatologie belge…, visite des installations (pressoir, cuves, fûts), mise en lumière des vinifications et dégustation de 4 vins. Prix : € 15 par personne. Possibilité d’achat après la visite. Inscription indispensable par mail à : gerome.minon@vindeliege.be

Vendredi 30/6 et dimanche 2/7 : Show must go wine. Spectacles (humour et concerts) le 30 juin au domaine du Chenoy avec Eric Boschman et Romain Helvétius, le 2 juillet chez Ruffus avec Eric Boschman, Freddy Tougaux et Gaëlle Maevis. L’événement du 1/7 à Bellum Fagetum a été annulé. Infos et tickets : ICI.

Le chai de Bousval

Visites du Vignoble du Château de Bousval (Genappe) : cet été, le vignoble a le plaisir d’ouvrir ses portes pour vous faire découvrir ses activités viticoles et vinicoles. La visite se déroule en petit groupe de maximum 35 personnes, pour vous emmener entre les parcelles de vignes et le chai (durée 1h30 à 2 heures) et se terminer exceptionnellement par la dégustation de plusieurs vins. Mais il y a déjà deux visites programmées, le 1er (10 à 12h, 20€/pers.) et le 2 juillet (pour les familles uniquement – 6€): détails ICI et  et page Facebook.

Dimanche 9/7 de 14 à 17h : Portes ouvertes au domaine XXV. Découvrez un chai dernier cri ainsi que le premier vin blanc du domaine. Le rosé est déjà épuisé. L’adresse: XXV, rue des Theysses 8 à 4218 Couthuin, xxv.be

Les travaux du Chant d’Eole se terminent !

Les visites estivales du Chant d’Eole: le domaine connaît de grands changements actuellement avec de grands travaux qui s’achèvent, l’ouverture de la Brasserie d’Eole en 24 mai dernier (service midi et soir du mercredi au dimanche), l’ouverture d’un second restaurant gastronomique, l’Impératif d’Eole, à la mi-juillet, une nouvelle boutique mais aussi la poursuite des visites guidées presque tous les jours, avec dégustation. Infos et inscriptions en cliquant sur ce lien.

Le stand AVW en 2022

Le programme de DINANT JAZZ 2023 est parrainé par Château Bon Baron.
Amateurs ou passionnés de jazz, Château Bon Baron propose un nombre limité d’entrées VIP et d’entrées journalières sous diverses formules, de la plus petite à la plus prestigieuse. Infos: ICI.

Depuis plusieurs années, l’Association des Vignerons de Wallonie est présente à la Foire de Libramont et, cette année, du 28 au 31/7 au Sentier des Saveurs dans la Mezzanine du Hall 1, avec les vins de plus de 15 domaines wallons : Château de Bioul, Coteaux des Avelines, Domaine de Glabais, Domaine de la Bouhouille, Domaine de Mellemont, Domaine des Hêtres, Domaine des Marnières, Domaine du Chant d’Eole, Domaine du Chenoy, Domaine W, Domaine Vins des Cinq, Tour de Tilice, Vignoble de Sirault, Vignoble des Agaises/Ruffus, Vignoble de Bellefontaine… Bienvenue! Infos : www.foiredelibramont.com

La plus grande parcelle du village de Sirault

6 août : troisième Marche gourmande du Vignoble de Sirault, un parcours d’environ 4 km à travers les parcelles de vignes dispersées dans le village. Trois haltes gourmandes sont prévues avec dégustation de vins et de spécialités culinaires locales. En fin de parcours barbecue et animation musicale. Uniquement sur inscription exclusivement sur thierryvgl@hotmail.com. Participation de 10€, activités et limitée à 250 personnes. Départ à partir de 9h au chai de la coopérative : 5b rue Emile Vandervelde 7332 Sirault . Infos : page Facebook.

A noter aussi que le 3 septembre, la coopérative organise sa première édition du Théâtre dans les Vignes. Deux spectacles de 15 minutes dans les vignes autour de l’histoire du vignoble de Sirault et des proverbes et dictons sur le vin. Toutes les infos sur la page facebook (voir ci-dessus).

Samedi 19 et dimanche 20/8 : Wine4Cheese – repas « vins et fromages » à la coopérative Vin du Pays de Herve. Les détails seront prochainement publiés sur le site et sur la page Facebook de la coopérative.

Vendredi 25/8 – samedi 26/8 et dimanche 27/8 : Show must go wine – spectacles (humour et concerts) le 25 au domaine de la Bouhouille avec Eric Boschman et Kreshen, le 26 au Domaine du Chapitre avec Eric Boschman, Freddy Tougaux et Lisalou, et le 27 du domaine Vins des Cinq – XXV avec Eric Boschman, Sofia Syko et BJ Scott. Infos et tickets : ICI.

Dimanche 27 août de 10h à 18h: 2e Journée Vignes ouvertes de Prologue, à Soheit-Tinlot. L’équipe vous accueillera toute la journée, seul, en famille ou entre amis pour vous faire découvrir les vignes et parler des premières vendanges !
L’adresse du jour: rue fond de Soheit à 4557 Tinlot. Page Facebook:  ICI.

23e soirée Jazz au Vignoble de Villers-la-Vigne le samedi 2 septembre. Accueil dans le vignoble dès 18h, visite des ruines de l’abbaye en passant par le vignoble conservatoire et le jardin de l’abbé où sera servi l’apéro, un extra brut rosé, assemblage de Regent et Phoenix. Ensuite, repas 3 services dans la grande salle de restaurant du Moulin de l’Abbaye, animation musicale par le « Michel Mainil’s Quartet » (jazz classique, swing et bossa).
Inscription : https://www.villers-la-vigne.be/jazz-2023/

Compilation: Marc Vanel – juin 2023

Le Château Bon Baron passe au vert

Le Château Bon Baron est le premier vignoble belge à obtenir le label FAIR’N GREEN, qui aide les viticulteurs à atteindre des objectifs de durabilité.

Créée en 2013, l’association FAIR’N GREEN est basée en Allemagne et regroupe quelque 130  vignerons, principalement allemands, mais aussi italiens, français, suisses, autrichiens. Elle promeut un système pour une viticulture durable, qui aborde les domaines de la gestion, de la protection de l’environnement et de la responsabilité sociale des entreprises. Durable ne signifie pas bio, mais c’est souvent considéré comme un premier pas en ce sens.

« La localisation des vignes joue un rôle crucial, explique Jeanette Van der Steen, mais aussi toute votre façon de travailler. Comme vous le savez, j’ai acquis toutes mes connaissances et mon expérience de la viticulture et de la vinification en effectuant des stages chez de nombreux grands vignerons et laboratoires ; surtout en Allemagne, en Autriche et en Suisse car je ne parlais pas français à l’époque. Entre autres :  Solvay, Bernard Huber, Dautel, Molitor, Esterhazy, Cave du Paradou, Spiess, Knipser, et bien d’autres, chacun de ces vignerons ayant sa propre philosophie.

L’un m’a appris qu’un sol vivant était important à condition d’avoir une biodiversité suffisante, un autre que l’on pouvait économiser de l’eau en utilisant celle de la rivière. Ou encore que l’on pouvait économiser 50% de carburant par an en utilisant des machines double face. »

« J’ai aussi appris que l’on pouvait récupérer les eaux de rinçage et les résidus des cuves pour les filtrer soi-même ou les restituer à la vigne. Le fait que nous ayons autant de cépages différents (14 cépages sur 15 hectares – ndlr) est aussi dû à cela : nous pouvons répartir plus facilement le travail dans le temps et avons besoin de moins de matériel et de personnes. Grâce à tout ce que nous avons mis en place depuis ces dernières années, nous pouvons dire que le mot « durabilité » n’est pas un élément vide de sens pour nous. »

Un des intérêts de l’association est évidemment aussi l’échange d’idées et de pratiques. « C’est ce qui m’attire, conclut Jeanette, ensemble et en concertation, orienter la viticulture de demain dans le bon sens. »