Newsletter 12

Développer de nouvelles filières pour l’emploi

La viticulture génère-t-elle des emplois en Wallonie ou est-elle avant tout une affaire de passionnés qui ne comptent pas leurs heures? La réponse est forcément entre les deux…

Si la Wallonie a connu quelques beaux millésimes ces dernières années, elle en a aussi malheureusement connu d’autres qui l’étaient nettement moins, faisant chuter, comme en 2019 ou en 2021, la production de 10 à 100% selon les domaines. Même si l’on dénombre presque 200 producteurs au sud du pays, il faut constater qu’il s’agit principalement de petites parcelles d’un ou deux hectares où le plaisir prime sur la rentabilité. Seuls une douzaine de vignobles dépassent toutefois les dix hectares, seuil de rentabilité reconnu pour une activité professionnelle.

Car la viticulture coûte cher. Le prix de l’hectare de terres agricoles a littéralement explosé ces dernières années autour de 60.000€, et devrait prendre encore 25 à 30% rapidement. A cela s’ajoute le prix des pieds de vigne, des piquets, des fils, du matériel d’entretien, du chai et du personnel.

Comme le faisait remarquer l’agro-économiste Jan Leyten sur le site de la KBC en juillet 2020, « la forte croissance du secteur en Belgique au cours de la dernière décennie se reflète dans la réussite d’un certain nombre de viticulteurs. Et même s’il s’agit souvent d’un hobby qui a évolué, de la poursuite d’un rêve, d’un (ré)investissement à long terme ou de la diversification d’une entreprise agricole ou horticole existante, une dizaine de viticulteurs professionnels développent leur activité.

La concurrence internationale étant féroce et les coûts étant relativement élevés pour nos viticulteurs, ceux-ci sont contraints de se concentrer sur le marché intérieur, avec un produit qui s’articule autour du concept global: un produit régional de haute qualité, axé sur un marché de niche et la volonté de vivre une expérience.

(…) Le tableau économique et financier n’est pas sans importance pour un viticulteur. La viticulture est une activité à forte intensité de capital et de main-d’œuvre, alors que les rendements sont incertains, les bénéfices modestes et le temps de retour sur investissement très long. La création d’une entreprise viti-vinicole professionnelle est par conséquent loin d’être une évidence.

Les nouvelles plantations et une installation de vinification sont de lourds investissements, qui ne commencent à produire des rendements qu’après un certain nombre d’années. Abstraction faite de l’achat des terres, les investissements de démarrage se chiffrent rapidement à 80 000 à 100.000 euros par hectare. Pour un prix de vente de 13 euros par bouteille de vin non pétillant, le délai d’amortis­sement des investissements atteint facilement huit à douze ans. »

Taille au Poirier du Loup – © Vanel
Et le personnel ?

Dans toute exploitation agricole, horticole ou viticole, l’activité varie tout au long de l’année et est rythmée par les saisons ou les conditions météorologiques. Une réglementation spécifique répond à ces exigences de flexibilité : le travail saisonnier (1).

Les employeurs relevant de la Commission paritaire CP145 des entreprises horticoles (maraîchage, fruiticulture, pépinières, floriculture) peuvent engager, à des conditions avantageuses, des travailleurs occasionnels afin de faire face à des périodes de pointe.

Il s’agit d’un emploi temporaire avec des contrats journaliers et un saisonnier ne peut prester que maximum 100 jours par année civile dans le cadre de cette réglementation particulière, en marge du travail dit régulier (contrats en CDD ou CDI).

Comme le précise le Fonds social et de garantie pour les entreprises horticoles – FSG Horticole, sur son site, « le formulaire occasionnel remplace le contrat de travail. Chaque jour renseigné sur ce formulaire correspond à un contrat journalier. Dans ce cas, on estime que le contrat de travail se termine automatiquement chaque jour. Il ne faut pas suivre de procédures spécifiques pour terminer le contrat. L’employeur décide chaque jour quelle personne il va engager. On ne doit pas conclure un contrat de travail par écrit.

(…) Le premier employeur d’un saisonnier doit acheter le formulaire occasionnel. Il doit le remplir et le remettre au travailleur. Avec cette carte, le travailleur peut justifier auprès de tous les futurs employeurs combien de jours de travail il a déjà effectués. »

Au Domaine du Chant d’Eole – © Vanel

Le salaire horaire des saisonniers engagés sur un vignoble relève de la CP145.05 – fruticulture et s’élève à 9,69€. Un précompte professionnel de 11,11% est à déduire de ce salaire brut. Les travailleurs réguliers, engagés en CDD ou CDI dans ce secteur, voient leur salaire horaire brut varier entre 11,18 à 13,51€ selon la catégorie (de 1 à 4) et l’ancienneté (le taux le plus élevé étant de 14,05€ après 40 ans d’ancienneté…) A cela s’ajoutent une indemnité hebdomadaire pour les vêtements (4,11€) et une autre pour couvrir le déplacement de 3,65€.

Depuis le 1er juillet 2016, le travail étudiant peut être cumulé avec le travail occasionnel. Ceci implique que le travailleur occasionnel étant aussi étudiant, peut travailler sur une année civile jusqu’à 475 heures en tant qu’étudiant (depuis 2017) et pendant 100 jours en tant que travailleur saisonnier dans le secteur horticole (CP145).

A noter que les chômeurs perdent leur allocation de chômage pour chaque jour d’occupation en tant que saisonnier et doivent être en possession de leur formulaire de chômage, dûment complété, sur le lieu de travail. Le travail bénévole n’est quant à lui pas autorisé dans les entreprises professionnelles.

Enfin, comme le souligne le FSG Horticulture, « l’employeur doit faire une DIMONA auprès de l’ONSS pour chaque jour presté par le saisonnier, avant le début du travail. Pour ce faire, il doit disposer du numéro national du travailleur et doit indiquer l’heure de début et de fin de l’occupation journalière. »

Formation à la taille à la coopérative de Sirault – © DR

Sur le terrain

A côté de la cueillette, qui n’exige pas de compétences particulières, il y a des travaux saisonniers, comme la taille, qui demandent à être exécutés par du personnel qualifié. Ce qui pose un nouveau problème. Car si certains choisissent de se former chez nous dans certaines écoles ou organismes (voir plus loin), d’autres partent à l’étranger et reviennent en étant trop qualifiés pour travailler comme saisonniers sur une parcelle. Souvent, ils n’acceptent dès lors pas le job, ou alors le quittent rapidement.

« Pour être rentable, souligne un producteur, et rémunérer un travailleur temps plein, il faut avoir dix hectares, en dessous, ce n’est pas possible. Aujourd’hui, certains travailleurs doivent partager leur temps de travail entre plusieurs vignobles et finissent trop souvent par quitter l’un pour l’autre. »

Comme le souligne Vincent Dienst, conseiller technique de l’AVW, qui travaille au Domaine de Bousval et au Domaine W, « d’une manière générale, la question de la main d’œuvre est un point de difficulté pour plusieurs raisons. D’une part, car il n’est pas facile de trouver du personnel saisonnier qualifié qui sache exécuter certaines tâches techniques dans la vigne (taille, ébourgeonnage). Ils ne reviennent pas toujours d’une année à l’autre, il faut donc dépenser beaucoup d’énergie pour les former.

Dans ce sens, les formations de type IFAPME sont une très bonne chose, mais la plupart des apprenants ont un profil plutôt “gestionnaire” qui veulent démarrer un nouveau projet viticole, et pas assez souvent des profils ouvriers/techniciens viticoles qu’on pourrait engager dans la vigne.

Un autre gros frein est le coût de la main-d’œuvre en CDD/CDI, ce qui renforce la pression sur le prix des vins belges en général, puisque la viticulture est très consommatrice en main d’œuvre.

Un autre frein pour engager du personnel sur du long terme est la saisonnalité. On alterne souvent des périodes avec des besoins de main d’œuvre très élevés (le pic étant de mai à juillet) avec des périodes plus calmes (mois d’avril, de fin juillet à début septembre et de novembre à janvier). Pas facile de donner du travail en continu. »

Sammy Lasseel, au Domaine Marquise de Moulbaix, estime le coût des saisonniers à 6 euros la bouteille…

D’autres dispositifs d’aides à l’emploi existent, comme « Impulsion 12 mois + » du Forem, indique Jérôme Naets du Domaine de Bellefontaine. Cette aide permet à celles et ceux qui sont demandeurs d’emploi de longue durée (n’ayant plus été au travail depuis au moins 12 mois) de bénéficier, sous conditions, d’une allocation de travail pendant 2 ans maximum qui sera déduite du salaire par l’employeur. Cette aide concerne tous les secteurs. (infos: ICI).

Oenotourisme

A côté de cela, certains choisissent de bosser en indépendant et se rémunèrent pour la gestion de leur propre domaine. D’autres domaines, comme Ruffus qui occupe sept à huit temps plein, ont aussi recours à des intérimaires: « plus ou moins 2 ou 3 la moitié de l’année, précise John Leroy. Les frais de personnel représentent 20% de nos frais mensuels. Pendant les périodes d’enlèvement, nous avons aussi nos clubs de dégustation qui viennent donner un coup de main.”

En 2022, grâce à la plantation de dix hectares supplémentaires et la construction d’un nouveau bâtiment abritant un nouveau chai, des salles de réception et de spectacle, le Domaine du Chant d’Eole va fortement développer ses activités et son équipe atteindra une bonne trentaine de personnes.

« Pour nos activités de viticulture, explique Hubert Ewbank qui mène l’équipe depuis sept ans, nous avons tout d’abord été obligés de chercher à l’étranger, notamment en Champagne pour trouver des saisonniers qui connaissaient le métier. Notre volonté est toutefois de créer des emplois locaux, en développant de nouveaux partenariats avec les écoles et centres de formation tels que l’IFAPME. Et avec les vignobles qui nous entourent, il y a un important potentiel d’emploi.

Nous n’avons pas eu de difficulté à trouver du personnel avec une expérience agricole pour ce qui concerne le travail mécanique des enjambeurs. Pour les vendanges, une partie se fait en mécanique (pas de problème non plus) ou en manuel avec des bénévoles où l’on remarque un engouement très important. Nous avons toutefois été obligés de créer une asbl dans laquelle tout bénévole doit être inscrit le jour des vendanges.

Par contre, pour tout ce qui concerne l’administratif, les finances, le marketing ou le commercial, nous croulons sous les demandes. Et l’équipe s’étoffe de jour en jour, une quinzaine de personnes actuellement. Cela sera nécessaire pour développer toutes nos activités d’œnotourisme car nous accueillons de plus en plus d’entreprises en semaine. Nous accueillons pour cela beaucoup de stagiaires en marketing dont certains sont engagés en CDD ou CDI à la fin de leur stage ou de leurs études. Il faut dire que les conditions de travail sont agréables.. »

Groupe en formation au Carah (Ath)

Formations

Si nous avons souvent évoqué les différentes filières de l’IFAPME de Perwez et de Villers-le-Bouillet, qui permettent aux différents domaines de bénéficier de stagiaires bien formés (reprendre liens), il faut également épingler les formations du CARAH à Ath qui s’adressent essentiellement aux agriculteurs, aux salariés des entreprises agricoles, horticoles, parcs et jardins et travaux publics ainsi qu’aux demandeurs d’emploi.

Certaines se déroulent en quelques jours seulement. Comme par exemple la formation Viti-viniculture destinée aux personnes souhaitant s’initier à la viti-viniculture. Elle permet d’appréhender le secteur, de comprendre les enjeux financiers et matériels liés à l’implantation d’un vignoble et de jeter les bases d’un futur projet viticole. (infos : vigne@carah.be).

Depuis 2019, une option viticulture (« Techniques viti-vinicoles ») a été ajoutée au Bachelier en agronomie proposé par la Haute Ecole provinciale de Hainaut Condorcet. C’est la première structure d’enseignement supérieur en Belgique à intégrer cette discipline dans ses enseignements.

C’est une autre piste pour trouver de la main d’œuvre qualifiée car les étudiants sont bien sûr amenés à réaliser des stages d’insertion professionnelle au sein d’exploitations viticoles belges (ou étrangères) pour couvrir l’ensemble des activités à différentes périodes de l’année : entretien et suivi du vignoble (période estivale), suivi des fermentations (période automnale), taille de la vigne (période hivernale).

A noter que cette option est développée en partenariat avec le CARAH, l’Université de Bourgogne et l’Institut de la vigne et du vin Jules Guyot.

(1) Pour toute information sur la réglementation du travail saisonnier, les membres de l’AVW peuvent contacter Claude Vanhemelen, représentante du secteur horticole wallon au sein de la Commission Paritaire 145 – fwh@fwa.be.

Marc Vanel

A LIRE AUSSI

Et si les vignerons réutilisaient leurs bouteilles ?


Newsletter 11

La viticulture en Wallonie, émergence d’un écosystème plus vaste

Depuis plusieurs années, de nouveaux métiers liés au développement de la viticulture wallonne émergent dans des domaines aussi variés que l’analyse oenologique, la tonnellerie mais aussi dans les cosmétiques qui utilisent notamment les polyphénols du raisin et du vin.

Les plus anciennes allusions aux propriétés médicamenteuses du vin remontent à quelques millénaires avant notre ère. « Aux yeux des Grecs, rappelle le Dr Maury dans son livre “Soignez-vous par le vin” (Ed. Universitaires, Paris, 1983), le vin, symbole de la pérennité du genre humain aide celui qui en use à se maintenir dans le sillon de la sagesse » quand il n’est pas assimilé à un « remède à l’austérité de la vieillesse ».

CC-BY-SA-4.0- Frabkie Fougantin

Plus sérieusement, il est démontré de longue date que les polyphénols, présents notamment dans la peau et les pépins du raisin à peau rouge mais aussi dans de nombreux fruits et légumes, protégeraient de certaines maladies grâce à leurs propriétés antioxydantes très importantes.

Les polyphénols sont classés en flavonoïdes (responsables de la couleur des fruits et légumes) ou non-flavonoïdes (acides phénoliques…). Le plus réputé est sans conteste le resvératrol.

Une molécule de resvératrol – Creative Commons Jynto & Ben Mills

Son nom viendrait du vérâtre blanc, une plante emblématique des alpages utilisée au Moyen âge pour empoisonner les gens, d’où il a été extrait pour la première fois en 1939. « La découverte du resvératrol dans la pellicule du raisin date de 1976, mais il a fallu attendre 16 ans pour qu’en 1992 Siemann et Creasy l’identifient finalement dans le vin » (source : bioactualites.ch).

A la même époque, le médecin et chercheur Michel de Lorgeril « montre qu’une consommation modérée de vin peut protéger de la maladie coronarienne » tandis que, l’année suivante, E.N. Franken « démontre que c’est le resvératrol du vin qui, en inhibant l’oxydation du LDL (le mauvais cholestérol), doit être responsable de son effet cardioprotecteur. »

La fameuse théorie du « paradoxe français » a trouvé là de quoi apporter de l’eau à son moulin… Les effets bénéfiques du vin feront alors l’objet de nombreuses recherches, dans un sens ou dans l’autre.

Vinothérapie

Quoiqu’il en soit, le resvératrol est présent dans les pépins, la peau et les queues des grains de raisin. Il a également été isolé dans les fruits frais et secs, et dans certains de ses dérivés, comme le jus de raisin et les vins où sa concentration dépend du cépage, les vins rouges ayant une teneur en resvératrol plus élevée que les vins blancs.

Le Château Smith Haut Lafitte, non loin de Bordeaux, à l’origine des premiers produits de Caudalie (photo: Vanel)

En 1995, dans les vignes du Château Smith Haut Lafitte à Bordeaux, grâce aux recherches menées par le Professeur Vercauteren, Mathilde Thomas combine resvératrol et acide hyaluronique et lance Caudalie, « la première marque à proposer en cosmétique des polyphénols de pépins de raisin stabilisés ».

Photo: CC – piperguizmo

En effet, peut-on lire sur le site Top Santé, « s’il est un domaine où la vigne peut être “consommée” sans modération, c’est bien en beauté. En plus d’être anti-âge, elle préserve l’hydratation, l’éclat de la peau et prévient les taches pigmentaires. On doit multiples bienfaits à différents actifs naturels cachés au cœur du raisin ».

Ce premier produit sera suivi d’une vaste gamme de cosmétiques et d’un programme de soins en « vinothérapie » (un terme déposé) pratiqués dans les spas de la marque Caudalie, notamment.

D’autres laboratoires se lancent dans le créneau, comme « L’Or de Vie » de Dior à base de marc de raisin de Château d’Yquem, ou « Vinésime » en Bourgogne qui combine les polyphénols antioxydants de Pinot noir et l’extrait de bourgeon de cassis pour réoxygéner et régénérer les cellules de la peau. Tout un programme.

Et en Belgique

D’autres initiatives voient le jour, comme celle d’Anne-Sophie Charle à Quévy en décembre dernier après deux années de recherche.

Haute fonctionnaire à Mons pendant une vingtaine d’années, celle-ci décide il y a deux ans de changer de cap et de développer une gamme de cosmétiques en récupérant les résidus du vignoble. Epouse de Hubert Ewbank, grand patron du Domaine du Chant d’Eole, elle trouve aisément la matière première…

© Maison Eole

Convaincue que la vigne recèle des molécules non encore exploitées et désireuse d’identifier « LE » polyphénol anti-oxydant jamais exploité dans le secteur, Anne-Sophie Charle a relevé un maximum d’échantillons issus du vignoble ou du processus de vinification (craie du sol, sarments, pépins de raisins, lies, précipitations tartriques dans les cuves, ferments de tirage, etc.) et en a confié l’analyse à deux centres de recherche en Wallonie capables d’extraire les molécules du tanin végétal: le Celabor à Herve, qui a un département d’extraction agro-alimentaire et le CeREF, département biochimiste de la Haute Ecole Louvain en Hainaut, chargés tous deux de traduire les résultats en « applicatif cosmétique ».

Une gamme pour femmes mais aussi pour hommes… © Maison Eole

« J’ai activé les chèques technologiques de la Région wallonne, confiait-elle en décembre lors de sa conférence de presse de lancement, pour pouvoir financer ces contrats de recherche, qui ont démarré tout de suite et qui sont toujours en cours. 

Enfin, pour « formuler » tout cela, càd mettre tous ces ingrédients dans une recette, j’ai fait appel à Copaïba à Spa, un laboratoire belge référent pour l’élaboration de soins naturels. Les équipes ont réussi à trouver dans les sarments une molécule, un polyphénol à 3 cycles, excessivement innovant qui, à notre connaissance, jamais été utilisé dans les cosmétiques européens : il est antioxydant, travaille sur le collagène de la peau et lutte contre le stress oxydatif, contre l’inflammation de la peau.

Cela me permet de développer un concept inédit qui s’appelle Wine Extract3 qui a donné naissance à une gamme certifiée naturelle et même vegan, puisque aucun produit d’origine animale n’est utilisé. » (Plus de détails sur maison-eole.com)

D’autres emplois également

Cette créativité wallonne se retrouve également dans d’autres domaines en lien avec la viticulture où certains services connaissent un développement important.

Mentionnons par exemple les services d’analyse de sols dans les différentes provinces, comme le Centre provincial de Formation à l’Agriculture et à la Ruralité à Waremme ou le CPAR à La Hulpe, ou les laboratoires de ULiège à Gembloux et de l’UCLouvain à Louvain-la-Neuve et à Bastogne.

© Barwal

Au chapitre des nouveautés, notons aussi le lancement de Barwal par Didier Mattivi et Hugues de Pra en septembre 2020 qui, en partenariat avec la Tonnellerie de Champagne, fabrique des fûts de chêne provenant des forêts wallonnes. Leur ambition: construire une tonnellerie d’ici peu en province de Namur.

Un nouveau laboratoire d’analyses des vins, AOC Vallée mosane, a également créé à Andenne par Michel d’Harveng et Véronique Lidby en collaboration avec la Société Horticole et Viticole de Huy.

Enfin, à Ath, le CARAH propose un service de recherche et de soutien à la profession, tandis que les centres de l’IFAPME à Perwez et à Villers-le-Bouillet ont mis en place une formation de chef d’entreprise viti-vinicole et, depuis septembre 2020, une nouvelle formation d’ouvrier viticole. Près de 100 personnes sont engagées dans ces filières, elles sont l’avenir de la viticulture wallonne !

Marc Vanel

A LIRE AUSSI:

Travaux et plantations en 2022

Du cidre aromatisé aux raisins à Herve

Les vignobles wallons (gratuitement) en poche

Newsletter 10

Fêtez 2022 avec les vins wallons !

Même si les temps sont incertains, de nombreux événements sont prévus dans les vignobles wallons pour préparer le passage à 2022 avec les meilleurs vins. Voici, par ordre alphabétique de domaines, ce que les membres de l’AVW ont prévu ainsi que les nouvelles cuvées disponibles.

Même si Arnaud Leroy au VIGNOBLE DES AGAISES annonce qu’au vu des gelées printanières, « ce sera galère pour trouver du Ruffus en 2023x», il y aura toutefois plusieurs possibilités de le déguster d’ici la fin de l’année.

Habituellement, toutes les bouteilles commandées sont enlevées au domaine en juin, toutefois, la production augmentant et tout ne pouvant être prêt en même temps, pour la première fois, il y aura une deuxième période d’enlèvement au domaine jusqu’au 5/12. Une aubaine pour tous ceux qui ont réservé leurs précieuses bulles depuis presque deux ans.

Un marché de Noël a également été mis en place durant le second week-end d’enlèvement des 4 et 5 décembre, le vendredi de 16 à 20h, le samedi de 11 à 20h et le dimanche de 11 à 18h. Il y aura un bar Ruffus pour consommation sur place, mais malheureusement aucune possibilité d’acheter des bouteilles à emporter, uniquement tous les produits dérivés à offrir en cadeaux (verres, seaux, polos, tabliers, etc).

Parmi les exposants, on peut citer au niveau liquide la Brasserie du Borinage, la Distillerie Plus Oultre (Gin de Binche) et au niveau solide Jean-Philippe Darcis, le caviar Antonius, le Comptoir africain, le Safran du Mont Panisel, l’Atelier du Boucher ou le Chèvrerie Heulers.

Infos : ruffus.be

Patrick Carmans dans sa cave de Beekborne à Hélécine

Au DOMAINE BEEKBORNE à Hélécine (Brabant wallon), Patrick Carmans et  Katrien Vanderschot annoncent la sortie de leurs nouvelles cuvées de vin nature 2020 : Vîs Tchapias Poupouye Classique 2020 (100% Chardonnay) et Vîs Tchapias Les Garennes 2020, le Poupouye Sauvage ne sortant que début février 2022.

Vendangés en octobre 2020, les raisins de la cuvée Classique ont été fermentés par les levures du vignoble même avant un passage sur chêne pendant 2 mois pour obtenir une micro-oxydation. Le tout sans aucun additif et sans filtration. Sulfitage 30 mg/l. Production : 1600 bouteilles (31€).

Assemblage de 60% Pinot noir (blanc de noirs), de 35% Chardonnay et de 5% de Pinot, la cuvée Vîs Tchapias – Les Garennes a quant à elle été élevée en dames-jeannes et ne comprend aucun additif non plus. Seules 500 bouteilles sont ainsi produites (30€).

Vente en ligne : ICI.

© Bioul

Au CHÂTEAU DE BIOUL, vu la situation sanitaire du moment, Vanessa et Andy Wyckmans-Vaxelaire ont fait le choix d’organiser des commandes en ligne avec possibilité d’enlèvement au château les 4 et 5 décembre. A cette occasion, un petit bar en terrasse sera accessible. Pourvu qu’il ne neige pas…

Infos: chateaudebioul.be

Jeanette van der Steen dans son récent chai à barriques – © Vanel

Comme à son habitude, le mois de décembre sera chargé pour le CHÂTEAU BON BARON (Yvoir) qui, en plus de ses visites sur rendez-vous, sera présent à divers événements à Dinant et Namur :

      • 3-4-5 décembre : Triomphe de la Lumière dans le « Temple du Vin » (Eglise st. Nicolas), rue Saint Mengé, dans le centre de Dinant.
      • 10-11-12 décembre : Salon du Vin et de la Gastronomie de Namur à Namur Expo
      • 17 décembre – 20h : Cabaret « Jazz et Vin » – Concert et dégustation des vins du Château Bon Baron – Eglise St-Nicolas (Organisation « Dinant Jazz »)
      • 17-18-29 décembre : Triomphe de la Lumière dans le Temple du Vin (voir ci-dessus)

La sortie de huit nouveaux vins est annoncée par Jeanette van der Steen : trois blancs (Pinot Blanc 2020, Pinot Gris Barrique 2020, Muscat 2020), 1 Ambré/ Rosé (Celebration 2019) et quatre rouges (La Grande 2018) • Pinot Noir 2017 • Cantate Forte 2018 et Acolon 2017. Infos : chateaubonbaron.be

Au DOMAINE DE LA BOUHOUILLE à Blégny, point de rendez-vous de dégustation mais bien une proposition de repas à emporter pour Noël avec ses vins et des plats préparés dans l’un des restaurants de la famille. L’un sous forme de « box apéro dinatoire » avec une bouteille d’Inattendu 2019 et quelques entrées (foie gras, croques pancetta, saumon gravlax, gambas, etc – 50€ pour 2 personnes), et l’autre en formule « conviviale et délicieuse » à 25€/personne avec des plats familiaux (poularde farcie, légumes d’hiver, poires au vin, etc.). A emporter le 24 décembre entre 12 et 16h. Infos : domainedelabouhouille.be

Egalement dans le Brabant wallon, le CHÂTEAU DE BOUSVAL organise deux week-ends de dégustation. Tout d’abord les 11 et 12 décembre  pour les membres de son Wine Club (25€/an) qui pourront goûter le millésime 2020 et acheter Gouttes d’O et Petit Gris 2020 (600 bouteilles seulement). Ensuite, les 18 et 19 décembre où le magasin sera ouvert à tout public, mais uniquement pour le Gouttes d’O.

Les autres cuvées seront disponibles plus tard dans l’année. Selon Vincent Dienst, maître de chai du domaine, le Gouttes d’O 2020 est très prometteur car il allie à la fois fruité, fraîcheur et minéralité. Boutique en ligne.

Voir aussi: Récompenses internationales pour Bousval

 

Deux des coffrets proposés à la vente au Domaine du Chant d’Eole

Dans le cadre des Fêtes de fin d’année, le DOMAINE DU CHANT D’EOLE a décidé de ne pas organiser de Marché de Noël mais propose malgré tout une vitrine de Noël accessible aux professionnels et cavistes jusqu’au 17 décembre 2021. Avec un accent mis sur le nouveau « Royal Eole Belgian Spritz » à mélanger avec les bulles du domaine.

Les coffrets sont également en vente en ligne sur le site du domaine (ICI) et peuvent être livrés partout en Belgique.

Hubert Ewbank a également annoncé le début d’un chantier de construction d’une nouvelle cave à 7m de profondeur

Un franc succès depuis sa reprise pour le DOMAINE DU CHENOY, car le domaine est en rupture de stock sur l’ensemble de ses cuvées, sauf sur le Grand Chenoy 2019 qui vient de sortir le 15 octobre dernier. Le domaine est lui aussi actuellement en plein chantier, de grands aménagements sont en effet prévus pour 2022, dont un nouveau chai à barriques et une nouvelle salle de dégustation. Infos : domaine-du-chenoy.be

Anne Geldhof dans son vignoble de Glabais – © Vanel

Nouveau millésime, nouvelles cuvées aussi Anne Geldhof et Christian Balduyck au DOMAINE DE GLABAIS à Genappe qui seront présentées en deux temps.

Tout d’abord, deux versions d’un même blanc de blancs 2019 (en Brut ou en Extra-brut zéro dosage) qui seront mises en vente à partir du samedi 4 décembre avec dégustation le samedi 4/12 de 13h à 18h au Domaine. Ensuite, un brut blanc et un brut rosé 2020 seront également mis en vente, mais seulement à partir du 18 décembre avec dégustation le samedi 18/12 (de 13h à 18h). Des coffrets cadeaux sont aussi proposés (crémant, verres, bouquins balades, etc.) ainsi qu’un coffret Douceur avec des macarons (Les Mac à Oli) et du crémant.

La Rosée d’Audrey servie à l’Expo universelle de Dubaï

Au DOMAINE DU RY D’ARGENT à Bovesse (Namur), aucun événement particulier n’est prévu en dehors des habituelles dégustations gratuites le premier vendredi du mois de 17h30 à 19h, à ceci près que la dégustation du 3 décembre sera l’occasion d’ouvrir les plus belles bouteilles du domaine avec quelques surprises au rendez-vous, annoncent Audrey et Jean-François Baele.

A noter que la Rosée d’Audrey (médaillée au CMB 2021 et au Concours Meilleur vin belge) sera servie dans l’espace VIP du pavillon belge de l’Expo universelle de Dubaï qui se tient jusqu’au 31 mars 2022. Une très belle vitrine pour les vins wallons.

Infos : domainedurydargent.be

Les chanteurs Cali (en blanc) et Saule (en noir) de passage au vignoble de Sirault

A deux pas de Saint-Ghislain, la coopérative VIGNOBLE DE SIRAULT est un projet de village, avec diverses parcelles dans les jardins des habitants ou sur des terrains leur appartenant. Depuis novembre dernier, la coopérative organise une dégustation de ses vins au chai (à côté de la pharmacie) le premier dimanche du mois de 11 à 14h.

Le 5 décembre, le chai se transformera en Marché de Noël avec dégustation et vente de la nouvelle cuvée d’effervescent (mono-cépage Johanniter) et de produits de bouche locaux. Infos : page Facebook.

Au domaine TERRE DES FOURS À CHAUX, François Romuald se réjouit d’avoir vendu toute sa production 2020 et annonce la refonte de son petit domaine. « Nous étions associés avec un ami pour cultiver 2ha de vignes, mais nous avons décidé de nous retirer de cette association et avons planté un nouveau vignoble au Château d’Obigies (Pecq) ». A découvrir prochainement donc.

Première cuvée pour le domaine Tour Tilice à Fexhe

Evénement au domaine TOUR DE TILICE où Simon Delforge sort en effet sa toute première cuvée pour les fêtes de fin d’année : la 101. Assemblage original de Muscaris, de Johanniter et de Chardonnay, cet effervescent extra-brut dosé à 2 grammes seulement, offre un joli nez et une bouche souple et élégante, avec une acidité parfaitement équilibrée.

Planté en 2018 par Simon Delforge et son épouse sur les terres familiales (5,5 hectares aujourd’hui), le domaine Tour de Tilice s’est inscrit dès le début dans une démarche d’élaboration de vins effervescents bio, les premiers pieds plantés ont obtenu leur certification bio au début de cette année 2021. Infos : tourdetilice.be

A deux pas de là, la coopérative VIN DE LIÈGE n’organise aucune activité particulière pour cette fin d’année, mais sortira le 4 décembre Insoumise, Insoumise réserve, Meuzenne et … deux nouvelles cuvées réservées dans un premier temps aux coopérateurs :

  • Paradis des chevaux – vendange entière : un vin tranquille rouge, 100% Pinotin, issu du meilleur terroir du domaine, entièrement bio, rappelons-le, vinifié en vendange entière et élevé 18 mois en barrique. Présentation aux coopérateurs sur Vimeo: https://vimeo.com/642694389
  • Abrupte : un Brut 2020 en méthode traditionnelle, issu à 100% de Souvignier Gris. Il complète la gamme des vins réservés aux épiceries et magasins bio. D’une belle fraîcheur, il offre une belle palette aromatique de fruits à chair blanche et d’épices.

Le principe des vins réservés aux membres dans un premier temps est également appliqué par le DOMAINE W à Saintes (Tubize – BW).

En décembre, Sophie Wautier et Dimitri Vander Heyden présenteront le millésime 2019 à leurs membres qui pourront venir chercher leurs bouteilles les 11-12 ou 13 décembre, ainsi que les 19 et 20. S’il reste des bouteilles, celles-ci seront proposées via le Shop lors des événements 2022.

Deux nouveautés seront également présentées dès qu’elles seront finalisées : un assemblage de Gueuze Tilquin et Pinot meunier du domaine (LIEN) et un cidre bio réalisé avec Pom d’Api qui a assemblé 70% de cidre avec 30% de jus issus de grapillons prélevés dans le vignoble. La fermentation a été arrêtée pour garder un peu de sucrosité.

Infos : domaine-w.be

Compilation: Marc Vanel

 

A LIRE AUSSI:

Nouvelle formation « caviste » à l’IFAPME Perwez

Récompenses internationales pour Bousval 

Collaboration en circuit court entre le Domaine W et la Gueuzerie Tilquin

 

 

Newsletter 9

L’origine des cépages résistants

Introduits en Wallonie depuis une vingtaine d’années notamment sous l’impulsion du domaine du Chenoy, les cépages résistants font désormais partie du paysage viticole et sont devenus incontournables, même si cette année, certains d’entre eux ont moins résisté que d’autres. Un retour historique sur leur origine.

Comme toute espèce vivante, Vitis est un genre (soit un rang taxinomique) d’arbustes sarmenteux de la famille des Vitacées (Vitaceae) qui rassemble plus de 70 espèces de plantes désignées collectivement sous le nom de « vignes » réparties dans les zones tempérées et subtropicales du globe.

La plus importante est la vigne européenne, Vitis vinifera. « Tout au long de l’Histoire, les colons européens ont cherché à introduire des cépages de V. vinifera en Amérique, explique Jacques Rousseau [1] (ICV). Ils ont rapidement dépéri à cause du froid et des ravageurs locaux, notamment mildiou, oïdium et phylloxera, auxquels ils n’étaient pas adaptés génétiquement, contrairement aux Vitis locaux ».

C’est ainsi que sont nés les premiers  hybrides connus. Plusieurs sélectionneurs ont essayé tout au long du XIXe siècle à améliorer la qualité des vins en produisant des “French hybrids” issus de croisements avec des espèces locales.

Au vignoble du Bois des Dames à la Hulpe

L’arrivée de l’oïdium en Europe à partir de 1845 a favorisé l’importation de variétés américaines plus intéressantes au niveau de la production, mais, nettement moins sur le plan œnologique.

« L’intensification des introductions de matériel végétal en provenance d’Amérique, précise Rousseau, conduisit à l’introduction en France du phylloxera en 1863, puis du mildiou en 1875. » L’essentiel du vignoble européen fut décimé et « sa reconstruction s’est réalisée dans un premier temps avec des hybrides producteurs directs français ou des variétés américaines multipliées en Europe. (…) Les sélectionneurs français se sont alors engagés dans la création de nouvelles variétés, avec deux objectifs: sélectionner des porte-greffes résistant au phylloxera ainsi que des variétés (appelées hybrides producteurs directs – HPD), résistant à la fois au phylloxera, au mildiou et à l’oïdium. »

Des programmes de création variétale ont été lancés à grande échelle, les hybrides les plus connus furent e.a. Maréchal Foch, Seyval, Baco, Couderc, Chambourcin, etc.

Très critiqués pour leur profil sensoriel spécifique (on parle de goût foxé), ces variétés ont été exclues des premiers cahiers des charges des appellations dans les années 30 et leur plantation sera totalement interdite. Pour partie en 1935, puis totalement en 1951. Deux ans plus tard, leur arrachage est ordonné et, à partir de 1956, leurs vins ne peuvent plus être commercialisés.

Le domaine Dalaheim Castellum (MV)

Coup d’arrêt

Ces mesures donnent bien évidemment un coup d’arrêt à la création variétale, surtout que de nouveaux fongicides permettent après 1945 de cultiver plus facilement les Vitis vinifera.

La recherche se poursuit toutefois dans les universités et instituts de recherche en Allemagne, en Hongrie ou en ex-Tchécoslovaquie. Elle est même intensifiée dans les anciens pays de l’Est après la Seconde Guerre mondiale, car ces pays n’avaient pas accès aux techniques permettant d’élaborer des pesticides de synthèse.

Dans les années 50, les premiers croisements entre anciens HPD et des V. Vinifera s’avèrent plus intéressants. « Mais ces premières générations sont aussi soumises à un risque de contournement de la résistance du fait de la faiblesse des sources génétiques de résistance, issues uniquement de Vitis américains. »

D’autres croisements entre des Vitis asiatiques (comme V. amurensis) donnent en 1970 les premières variétés combinant des sources de résistances provenant de Vitis américains et asiatiques: Serana, Rondo et Sibera.

Regent au Domaine du Chenoy (PMD)

Créé en 1967 par le Julius Kühn Institut pour la sélection des cépages à Geilweilerhof, le Regent est le cépage résistant le plus diffusé en Allemagne, il est aussi le premier à avoir été accepté dans une AOP. Dans les années 1970 et 80, le Weinbauinstitut de Fribourg améliore les croisements et obtient des variétés telles que Bronner, Solaris, Souvignier gris, Muscaris, Cabernet Cortis, Cabernet Cantor, Monarch, etc.

Solaris au vignoble de Genval (MV)

Des hybrideurs privés, notamment Valentin Blattner en Suisse, sont également à l’origine de variétés aujourd’hui très appréciées chez nous comme le Cabernet blanc, le Cabernet Jura, Cabertin, le Pinotin ou le Satin noir qui fait actuellement une belle percée. Soit des noms que l’on trouve à profusion dans le vignoble wallon et qui ont largement fait leurs preuves depuis 30 ou 40 ans, contrairement à ce que d’aucuns prétendent.

Philippe Grafé, l’innovateur

Après la dégustation d’une bouteille d’un vin blanc produit dans les Cornouailles avec la variété Seyval, le Belge Philippe Grafé entame des recherches qui le convainquent que les variétés interspécifiques sont l’avenir de la viticulture wallonne, car rassemblant trois éléments primordiaux : la résistance naturelle aux maladies cryptogamiques, le potentiel qualitatif vinicole et l’adaptation climatique.

L’indispensable rôle de Philippe Grafé dans la popularisation des cépages résistants

En 2003, il plante 10 hectares à La Bruyère avec six variétés résistantes : Regent, Solaris, Johanniter, Merzling, Bronner et Helios. « Tous les cépages allemands que j’ai choisis, explique-t-il [2], sont issus de croisements de variétés interspécifiques créées en France avant 1935 et amenées en Allemagne en 40-45. Vu le nombre de croisements par pollinisation successifs dont ils sont issus, on ne peut plus scientifiquement les appeler hybrides. Si on analyse, par exemple, le génome du cépage Regent, on constate que, sur les 640 gènes qu’il comporte, subsistent seulement 40 gènes botaniques. C’est ce qui explique leur reconnaissance officielle par l’Allemagne et l’Europe comme Vitis vinifera à part entière. »

Philippe Grafé est alors loin d’imaginer qu’il va inspirer toute une génération de jeunes vignerons tels que le Château de Bioul, Vin de Liège, le Domaine de Blanc Caillou, la coopérative de Sirault, Vign’Andenne, Vin de Genval, le Bois des Dames, et avant eux Villers-la-Vigne déjà.

Le vin, c’est aussi la convivialité: soirée jazz à Villers-la-Vigne (MV)

Aujourd’hui, les surfaces de variétés traditionnelles et résistantes sont quasiment à parts égales dans le vignoble wallon, même à l’avantage des secondes si l’on retire les 60 hectares de Ruffus et Eole.

De nouvelles variétés de Pinot noir résistant provenant d’Italie vont sans doute rebattre les cartes, surtout que les résistants ont été moins abîmés par le mildiou que les V. vinifera traditionnels.

Pieds de Johanniter (MV)

Mais si le Pinotin, le Souvignier gris et le Regent ont (moyennement) souffert un peu partout et si le Johanniter est de loin celui qui subit les plus grosses pertes en 2021, celles-ci sont moindres que sur celles enregistrées avec les cépages dits classiques. Il y a matière à débat que nous développerons dans notre prochaine infolettre, après les vendanges.

Marc Vanel

[1] Jacques Chauveau, “Création de cépages résistants: une histoire américano-européenne”, in “Les cépages résistants aux maladies cryptogamiques – Panorama européen”, Guide Technique édité par l’Institut coopératif du vin à Montpellier – ICV – 2013. Cet ouvrage de référence, il y en a peu sur le sujet, a servi de base à cet article, il est encore disponible sur le site de l’ICV.

[2] Extrait d’une interview parue en 2018 dans Essentielle Vino.

Plus d’infos également dans notre article publié en août 2020 :
Cépages classiques ou résistants, le choix wallon

A LIRE AUSSI:

Newsletter 8

Pour un été wallon œnotouristique

Avec l’assouplissement, voire la levée, des mesures sanitaires, les vignerons de Wallonie ont prévu, chacun à leur niveau, de belles activités d’été: restaurant éphémère, balades guidées, visites et dégustations… l’été sera incontestablement wallon. Présentation par province, d’est en ouest.

En province de Liège

En province de Liège, priorité aux balades dans le vignoble où des circuits sont prévus dans différents domaines, d’une part autour de Liège, d’autre part autour de Huy.

Le tour des vignobles de Vin de Liège

VIN DE LIÈGE

A la coopérative Vin de Liège, une promenade de 1h30 vous permettra de découvrir quatre des six parcelles situées au coeur des vergers de la Basse-Meuse, avec de belles vues sur la région.

Le départ se fait au chai, rue Fragnay 44 à Heure-le-Romain. A chaque étape, le promeneur pourra déambuler entre les rangs de vigne (sans cueillir le raisin pour autant) et découvrir les particularités de chaque cépage grâce à la numérotation des rangs.

En fin de promenade, une dégustation des vins est prévue au chai mais uniquement mercredi, vendredi et samedi de 14 à 18h qui sont les heures habituelles d’ouverture de la boutique.

Infos: www.vindeliege.be/balade et plan sur Google : https://www.vindeliege.be/planbalade

 

TOUR DE TILICE

Pas d’activités particulières prévues au domaine voisin Tour de Tilice qui vient seulement de mettre ses premiers vins en bouteille, mais c’est à trois minutes en voiture de Vin de Liège et cela vaut le détour : rue de Tilice 101 à Fexhe-Slins, tourdetilice.be

 


VIN DU PAYS DE HERVE

Une promenade plus longue vous attend à la coopérative Vin de Pays de Herve située à 30km à l’est des deux précédents.

Au départ des terrains de tennis d’Aubel vous est proposé un tour pédestre complet des parcelles de vignes plantées par la coopérative Vin du Pays de Herve !

Mieux vaut avoir un moyen de locomotion (deux ou quatre roues), car le tour fait 22 km, avec 403 m de dénivelé. Il permet d’admirer les 5 vignes de la coopérative plantées fin 2020. A chaque vigne, il y a un point d’intérêt. Détails sur le site de la coopérative : www.vindupaysdeherve.be/balades

Le site web de la Maison du Tourisme Pays de Herve propose en outre de nombreux circuits (non balisés) pour cyclistes entre 20 et 35 km. Détails : ICI.

 

Le vignoble des Marnières – ©Vanel

VIGNOBLE DES MARNIÈRES

Investi dans la construction de son nouveau chai, Benoît Heggen à Warsage a toutefois maintenu l’accueil de visiteurs, mais par groupe de 10 personnes minimum. Coût : 7.5€ + 2.5 pour la dégustation de 3 vins. Contact : benoit.heggen@gmail.com

 

Un intarissable guide… Jean Galler

SEPTEM TRIONES

En retournant vers Liège, faites donc un détour par Vaux-sous-Chèvremont chez Jean Galler au domaine Septem Triones (rue des Anglais) où sont organisées des visites-dégustations de 2h30 ! Toutefois, tout est déjà complet mais il est possible d’être reçu en privé par groupe de 10 personnes. Infos : info@septemtriones.be

 

Clos de la Buissière

HUY : CLOS DES PREBENDIERS et CLOS DE LA BUISSIÈRE

Les Hutois furent pendant un peu moins de mille ans d’actifs vignerons, ce qui lui valut le surnom de cité vigneronne. Tout comme l’an dernier, l’Office du Tourisme de Huy vous propose un été à la découverte des vignobles mosans:

  • Samedi 10 et dimanche 11 juillet : Clos des Prébendiers chez Jacques Mouton, chaussée de Waremme à côté du n°216, un peu plus haut que le Clos Bois Marie dont il faut absolument admirer la vue.
  • samedi 7 et dimanche 8 août : Le Clos de la Buissière de Jean-Marie Seba (Chemin de la Buissière n° 44 à 4500 Huy, visites à 11h et 14h30 – Réservation obligatoire : ICI. Prix : 4€, dégustation comprise.

 

Vue plongeante sur Huy au Clos Bois Marie – Gîte pour 12 personnes à louer

HUY : CLOS BOIS MARIE

Repris récemment par Didier Hanin (N°2 de Gudule Winery à Bruxelles), le vignoble historique du Clos Bois Marie est en pleine restructuration, mais la nouvelle équipe a prévu des visites sur demande au prix de 15€ par personne et avec dégustation de vins de… Gudule Winery.

A noter que le vignoble dispose d’un très beau gîte dans l’ancienne demeure rénovée de Charles Legot, baptisé sans surprise, « Le Clos Bois Marie », pouvant accueillir jusqu’à 12 personnes. Avec une vue imprenable sur le vignoble et sur la cité mosane et avec une piscine !

Différentes formules d’hébergement existent – mi-semaine, week-end, etc., voire à la journée pour des séminaires. Infos : www.leclosboismarie.be

 

En province de Luxembourg

POIRIER DU LOUP et CLOS DE LA FOUCHÈRE

Sur la dizaine de vignobles que compte la province, seuls deux accueilleront du public cet été, et tous les deux à Torgny.

Au Poirier du Loup bien sûr, qui vient de passer à 2ha, où les visites qui étaient suspendues pour raisons sanitaires reprendront le 1er samedi du mois. Le progamme étant en cours de finition au moment où nous avons clôturé cet agenda, consultez le site du vignoble (LIEN: www.vignoblelepoirierduloup.be)  où vous trouverez toutes les infos utiles.

Torgny

Au vignoble frère du Clos de la Fouchère, pas de visite, mais l’équipe travaille généralement le samedi matin au vignoble et vous accueille bien volontiers. A noter que Dany Dries et Hubert Burnotte proposent 4 gîtes indépendants au coeur du village et ce, toute l’année, bien sûr. Infos: www.gitestorgny.be

 

En province de Namur

Les quatre plus grands vignobles entre Dinant et Namur ont soigné leur programme d’été, jugez plutôt.

Jeanette van der Steen – Château Bon Baron

CHÂTEAU BON BARON

Jeanette van der Steen et son mari Piotr organisent des “Tour & Tasting” sur rendez-vous, à partir de 2 personnes, et jusqu’à 30 si la réglementation Covid s’assouplit. La demande se fait par mail: ICI et bientôt sur le site www.bonbaron.com actuellement en reconstruction.

CBB participe également le 2 juillet et le 6 août aux “Vendredis du Terroir” (17h-21h) organisés une fois par mois à Anhée, Yvoir et Onhaye.

 

Visite au Chenoy

DOMAINE DU CHENOY

Pierre-Marie et Jean-Bernard Despatures organisent des visites du domaine sur rendez-vous tous les samedis à 10h30 et 14h00, d’avril à octobre. Une participation de 9€/pp pour la visite et la dégustation est demandée.

Le Chenoy propose également diverses « balades nature » pour découvrir la faune et la flore du domaine jusqu’à la fin de l’été, celles-ci sont encadrées par une guide nature (également sur rendez-vous) le samedi de 6h30 à 10h (aube des oiseaux) et de 17h à 22h (affût ou observation). Prix : 15/pp.

Infos : www.domaine-du-chenoy.com, rue du Chenoy 1 b à 5080 Emines.

 

Vanessa et Andy Wyckmans

CHÂTEAU DE BIOUL

Grâce à leur formidable infrastructure, Vanessa et Andy Wyckmans-Vaxelaire offrent une des plus belles panoplies d’activités pour l’été:

  • visites du domaine d’avril à fin octobre du mercredi au dimanche, entre 11h et 18h
  • parcours découverte « Made in Bioul »
  • dégustation des vins en terrasse et ensuite également dans le chai (selon les normes Covid en vigueur)
  • restauration : Bioul propose un panier piquenique avec des produits locaux à partager en groupe de quatre personnes maximum dans les vignes et dans le parc du Château. Entrée au parcours et piquenique : 35€ par personne à partir de 8 ans et 20€ pour les plus jeunes. Billetterie : ICI
  • balades guidées et dégustation sur réservation (tarifs sur demande).

 

Le Domaine du Ry d’Argent en mai dernier

DOMAINE DU RY D’ARGENT

Jean-François Baele a récemment repris ses fameuses dégustations gratuites le premier vendredi de chaque mois (17h30 à 19h). D’autres visites et dégustations sont également possibles sur rendez vous pour minimum 10 personnes au prix de 10€ par personne.

Infos: www.domainedurydargent.com ou 081 56 65 45. L’adresse: rue de la distillerie 51 à Bovesse.

 

En province du Brabant wallon

VILLERS-LA-VIGNE

On commence avec le vignoble historique de Villers-la-Vigne dans la célèbre abbaye (presque) du même nom qui a une longue pratique de l’oenotourisme.

La Confrérie du Vignoble de l’abbaye de Villers-en-Brabant vous propose en effet une visite guidée du vignoble et de son chai, suivie d’une dégustation et ce, pendant toute l’année. Cette visite peut être couplée avec un accès aux ruines de l’Abbaye.

Le vignoble de Villers-la-Vigne se visite en toutes saisons

Deux formules existent: visites programmées le 1er samedi du mois à 14h30 d’avril à septembre (15€) ou sur demande (minimum 7 personnes).

Après un survol de l’histoire du vin et de son arrivée dans nos contrées, plus particulièrement avec les cisterciens à l’abbaye de Villers-la-Ville, la visite explique ensuite la plantation, le choix des cépages, la conduite de la vigne dans une optique de respect de l’environnement, la taille et évoque enfin la Confrérie, ses buts, ses membres et ses manifestations.

La visite guidée du chai explique ensuite comment la Confrérie vinifie ses cépages et se termine par une dégustation soit de son vin primeur soit, si son stock de vin est épuisé, d’un vin bio belge.

Détails et inscriptions : www.villers-la-vigne.be/visites/visites.php

 

DOMAINE DE GLABAIS

Belle offre oenotouristique également à Glabais, non loin de Genappe. Anne et Christian Balduyck-Geldhof proposent en effet:

  • des visites guidées du domaine avec dégustation de leurs différents crémants à la demande ou à date fixe
  • des matinées de formation : apprentissage des travaux à réaliser sur la vigne
  • des événements ou balades à vélo le 19/6, 14/08 et 21/08 ou à pied le 19/9

Détails sur la page Facebook du Domaine de Glabais ou au 0474/061.162.

 

COTEAUX DES AVELINES

Petit vignoble familial en conversion bio planté en 2018, le domaine viticole Coteaux des Avelines est en zone Natura 2000 et peut se visiter en famille et entre amis. Un petit parcours oenotouristique au sein des vignes permettra aux plus grands d’en apprendre un peu plus sur le vignoble et la nature environnante grâce à une application avec audio-guide et géolocalisation. Plus d’informations via le site www.coteaux-des-avelines.be.

 

DOMAINE DU CHÂTEAU DE BOUSVAL

Des visites ouvertes au grand public seront organisées selon les demandes et la météo. Les informations seront communiquées via www.facebook.com/chateaudebousval et sur le site du domaine.

Un restaurant éphémère « Le Chai d’un soir » se tiendra le vendredi 30 et le samedi 3 juillet avec des mets gastronomiques campagnards préparés par l’équipe de Jean-Michel Loriers et les vins du domaine. Sur réservation uniquement via le site www.chateaudebousval.be.

VINS DE GENVAL

Le vignoble de Genval sera régulièrement ouvert en été, le dimanche matin, pour des matinées de travail. Ce qui donne l’occasion de découvrir le domaine et l’atmosphère particulière d’un vignoble associatif.

Le public trouvera les dates et heures précises sur le site  www.vinsdegenval.be et sur la page Facebook www.facebook.com/vinsdegenval. L’adresse : avenue des Combattants 14 à 1332 Genval.

 

© Beekborne

BEEKBORNE

A Hélécine, Patrick Carmans organise des visites guidées des vignobles « Poupouye » et « Les Garennes » avec dégustation au chai, mais uniquement sur rendez-vous. Infos : beekborne.be.

 

© Domaine W

DOMAINE W

Diverses activités seront organisées au Domaine W, mais elles sont réservées aux membres ; Une raison valable pour le devenir… Infos : domaine-w.be

En province de Hainaut

VIGNOBLE DES AGAISES – RUFFUS

Vous avez toujours rêvé de découvrir les secrets de Ruffus? Arnaud, John et Raymond Leroy ont mis en place un circuit didactique gratuit d’une heure (2km environ) à travers le vignoble où tout vous sera expliqué. Du jeudi au dimanche de 11h à 20h.

En juillet et août, le bar-terrasse sera ouvert du mercredi au dimanche et vous pourrez même acheter du Ruffus au verre ou à la bouteille et grignoter quelques tapas. Restaurant le samedi midi et le dimanche midi, avec une tournante de chefs. Infos : ruffus.be

 

© Chant d’Eole

DOMAINE DU CHANT D’EOLE

Le vignoble voisin pétillant de Hubert Ewbank organise à partir du 16 juin un restaurant éphémère pendant trois mois. Les hôtes se retrouveront au milieu du vignoble pour apprécier une cuisine de type bistronomie et les tables seront protégées par une structure en bois et de vignes.

Aux fourneaux : les chefs de la Ferme du Coq et, dans les assiettes un maximum de produits locaux et belges. La carte des vins mettra également en avant des vins d’autres domaines belges.

Entre les services du midi et du soir, une carte tapas sera disponible pour accompagner un verre, sans réservation. Plus d’infos sur chantdeole.be

Durant les 3 mois, des visites guidées du domaine sont également proposées du mercredi au dimanche, plusieurs fois par jour, sur réservation via chantdeole.be.

Bonnes vacances à tous !

Compilation: Marc Vanel

Seules les activités des vignerons membres de l’AVW sont présentées.

 

A LIRE AUSSI:

Meilleur vin belge 2021 : tous en lice !

Newsletter 7

Quelles aides pour le développement d’un vignoble en Wallonie ?

Savez-vous que des aides à l’installation ou aux investissements d’un exploitant vigneron existent, au même titre que tous les agriculteurs de la Région wallonne ? Mais attention, il faut respecter certains critères.

Le système n’est pas neuf et a suivi l’évolution de la législation européenne en la matière, politique agricole commune oblige. Le système d’aides au développement et à l’installation dans le secteur agricole, et donc viticole, dit « ADISA », est entré en vigueur le 1er octobre 2015.

Il s’agit de la transposition en droit régional du règlement européen relatif au soutien du développement rural par le Fonds européen agricole pour le développement rural (FEADER).

Ces demandes d’aides étaient initialement limitées dans le temps et ne pouvaient être introduites que jusqu’au 31 décembre 2020. Mais la nouvelle PAC n’entrant en vigueur qu’en 2023, une période transitoire de deux ans a été ajoutée.

L’Arrêté du Gouvernement wallon du 10 septembre 2015 relatif aux aides au développement et à l’investissement dans le secteur agricole et l’arrêté Ministériel exécutant cet arrêté ADISA ont été modifiés en ce sens (voir Moniteur belge du 11/2/2021). Il faudra sans doute s’attendre à des changements dans les prochains mois.

Image d’illustration – Photo non liée à un dossier d’aides.

S’identifier au SIGeC

En application du Règlement (UE) N° 1306/2013, les Etats membres doivent établir et gérer un Système Intégré de Gestion et de Contrôle (SIGeC), utilisé par les organismes payeurs afin de garantir, entre autres, une identification unique de chaque agriculteur ainsi que de toutes les parcelles agricoles.

Pour pouvoir demander une aide, tout agriculteur, à temps plein ou complémentaire, doit être identifié dans ce SIGeC comme gestionnaire d’unité de production et recevoir un numéro d’agriculteur, le « numéro P ».

Pour obtenir l’attribution de ce numéro, le partenaire doit exercer une activité agricole, introduire une demande auprès du SPW-ARNE (SPW Agriculture, Ressources naturelles et Environnement) et être gestionnaire autonome d’une exploitation et des unités de production qui la composent.

« La première chose à faire est de s’identifier au SIGEC pour avoir un numéro de producteur, explique Youri Bartel, directeur au SPW ARNE. Ensuite, il faut avoir ses vignes plantées. Si vous achetez des raisins à d’autres et que vous faites du vin, vous êtes transformateur et non agriculteur. A ce moment-là, vous pouvez demander des aides aux PME (SPW EER), mais pas chez nous.

Par contre, si vous partez de zéro, c’est plus difficile, car il faut théoriquement être fonctionnel dès la première année. C’est-à-dire que le viticulteur doit avoir déjà quelque chose la première année et atteindre après trois ans un certain revenu par unité de travail (voir ci-après). Une solution préconisée est de vendre des bouteilles sur pied, qui ne sont donc pas encore produites, mais qui génèrent des rentrées. Si pour une raison ou une autre, le vignoble échoue dans les trois ans, les aides doivent être remboursées, mais c’est surtout s’il y a eu des erreurs de gestion. »

A noter qu’il y a des aides à l’investissement pour l’achat de piquets, de plantes, de main-d’oeuvre,…

>> A lire sur le site de la Région wallonne : Devenir agriculteur

Image d’illustration – Photo non liée à un dossier d’aides.

Aides à l’installation

Pour bénéficier des aides à l’installation ou à la reprise (partielle ou totale) d’un exploitant viticulteur, le demandeur doit répondre à certaines conditions, dont celle de s’installer en qualité d’indépendant comme agriculteur à titre principal sur une exploitation agricole dont il est le chef exclusif durant trois ans minimum.

Un agriculteur est reconnu « à titre principal » s’il consacre moins de 900 heures par an à d’autres activités professionnelles et s’il retire de l’activité professionnelle agricole, un revenu annuel brut total imposable supérieur à 50% de son revenu annuel global.

Si ce revenu tombe à 35%, l’agriculteur est reconnu à titre complémentaire mais demeure admissible aux aides à l’investissement ADISA.

A noter que le revenu agricole professionnel inclut les activités agricoles, touristiques, pédagogiques, artisanales exercées sur le site d’exploitation et les activités forestières ou d’entretien de l’espace naturel bénéficiant d’aides publiques.

Le temps de travail se calcule en unités de travail (UT) de 1.800 heures de travail par an prestées par toute personne active sur une exploitation agricole et affiliée au statut social d’exploitant agricole indépendant soit au titre d’agriculteur, soit au titre d’aidant. Cette fraction ne peut dépasser 1 unité par personne.

Enfin, le demandeur doit être âgé de moins de 40 ans + 364 jours, et l’exploitation doit avoir une « production brute standard » (PBS) entre 25.000€ et 1.000.000€.

Image d’illustration – Photo non liée à un dossier d’aides.

Combien ?

L’aide à l’installation s’élève à 70.000 euros, un montant forfaitaire unique.

Il est versé en quatre tranches de 25% dans le cas d’une création et en deux tranches (75 et 25%) pour une reprise.

La dernière tranche est conditionnée par l’atteinte des objectifs décrits dans le plan d’entreprise qui reprend notamment un calcul de viabilité, des objectifs, des mesures et des étapes. Ce plan d’entreprise doit être rédigé avec l’aide d’un consultant reconnu par la Région wallonne.

>> Le formulaire électronique de demande d’aide à l’installation, appelé modèle E (pour plan d’Entreprise) est disponible ICI.

La qualification

L’une des conditions importantes pour l’aide à l’installation est la qualification, c’est-à-dire que le demandeur doit avoir un diplôme, un certificat ou une expérience satisfaisant à la législation.

« En effet, poursuit Youri Bartel, pour avoir avoir accès aux ADISA, il faut une qualification. C’est-à-dire soit avoir fait ses techniques agricoles et avoir le CESS et son certificat de qualification de la 6e, ou supérieur, ou avoir un master orientation agronomique – bio-ingénieur, ingénieur agronome, etc. On peut aussi suivre les cours B et avoir deux ans d’expérience. La formation viti-viniculture de l’IFAPME a été reconnue le 12 octobre 2020 en cours B, comme étant équivalente de 150h post scolaire.

Il est possible de présenter un projet sans ces diplômes, mais avec les cours B ou équivalent et sans expérience, le candidat passe alors devant un comité d’installation (CI) de 4 personnes qui estime si la personne qui présente son projet connaît bien le monde de l’agriculture et le secteur. On lui accorde alors l’équivalent des deux ans d’expérience. »

>> Le formulaire électronique de pré-demande, appelé modèle PR, qui donne accès au CI, est disponible ICI.

Image d’illustration – Photo non liée à un dossier d’aides.

Cheminement

Une fois la demande introduite, l’administration notifie au demandeur, la recevabilité ou non de sa demande dans les 10 jours ouvrables. Le dossier est dit recevable quand la demande est complète et conforme. Être recevable ne signifie toutefois pas que le dossier est admissible ou que l’aide sollicitée est acquise.

Les demandes d’aides sont alors soumises à une sélection et chaque demandeur doit obtenir une cotation minimale sur base des critères de sélection qu’il remplit ou non.

Pour chacune des aides, les différentes cotes et les critères sont disponibles sur le site internet « Portail de l’Agriculture wallonne » à l’adresse: agriculture.wallonie.be/outils dans la catégorie «Autres outils».

Les périodes de sélection sont trimestrielles : elles vont du 1er janvier au 31 mars, du 1er avril au 30 juin, du 1er juillet au 30 septembre et du 1er octobre au 31 décembre.

Depuis 2015, seulement deux exploitants vignerons ont demandé l’aide à l’installation de 70.000 euros, un des deux a toutefois été refusé.

Image d’illustration – Photo non liée à un dossier d’aides.

Aides à l’investissement

Le second volet des aides ADISA porte sur les investissements et réside sur le principe d’antériorité de la décision : aucun investissement ne peut être réalisé avant la date de notification de la recevabilité de la demande d’aide à l’investissement.

Celui-ci doit être fonctionnel et justifié par son utilisation professionnelle raisonnable, et le montant de l’investissement doit être compris entre 5000€ et 350.000€ htva.

Sont entre autres considérées comme dépenses admissibles, l’achat de matériel neuf destiné au développement ou à la création d’une activité agricole, la construction, l’acquisition ou la rénovation de biens immeubles, l’achat de matériel neuf pour produire de l’énergie renouvelable.

Pas question, par contre, de demander des aides pour du matériel d’occasion, acquérir des terres, payer des honoraires d’architecte ou acheter un quad.

>> Toutes ces dépenses sont recensées sur le site Wallex.

Pour ce qui concerne les vignobles wallons, dix d’entre eux ont bénéficié depuis 2015 d’aides pour un total de 270.000 euros sur un budget global ADISA de quelque 152 millions d’euros pour les investissements.

L’essentiel porte sur la plantation (148.000 euros) et la construction d’un bâtiment agricole multifonctionnel (94.000 euros).

Pas question de demander des aides pour du matériel d’occasion

Diversification non-agricole

Des activités de diversification non agricoles peuvent être aidées également, comme l’accueil social pédagogique, artisanal, ou le tourisme rural (qui doit être reconnu par le Commissariat général au Tourisme).

Les investissements admis sont par exemple l’achat de matériel neuf destiné à la poursuite, au développement ou à la création d’une activité de diversification non agricole, y compris la transformation et la vente à la ferme de produits non agricoles issus de l’exploitation, y inclus les équipements informatiques liés à ces investissements.

Calamités

Dans un autre registre, des aides existent également dans le cas de dégâts dus à la sécheresse agricole. Attention : 30% des surfaces totales doivent avoir été atteintes et l’événement doit avoir été reconnu comme calamité agricole.

Seuls les dégâts constatés de manière valable par les commissions communales de constat doivent être introduits auprès de l’administration wallonne. La déclaration doit être parfaitement conforme au contenu des PV introduits par les communes à l’administration.

>> Détails sur agriculture.wallonie.be/calamites-agricoles

Image d’illustration – Photo non liée à un dossier d’aides.

Promotion

Enfin, dans un autre cadre, l’APAQ-W intègre ses membres (et seulement ceux-ci) dans diverses opérations de promotion, comme par exemple, la campagne Trinquons local, déjà présentée sur ce site.

Les producteurs (vignerons, brasseurs et producteurs d’alcools) sont également invités à participer à “Ma Quinzaine locale” en septembre, grande action “portes ouvertes” pour tous les secteurs de production et points de vente, avec une large couverture médiatique importante.

>> Infos : apaq-w

Sources : Cet article est largement inspiré par les textes et documents proposés sur le site des aides ADISA. Merci à Youri Bartel pour son aide.

Marc Vanel

 

=> A lire aussi:

Une Clé Verte pour Villers-la-Vigne

Une parcelle de Vin de Liège menacée d’excavation

 

Newsletter 6

Le vin bio, une vraie tendance en Wallonie

Depuis quelques années, une nouvelle tendance se dessine dans le vignoble wallon : le passage à la viticulture bio, voire biodynamique. Un peu plus de 110 hectares de vignes sont déjà certifiés bio ou en conversion, avec quelques grosses locomotives.

Il s’agit en fait d’une caractéristique propre à la Wallonie que les vignerons flamands ne suivent pas, ou pas encore. Pourtant, le premier à avoir obtenu le label bio fut Hugo Bernar à Tirlemont en 1995 (Hageling-Bio).

A l’époque, la législation européenne ne permettait pas de sortir des vins bio, mais uniquement des « vins issus de raisins de l’agriculture biologique ».

Hugo Bernar est aussi pépiniériste, il a contribué à la plantation de plusieurs vignobles en Wallonie – © Vanel

Il fallut en effet attendre 2012 pour que le règlement européen régissant la viticulture biologique soit étendu à la vinification. Hugo Bernar a donc obtenu dans un premier temps le label « Biogarantie » pour ses 3000 pieds de cépages résistants, avant de se faire certifier en 2015 par TÜV Nord Integra (voir plus loin).

Ces variétés de raisins (dites résistantes ou interspécifiques) étant étudiées pour résister aux maladies les plus courantes de la vigne, elles nécessitent donc moins de traitements, ou même aucun les meilleures années.

La tendance partit donc de Flandre il y a 25 ans, mais elle n’y resta pas, car les vignerons flamands n’ont jamais été véritablement séduits par les cépages résistants (les principaux instituts de formation flamands les déconseillent même).

Par contre, grâce à l’exemple initié par Philippe Grafé au Domaine du Chenoy à partir de 2003, nombreux furent ceux à opter pour les cépages résistants, même s’il fallut attendre 2019 pour que le domaine achève sa certification bio.

Photo: Domaine du Chenoy

Les quatre grands principes

L’agriculture bio va bien au-delà d’un mode cultural et est basée, comme le rappelle l’IFOAM (International Federation of Organic Agriculture Movements) sur son site web (ifoam.org) sur quatre grands principes :

  • Le principe de santé : « L’agriculture biologique devrait soutenir et améliorer la santé des sols, des plantes, des animaux, des hommes et de la planète, comme étant une et indivisible. Ce principe souligne que la santé des individus et des communautés ne peut être séparée de la santé des écosystèmes – un sol sain produit une culture saine qui donnera la santé aux animaux et aux personnes. (…) Le rôle de l’agriculture biologique est de soutenir et d’accroître la santé des écosystèmes et des organismes du plus petit dans le sol jusqu’aux êtres humains. »
  • Le principe d’écologie : « L’agriculture biologique devrait être basée sur les cycles et les systèmes écologiques vivants, s’accorder avec eux, les imiter et les aider à se maintenir. Ce principe enracine l’agriculture biologique dans les systèmes écologiques vivants. (…) La gestion biologique doit s’adapter aux conditions, à l’écologie, à la culture et à l’échelle locales. Les intrants devraient être réduits par leur réutilisation, recyclage et une gestion efficiente des matériaux et de l’énergie de façon à maintenir et améliorer la qualité environnementale et à préserver les ressources. »
  • Le principe d’équité : « L’agriculture biologique devrait se construire sur des relations qui assurent l’équité par rapport à l’environnement commun et aux opportunités de la vie. L’équité est caractérisée par l’intégrité, le respect mutuel, la justice et la bonne gestion d’un monde partagé, aussi bien entre les personnes que dans leurs relations avec les autres êtres vivants. (…) L’Agriculture Biologique devrait fournir une bonne qualité de vie à chaque personne engagée et contribuer à la souveraineté alimentaire et à la réduction de la pauvreté.
  • Le principe de précaution : « L’agriculture biologique devrait être conduite de manière prudente et responsable afin de protéger la santé et le bien-être des générations actuelles et futures ainsi que l’environnement. (…) L’agriculture biologique devrait éviter de grands risques en adoptant des technologies appropriées et en rejetant les technologies imprévisibles, telles que le génie génétique. Les décisions devraient refléter les valeurs et les besoins de tous ceux qui pourraient être concernés, au travers de processus transparents et participatifs. »
Au Château de Bioul, le parcours didactique « Made in Bioul » retrace l’histoire du vignoble et présente les étapes de la culture en biodynamie. – © Vanel

Les obligations légales

A côté de ces grands principes existent quelques règles européennes fondamentales de la vinification bio qui s’articulent autour de quatre grands points :

  • Les vins bio doivent être élaborés avec des ingrédients eux-mêmes totalement certifiés bio : raisins, sucre, alcool, moût concentré rectifié.
  • La vinification bio doit respecter la législation européenne de l’Organisation commune du Marché (OCM) vitivinicole, qui fixe les mécanismes de la politique agricole commune (PAC) applicables à l’exploitation de la vigne dans les pays membres de l’Union européenne. Certaines techniques sont sujettes à restriction en bio, au niveau par exemple de la désalcoolisation partielle des vins, les traitements thermiques, ou la filtration, mais on rentre là dans des détails précisément trop techniques (voir le règlement européen ICI).
  • L’usage des additifs et auxiliaires œnologiques est restreint en bio, dont l’origine bio doit en outre être privilégiée.
  • Enfin, le taux de sulfites total est inférieur à celui utilisé dans le conventionnel, mais ces limites sont fonction du taux de sucre résiduel. Par exemple, pour les vins à moins de 2g/l de sucre résiduel, la dose maximale de sulfites autorisée est de 70 mg/litre pour un vin en biodynamie, 100 en bio et 150 en conventionnel.
Le récent domaine du Dièdre noir a choisi le bio dès la plantation – © Vanel

Les organismes certificateurs

Afin de garantir aux consommateurs que les produits portant le label « bio » sont conformes au cahier des charges européen, l’ensemble de la chaîne doit être contrôlé par un organisme certificateur, un processus qui prend trois ans minimum.

L’utilisation du terme « bio » ou « biologique » étant légalement protégée, tout opérateur commercialisant des produits biologiques doit donc être contrôlé par un organisme agréé et s’acquitter d’une redevance fixée dans le tarif approuvé par la Région wallonne et flamande.

En Wallonie, ce contrôle est assuré par des organismes privés, agréés par le Ministre en charge de l’Agriculture sur base des dispositions européennes et wallonnes.

Trois organismes sont agréés en Belgique et rappellent chacun sur leur site web les étapes à respecter pour être certifiés :

Les labels privés tels que Biogarantie® ou Nature et Progrès ne dispensent pas du contrôle officiel.

La certification en biodynamie est, elle, assurée par les organismes Demeter et Biodyvin, mais n’étant pas implantés chez nous, le service est assuré par les organismes belges qui les représentent.

Les premières plantations de la coopérative Vin du Pays de Herve en 2019 – © Vanel

Les aides wallonnes

Non négligeable : des aides wallonnes existent pour l’agriculteur (et donc le viticulteur) qui voudrait convertir ou maintenir ses terres en agriculture biologique. Les montants varient selon la superficie concernée : 900€/ha de 0 à 3ha, 750€ du 3e au 14e hectare et 400 au-delà.

Pendant les deux premières années, les producteurs en conversion peuvent obtenir une surprime de 150 € par hectare. Les parcelles concernées ne peuvent pas avoir déjà bénéficié de primes bio.

Tous les détails sur le site de la Région wallonne : ICI

Vin de Liège, le premier à s’être lancé dans l’aventure dès ses débuts – © Vanel

Plus de vingt vignobles en Wallonie

L’agriculture bio, tous secteurs agricoles confondus, représente aujourd’hui un peu plus d’un hectare agricole sur 9 (11,5%). Pour ce qui concerne la viticulture, il s’agit de 35 à 40% des surfaces, donc plus d’un hectare sur trois!

Les premiers à avoir effectué cette démarche de certification sont ceux qui ont planté des cépages résistants : Vin de Liège (16,3ha), le Domaine du Chenoy (14ha), le Domaine du Château de Bioul (12 ha) ou, plus récemment, Vin du Pays de Herve (8ha), le Domaine de la Portelette à Lobbes (4,7 ha) et le Domaine de Quantole à Horion-Hozémont (6ha).

Au domaine de la Portelette à Lobbes, la démarche de certification évolue en phase avec la plantation. – © Vanel

Soit un total de 62 hectares auxquels s’ajoutent 4 hectares composés par de plus petits domaines comme le Domaine des Avelines (1,3ha), le Domaine des Lowas (1,7ha), le Domaine Les Sarments (1ha), Septem Triones (0,4ha – qui n’a pas demandé la certification en 2020), le Clos d’Antheit (0,35ha)…

Mais en réalité, la tendance la plus active se situe dans les vignobles utilisant des cépages conventionnels, tels que Chardonnay, Pinot noir (ou Meunier) ou Auxerrois, pourtant réputés plus difficiles à cultiver en Belgique.

Le Domaine des Avelines a vendangé pour la première fois en septembre dernier. © Vanel
Vincent Dienst, maître de chai à Bousval – © Vanel

Les deux grands acteurs sont cette fois le Domaine de Bousval (8ha) et le Domaine W (8ha), mais il ne faudrait pas oublier le Poirier du Loup (bientôt 2ha) certifié depuis 2012, ou Marquise de Moulbaix (3ha), le Domaine La Falize (2,5ha), le Domaine XXV (8ha plantés en 2018 et 2020) ou encore le Domaine du Dièdre noir (2,6ha en 2019), soit 36.1 ha, plus quelques autres initiatives (Clos de la Fouchère, Doriémont, Clos Bois Marie en conversion) pour arriver à 38 ou 39 ha.

Une des trois parcelles de La Falize – © La Falize

Le Domaine du Ry d’Argent n’est pas en bio, mais vient de convertir la parcelle de deux hectares qu’il a plantée au Château de Ronchinne (ex-Château de la Poste).

A Torgny, les pieds ont été plantés au siècle dernier… mais ils ne sont certifiés bio que depuis 2012 – © Vanel

Enfin, seul vignoble bio dans ce cas, le domaine Tour de Tilice (5ha) à Fexhe Slins a opté pour les cépages classiques et les résistants. Le domaine est certifié bio depuis ce mois de janvier.

Le total atteint donc 112 hectares certifiés (ou en conversion) alors qu’il n’y en avait que 38 en 2018. Sans exagérer, on peut donc dire que le bio représente aujourd’hui plus de 40% du vignoble wallon ! Chapeau bas !

Marc Vanel

 

Lire aussi:

Vers une association wallonne des œnologues ?

Recyclons les pieds de vigne arrachés

 

Newsletter 5

Célébrons saint Vincent, le patron des vignerons et des marchands de vin

Le 22 janvier est le jour où l’on célèbre saint Vincent, martyr espagnol considéré comme le saint patron des vignerons. Mais qui était-il ?

Né à la fin du IIIe siècle à Huesca, petit village espagnol dans l’Aragon, Vincent Palotti devint rapidement diacre de l’évêque de Saragosse, c’est-à-dire son assistant. Les Chrétiens à l’époque ne représentent que 4 à 5% de la population occidentale qui était largement polythéiste et étaient pourchassés à travers tout l’Empire romain.

En 303, le proconsul et gouverneur de la province de Valence Dacien était connu pour exécuter avec zèle et cruauté les ordres de l’empereur Dioclétien. Un de ses premiers actes fut de condamner l’évêque Valère à l’exil et son diacre Vincent à la torture. La légende veut que celui-ci garda un calme inaltérable tout au long de son martyr avant de mourir le 22 janvier 304.

Jusqu’ici, rien n’explique toutefois l’intérêt des travailleurs de la vigne et du vin pour ce personnage dont la vie fut très courte. Plusieurs versions expliquent ce choix.

Saint Vincent de Saragosse en prison avec sa pierre de meule au cou. Peinture à l’huile. Auteur anonyme, école de Francisco Ribalta (Wikipedia)

Tout d’abord, Vincent aurait été torturé sur un pressoir. Et le sang qui s’écoula à la place du vin prit rapidement force de symbole.

Ensuite, n’ayant pu le vaincre de son vivant, Dacien exposa sa dépouille en pleine campagne, et la fit jeter à la mer. Vincent apparut alors en vision à une femme qui indiqua la position de sa dépouille. Selon les sources, ses restes auraient été alors transférés à Saint-Benoît-du-Castre en 855 et à la Cathédrale de Lisbonne (Sé) en 1173.

Sa Passion, un bien joli nom pour exprimer la souffrance, fut rapportée par plusieurs auteurs, dont saint-Augustin. Ce n’est qu’après le XVIe siècle que  saint Vincent de Saragosse fut réputé patron des vignerons.

D’autres sens

D’autres jeux de mots peuvent expliquer ce choix également. Outre que le diacre était généralement chargé de servir à table (Vincent pourrait donc être relié au service du vin ?), plusieurs jeux de mots sont liés à son nom: Vin-cent qui multiplie le vin par 100 ou Vin-sang de la vigne ou des raisins.

Pour d’autres, un miracle serait à l’origine de ce choix. On raconte en effet que Vincent démasqua le tenancier d’un estaminet peu scrupuleux qui mêlait de l’eau à son vin en faisant couler le liquide sur sa tunique pour séparer les deux éléments.

Enfin, plus proche de nous et de la viticulture, la date du 22 janvier coïncide surtout avec un moment capital du cycle végétatif de la vigne avec la sortie progressive de dormance (voir notre article sur le sujet).

La crypte archéologique de la prison de San Vicente Mártire à Valencia – Creative Commons 2.0/Joan Banjo

A Huy, la Saint-Vincent est fêtée depuis le XIIIe siècle. Une messe fut célébrée chaque année jusqu’à la Seconde Guerre mondiale en l’église Saint-Pierre. Une fois l’office terminé, les vignerons, portant leur Patron, partaient en procession à travers les vignobles, ornés de mâts, d’oriflammes et de banderoles aux couleurs de leur métier.

Cette célébration fut abandonnée, faute de vignerons, et reprit en 1983 en l’église de Statte.

Notons également la création en 1965 de l’association « Les Cordeliers de Saint-Vincent » (LIEN http://www.lescordeliersdestvincent.be/ ) et en 1975 de la confrérie de l’Ordre de Saint-Vincent à Jambes qui gère notamment le petit Clos de Vigneroule (12 ares) et qui s’efforce de faire revivre le passé viticole de la commune.

Diverses manifestations ont lieu chaque année dans de nombreux villages de Wallonie, comme à Bioul où depuis 2012, une fête est organisée après la messe donnée dans l’église située juste à côté du Château.

La plus importante manifestation de Wallonie est menée en deux étapes : tout d’abord une fête le dernier samedi de janvier au Vignoble de Villers-la-Vigne, puis le week-end suivant à Torgny, avec, notamment, la venue d’un distillateur et la présence de nombreux vignerons wallons.

Inutile de préciser que tous les événements publics de ce début d’année sont hélas annulés. A moins d’un miracle de… saint Vincent.

Marc Vanel

 

Lire aussi:

Le travail de la vigne reprend bientôt

Carton plein pour « Trinquons local ! »

 

 

Newsletter 4

Où trouver des vins wallons pour les fêtes?

Vente à la propriété, en ligne ou chez certains cavistes, aujourd’hui, les possibilités de trouver des vins wallons se sont sensiblement élargies.

Voici en deux articles quelques initiatives mises en place en cette période de semi-confinement pour soutenir nos producteurs. Belles fêtes à tous déjà.

Ventes directes (1/2)

Autant prévenir, certains n’ont quasiment plus de stock ou ont réservé leurs derniers flacons à leurs cavistes habituels. C’est le cas notamment de Ruffus (que l’on trouve un peu partout), du Domaine des Marnières (disponible surtout autour au nord de la Cité ardente), du Domaine de la Bouhouille à Blégny ou même de Vin de Liège dont les vins sont principalement achetés par l’ensemble de leurs coopérateurs. Une petite chance de trouver leurs vins chez Toby Vins (Liège) ou Melchior Vins (Mons).

Dans le Hainaut, le Vignoble de Sirault vient lui aussi de vendre la quasi entièreté de leur nouveau millésime à leurs coopérateurs et annonce, sauf déconfinement) le report de leur “Noël au caveau”.

Les vins du du Château Bon Baron sont eux aussi disponibles chez ses revendeurs habituels ou chez certains restaurateurs qui le proposent avec leurs plats à emporter (Tchantches et Nanesse, ’t Werftje,…). A noter que deux vins du Château sont désormais disponibles chez Delhaize (White Lion et Red Lion) ainsi qu’un troisième chez Colruyt (Composition Pinot).

Même s’il a une petite production, Jean Galler propose de commander ses vins de Septem Triones et de les retirer dans les boulangeries de son épouse, “Chez Blanche”, à Liège, Beaufays, Chênée, Crisnée et  Herstal.

Certains ont organisé l’enlèvement au chai sur base de commande préalable, du type “Click and Drive” pour utiliser un terme en vogue.

C’est le cas du Domaine de Mellemont à Thorembais, du Domaine du Ry d’Argent à La Bruyère ou de son voisin du Domaine du Chenoy qui sera ouvert du lundi au vendredi jusqu’au 24/12 sur rendez-vous. Le webshop est également accessible durant cette période.

A Hélécine, le Domaine Beekborne a mis en place un service d’e-shop mais ne dispose par contre pas de système logistique de livraison et ne livre pas au-delà de 20km (coût 5€). Il faut donc se rendre sur place du lundi au vendredi entre 17 et 20h ou le samedi matin. Un drive-in est également organisé les samedis 5, 12 et 19 décembre en matinée. Réservation via le webshop.

Dans le sud du pays, Le Poirier du Loup propose un enlèvement au chai ou une livraison de ses vins à condition de les réserver par mail.

Idem pour le Château de Bioul qui vend ses vins en ligne, avec enlèvement au Château toute la semaine aux heures de bureau (les horaires de la boutique ne sont pas encore fixés pour le weekend) ou avec livraison à domicile (prix selon les quantités).

Au Domaine de Glabais, dans le Brabant wallon, les derniers Crémants sont disponibles, même si en quantité limitée pour cause de gel. Ils peuvent être achetés sur place sur réservation ou être livrés gratuitement le vendredi à moins de 10km et contre paiement au-delà de cette limite. Un service « magasin » est également organisé le samedi de 10h à 13h ainsi qu’un « drive-in/collect » le mercredi de 15h à 19h sur réservation.

Dans le Brabant wallon également, le Domaine W va sortir sa première cuvée effervescente après deux ans de lattes mais elle est réservée aux membres du Club W.

Non loin de là, à Baulers, le magasin du Domaine du Chapitre continue à fonctionner en décembre tous les jours de 13h à 19h (sauf le jour de Noël), il a même été transformé en épicerie fine avec de nombreuses spécialités régionales (France et Italie), d’entreprises familiales (huile d’olive, calvados, etc.). La boutique en ligne lancée en mars est toujours opérationnelle.

Double système pour le Domaine de Bousval : les réservations de vins sont possibles depuis le 1er décembre avec enlèvement au chai d’ici le 16/12 mais uniquement le mercredi de 14 à 18h30 et le samedi de 10 à 12h30, mais les membres du Wine Club ont le droit de réserver du vin en priorité et la livraison de la première commande est offerte et gratuite à partir de 48 bouteilles. Les premières (et rares) bouteilles du premier « Marc de Bousval » seront également disponibles.

Enfin, au Domaine du Chant d’Eole, toutes les bouteilles de la cuvée 2018 sont réservées. Les prochaines sont disponibles sur réservation mais ne pourront être enlevées qu’en décembre 2021. Mais, bonne nouvelle, plusieurs coffrets seront disponibles pour les Fêtes à partir de 33€, en combinaison avec une ou plusieurs bouteilles : Coffrets « Cuberdons Léopold », « La trilogie », « Cristal », « Agate », « Blanc de Blancs » ou « Le Chant d’Eole au complet » avec vasque, bouteille, 6 verres, tablier et bouchon.

Ces coffrets sont proposés sur un e-shop relooké.  Une boutique éphémère de Noël se déroulera du 11 au 27 décembre au vignoble.

ÉGALEMENT À LIRE

Vins pour les fêtes : aussi chez les cavistes (2/2)

Brasseries, Vignobles et Distilleries de chez nous : Trinquons local!

Christophe Heynen MW, Belgian Wine Personality 2020 de VINO

IFAPME : 60 personnes démarrent la formation de viti-viniculteur et 20 d’ouvrier viticole

Newsletter 3

Premières vendanges
pour dix vignobles wallons

Ils ont planté leur vignoble en 2018 et donc, même si la vigne est encore loin de son meilleur rendement, 2020 est l’occasion de récolter les premiers fruits d’un long et dur labeur et de réaliser les premiers vins pour faire ses armes. Présentation de dix membres de l’AVW qui sont dans ce cas de figure.

Marqué par la pandémie de Covid-19, le millésime 2020 l’a également été par un gel important à l’époque des “Saints de Glace” en mai dernier, une période qui a été suivie d’épisodes de sécheresse ou, plus récemment de pluies abondantes… Autant de circonstances qui peuvent affecter de jeunes vignes.

A Marche-les-Dames, par exemple, près de 40% des jeunes pieds de cépages résistants (sur un total de 1,25ha) du vignoble Terres de Crompechine n’ont pas résisté au gel et une partie devront être replantés.

Mais, comme le souligne Frédéric De Baere, le projet ne se limite pas au vignoble. “Ici, il est question d’un projet global comprenant également la plantation d’anciennes variétés de pommiers à hautes tiges de vergers pâturés par 60 moutons, l’installation de 30 ruches et de plantations notamment de tilleuls, de haies mellifères et à petits fruits. Le tout dans une zone à haute valeur biologique qui offre un remarquable cadre pour la balade pédestre.”

Le permis de la cidrerie a été obtenu, le projet avance donc bien de ce côté. Infos: www.crompechine.be

 

© Clos de Mostombe

Au Clos de Mostombe à Andenne, une bonne partie des pieds ont également gelés, ne permettant de presser que 150 litres de jus. “Nous nous sommes battus plusieurs nuits de suite, explique Benoît Exsteens, on a pu se rendre compte qu’il ne fallait pas grand chose pour anéantir toute une récolte.”

Le propriétaire du vignoble, Michel d’Harveng, espère inaugurer son chai à Thon-Samson en mai 2021 et le laboratoire AOC Vallée mosane (Analyses oenologiques et Conseils) qu’il a lancé avec la Société Royale Horticole et Viticole de Huy et l’oenologue Véronique Lidby a bien été inauguré en septembre. Nombreux sont ceux qui ont déjà pu bénéficier de ce service de proximité. Infos sur le labo: page Facebook.

 

Le Domaine de la Portelette à Lobbes

A Lobbes, le vignoble de la coopérative Domaine de la Portelette a lui aussi souffert des caprices de Dame Nature, surtout sur les plus jeunes vignes. Le vignoble a été planté en différentes phases sur les deux dernières années, les dégâts sont heureusement inégaux.

“Par respect pour la nature, nous n’avons pas déployé les grands moyens contre le gel, explique Sophie Dupont, responsable de la communication de la coopérative, mais il faudra y penser. Nos prochains défis sont liés à la vinification, nous devons choisir un lieu pour développer un chai, mais ce choix se fera en concertation avec nos 228 coopérateurs.

Pour l’instant, les moûts sont hébergés dans le chai de la Distillerie de Biercée et bénéficient des conseils du Français Gilles Lancelot (Champagne Lancelot-Pienne), mais il s’agit surtout d’un soutien amical. Les (petites) vendanges 2020 permettront de faire des essais de vinification en mono-cépages (Muscaris, Pinot gris et Johanniter), il n’est pas encore question d’assemblages. Notre première vraie récolte se fera sans doute en 2023 lorsque toutes nos parcelles seront prêtes.” Infos: domainedelaportelette.be

 

Vendanges à la pince à épiler au Blanc Caillou !

A la coopérative du Domaine du Blanc Caillou (1,5 ha), à Montigny-le-Tilleul, Marc Boddaert espère élaborer environ 500 litres de jus, majoritairement du Johanniter et du Solaris.

“Nous avons la chance d’être soutenus par les Calcaires de la Sambre, car sans eux, rien ne serait possible. Nous sommes sur un de leurs terrains constitué avec des sols de remblai, sur une pente qui était inexistante autrefois. Cette année, nous avons creusé un chai sous la roche sur 35m de long et 6 de large grâce à une équipe de Lyon spécialisée dans la réalisation de tunnels ferroviaires et routiers. C’était une première pour eux. Il aura une température constante de 13°C, ce qui est très bon pour le vin.

Nous avons opté pour une démarche quasiment biodynamique, précise le vigneron enthousiaste, c’est une aventure formidable mais elle demande beaucoup de travail. Et nous avons trié tous les raisins de la vendange à la pince à épiler, comme à Sauternes…” Infos: www.domainedublanccaillou.be

 

Domaine Mont des Anges à Nouvelles – © Antoine Melis

Dans le Hainaut également, à Nouvelles, le vignoble “Terres de craie” de Vincent De Busscher et Laurianne Lejour, a profité de cette première vraie vendange pour annoncer son nom définitif, le Domaine Mont des Anges (4,2 ha), qui sortira ses premières bouteilles de bulles en 2022!

Ici, Chardonnay, Pinot noir et Pinot meunier sont plantés sur 4.2 hectares, à l’alsacienne, c.à.d. tous les deux mètres, pour avoir une culture saine et laisser passer le tracteur vigneron. Une première vendange de 700 kilos a eu lieu en 2019 pour faire quelques tests. Celle de 2020, sauvée du gel par les canons à chaleur, permettra aux deux entrepreneurs de sortir la tête de l’eau et de produire environ 15.000 bouteilles.

En avril 2020, en plein confinement, une seconde parcelle de 1,44 ha a été plantée non loin de là, à Havay. L’ambition de ce tandem franco-belge est d’arriver à 15 hectares en 2022. Infos : montdesanges.be

Egalement dans le Hainaut, c’était la première vendange pour le Château de Moulbaix, non loin de Ath, trois hectares de Chardonnay au cœur d’une magnifique propriété de 62 hectares achetée par la famille Goovaert en 2016 et entretenus par Sammy Lasseel.

Le but est ici de produire un effervescent blanc 100% bio dont 10 à 15.000 bouteilles devraient sortir fin 2022, voire 2023. Infos: Page Facebook.

 

Les Coteaux des Avelines en 2019 – © Vanel

Si la satisfaction s’affiche sur le visage de Viviane Cleiren et de son beau-fils Arnaud Duchêne aux Coteaux des Avelines (1,3 ha)  à Sart-Dames-Aveline dans le Brabant wallon, ce dernier reconnaît aussi avoir “chaque année un peu plus de travail. La première année, nous avons soigné nos sols, la deuxième la taille et la troisième, les démarches administratives et bien sûr les pistes pour une future commercialisation.

Cela étant, nous avons nous aussi subi des pertes avec le gel, mais nous avons heureusement évité les problèmes de pourriture et nos raisins sont magnifiques. Les quantités sont encore faibles mais nous pouvons faire du sec et du moelleux. J’ai gardé 200 litres pour m’entraîner à faire un pet-nat (pétillant naturel).

Le défi a été de suivre la maturation. Vu les conditions météo, il était difficile d’estimer le taux de sucre, surtout que nos vignes ne sont pas encore en vitesse de croisière. Mais nous sommes très contents d’avoir sauvé la récolte que nous avons ramassée avec nos amis, ce fut un excellent moment.” Infos: coteauxdesavelines.be

Enfin, trois vignobles en province de Liège pour clôturer ces premières impressions.

Domaine Tour de Tilice – extrait de la page Facebook

Le domaine Tour de Tilice tout d’abord, à Fexhe-Slins au nord de Liège, est un projet mené par Simon Delforge qui a planté deux hectares en 2018 (Muscaris et Johanniter) et 3,5 en 2020 (Chardonnay et Pinot noir) sur d’anciennes parcelles de pommiers de ses parents.

“Le secteur de l’arboriculture s’essoufle depuis une dizaine d’années, explique-t-il, mon père et moi, nous cherchions une alternative. Nous souhaitons produire deux vins en méthode traditionnelle. Par rapport aux arbres fruitiers, cela demande encore plus de temps et de main-d’œuvre, il faut être prêt à intervenir à tout moment.

La résistance de certaines variétés de fruits baisse avec le temps, espérons que ce ne soit pas pareil avec la vigne. Nous venons d’acheter un tracteur et un interceps, et nous sommes certifiés bio par TUV-Nord Integra qui nous certifiait déjà pour les fruits.” Page Facebook.

 

Domaine XXV à Couthuin

A Héron, non loin d’Andenne, le domaine XXV (lisez Vins des Cinq) est un projet des 5 frères et sœur de la famille Grégoire. Quatre hectares de cépages classiques ont déjà été complétés par 3,5 nouveaux hectares en 2020, alors que la première bouteille n’est pas encore sortie de chai. Tout est mené en bio et la rénovation d’une ancienne fermette sur la propriété permet le développement d’un beau projet œnotouristique.

“Nous avons fait ces premières vendanges en famille, raconte Renaud Grégoire, ce fut une grosse émotion, un moment particulier dans un projet long et onéreux. Nous avons un peu plus de pertes dues au gel que ce que nous imaginions, mais la qualité est très bonne. Cette année, nous ne produirons donc pas de vins, et comme nous n’avons pas encore de chai, nous ferons nos tests chez Jean-François Baele au Ry d’Argent.” Infos: xxv.be.

Enfin, à une vingtaine de kilomètres de là, à Seraing-le-Château, Alain Dirick (Clos Bois Marie Hautes Vignes) a planté 1,6ha à titre personnel, mais pas pour faire du vin. Les raisins de Johanniter et de Chardonnay sont en effet revendus à Jean-François Baele. « Cette année, déplore le viticulteur, près de 60% du vignoble légèrement plus bas ont été complétement gelés. Mais les 40% restants sont d’une superbe qualité. Dans le futur, il n’est pas exclu que je prélève 10 à 20% pour me faire une cuvée. »

Marc Vanel

“L’actualité du vignoble
en OCTOBRE-NOVEMBRE”

Toutes les cinq ou six semaines, découvrez la vie des membres de l’Association des Vignerons de Wallonie  et leurs vignobles.

Barwal, les premiers fûts en chêne belge

Des médailles pour les vins wallons

La carte 2020 des membres AVW